FANDOM

Touloir

alias Toul'

Mentor Mentor
  • Je vis Melun, Seine-et-Marne (77), France
  • Je suis né(e) le 27 mars
  • Je suis Administrateur des wikis francophones Assassin's Creed et The Elder Scrolls
  • Je suis Homme
ACU Banderole Cour des miracles


Je suis Touloir, bureaucrate et l'un des quatre administrateurs de ce wiki, aux côtés de Shaun "Danger" Hastings (anciennement Soda), Math34 et GreenieGirl. Si tu as des questions, n'hésite pas à me contacter sur mon mur ou le leur ! Tu peux également d'adresser à Linkpogo, un ancien administrateur.

Je suis également, depuis novembre 2017, co-administrateur du wiki The Elder Scrolls francophone, série qui me passionne tout autant – tout comme L'homme sans nom, d'ailleurs.

Je co-gère la Page Facebook du wiki AC, et suis l'auteur de certaines de ses publications, aussi (très) rares soient-elles.

Trucs à faire

Collection AC

  • Jeux :
    • Assassin's Creed: Altaïr's Chronicles (émulateur DS)
    • Assassin's Creed (360 + PC)
    • Assassin's Creed II (360 + PC)
    • Assassin's Creed II: Discovery (émulateur DS)
    • Assassin's Creed: Brotherhood – Édition Codex (360 + PC)
    • Assassin's Creed: Revelations (360 + PC)
    • Assassin's Creed III – Édition Freedom (360 + La Tyrannie du Roi Washington (Déshonneur, Trahison, Rédemption) + PC)
    • Assassin's Creed: Liberation HD (360)
    • Assassin's Creed: Pirates (Android)
    • Assassin's Creed IV: Black Flag – Édition Skull (360 + PC)
    • Assassin's Creed: Rogue (360 + PC)
    • Assassin's Creed: Unity (PS4 + PC) + Dead Kings
    • Assassin's Creed: Syndicate (PS4 + PC) – Édition Gold (+Season Pass)
    • Assassin's Creed Chronicles: India (PC)
    • Assassin's Creed Chronicles: Russia (PC)
    • Assassin's Creed: Origins (PS4)
    • Assassin's Creed: Odyssey (PS4)
  • Romans:
    • Assassin's Creed: Renaissance – Broché
    • Assassin's Creed: Brotherhood (roman) – Broché
    • Assassin's Creed: La Croisade secrète – Broché
    • Assassin's Creed: Revelations (roman) – Broché
    • Assassin's Creed: Forsaken – Ebook
    • Assassin's Creed: Black Flag – Ebook
    • Assassin's Creed: Unity (roman) – Ebook
    • Assassin's Creed: Underworld – Ebook
  • Bande dessinée française :
    • Assassin's Creed Tome 1: Desmond
    • Assassin's Creed Tome 2: Aquilus
    • Assassin's Creed Tome 3: Accipiter
  • Titan Comics :
    • Assassin's Creed Tome 1: L'Épreuve du Feu – Broché

Personnages favoris

Personnages "détestés" – Faisons-nous des amis

Biographies d'AC:Rebellion

Assassin espagnol

Aguilar de Nerha était un membre de la branche espagnole de la Confrérie des Assassins, à l'époque de la Renaissance. Il a consacré sa vie à lutter contre les Templiers et l'Inquisition dirigée par Tomas de Torquemada.

Fils de deux membres de la Confrérie des Assassins, Aguilar a tout d'abord rejeté le Crédo de ses parents, préférant vivre sans s'engager. Mais ceux-ci ont été capturés par l'Inquisition menée par les Templiers et condamnés au bûcher. Accablé par les regrets, il a officiellement rejoint la Confrérie afin de les venger, mais aussi pour honorer leur Crédo dont il avait entre-temps compris la signification.

Durant sa formation d'Assassin, Aguilar s'est montré très doué pour le combat et les acrobaties et est rapidement devenu l'un des membres les plus efficaces de la Confrérie. Aguilar a été un rouage essentiel de l'expansion des Assassins en Espagne et de leur succès face aux Templiers. Il est d'ailleurs devenu ensuite le Mentor de la Confrérie en Espagne.

Mercenaire grecque

Kassandra, une descendante du roi Léonidas de Sparte, était une Misthios (mercenaire) grecque, qui combattit au cours de la guerre du Péloponnèse, au cinquième siècle avant notre ère. Une guerrière-née, sa lignée unique lui permit également de manier la Lance brisée de Léonidas, une arme légendaire possédant des propriétés extraordinaires.

Elle n'avait que sept ans à la naissance de son frère, lorsque le malheur frappa sa famille. Une prophétie annonça que le nouveau-né était maudit et allait apporter les ténèbres sur leur monde. Il fut donc chassé de Sparte. Pour avoir tenté de sauver son frère, Kassandra fut elle aussi chassée.

Forcée de vivre en exil, Kassandra grandit sur l'île de Kephallonia, parmi les parias et les marginaux, en devant se battre pour trouver un abri et de quoi se nourrir. Forcée de grandir avant l'heure, elle vécut isolée, et s'entraîna pour devenir mercenaire.

Kassandra fut finalement entraînée dans la guerre du Péloponnèse, vendant ses services aussi bien à Saprte qu'à Athènes, en fonction de la situation, et de ses besoins ou de ses opinions du moment.

Plus tard, lorsqu'elle se lança dans une quête à la recherche de sa famille, elle croisa le chemin du Culte de Kosmos, une société secrète organisée cherchant à semer le chaos en Grèce à des fins mystérieuses.

Marin expérimenté

Alonso Pinto était un marin d'expérience de la Renaissance doté d'un solide sens de la répartie et d'un humour cinglant.

Alonso fut maître d'équipage sur une bonne douzaine de navires, grimpant au grand mât, bondissant de bout en bout et se suspendant aux voiles, même par le plus fort des grains. Au combat, ses talents d'acrobate en faisaient un adversaire redoutable et imprévisible.

Il navigua un temps dans la marine royale d'Espagne, mais sa paresse et son insubordination le firent débarquer. Il intégra ensuite l'équipage de pirates de Rodrigo de Mendoza et se fit rapidement à la personnalité et au style de vie de son nouveau capitaine.

Lorsque Rodrigo rejoignit la Confrérie, Alonso fit de même, espérant avoir l'occasion d'affronter ses anciens officiers de la marine royale.

Mercenaire vétéran

Mercenaire espagnol expérimenté de la Renaissance, Álvaro de Espinosa commandait une compagnie appelée les Lobos Silenciosos (les Loups silencieux). Son groupe avait été engagé par la couronne d'Espagne afin de guerroyer contre le royaume maure de Grenade.

Au cours de ses nombreux voyages, il rencontra Andrea Cortés, fille de paysans et véritable garçon manqué. Remarquant son désir d'une vie moins monotone, il prit la jeune fille sous son aile. Au fil des années, il lui enseigna tout ce qu'il savait du combat et finit par la considérer comme la fille qu'il n'avait jamais eue.

Contrairement aux autres mercenaires et aux soldats espagnols, Álvaro respectait les musulmans et leur culture. Il interdit expressément la profanation et le pillage des maisons des musulmans, pratique alors courante après la chute d'une ville ou d'un village.

Plus la victoire espagnole se dessinait, plus les atrocités commises par l'Inquisition au nom de Dieu se multipliaient. Álvaro, écœuré par ces agissements, insista de manière croissante pour que l'on respecte les ennemis vaincus. D'esprit moins noble, ses hommes le quittèrent les uns après les autres, mais Andrea demeure à ses côtés.

Alors qu'il ne lui restait que quelques hommes et que toute envie de combattre les musulmans l'avait quitté, Álvaro arriva un jour à Guadix, où il fut approché par le vieux général mercenaire Domingo de la Torre. Percevant le mécontentement d'Álvaro, Domingo lui proposa de rejoindre la Confrérie pour lutter au profit d'une cause dépassant les frontières et les religions. Connaissant les prouesses légendaires de Domingo et impressionné par l'homme, Álvaro se laissa convaincre et adopta la cause des Assassins.

Mercenaire ambitieuse

Andrea Cortés était une jeune mercenaire espagnole issue d'un milieu extrêmement pauvre, durant la Renaissance.

Unique fille d'une fratrie de sept, elle a détesté la vie à la ferme de ses parents, modestes éleveurs de cochons. Véritable garçon manqué, elle passait ses journées à garder les porcs et à se battre avec ses frères, qui appartenaient à la milice locale.

Par une nuit pluvieuse, un groupe de mercenaires appelé "Les Loups silencieux", mené par Álvaro de Espinosa, proposa à son père, pour abriter sa compagnie à la ferme, plus d'or qu'elle n'en avait jamais vu. Après avoir entendu leurs récits d'aventure regorgeant de richesses, elle fit son baluchon et les suivit le lendemain matin. Álvaro lui apprit beaucoup et Andrea en vint le considérer, avec le temps, comme un second père.

Lorsqu'Álvaro tenta de convaincre ses hommes de rejoindre la cause des Assassins, la plupart refusèrent et partirent, mais Andrea préféra rester et rejoignit avec lui les rangs de la Confrérie.

Courtisane rusée

Angela Carillo était une jeune courtisane du bordel renommé de Séville appelé La Reina Sonriente, c'est-à-dire la Reine souriante.

Cet établissement, tenu par la guilde des voleurs d'Espagne, attirait de nombreux clients riches et puissants de la Renaissance.

Angela était l'une des femmes les plus demandées du lieu. Seule Flora de la Cruz, sa meilleure amie, avait plus de succès qu'elle. Intelligente et réputée pour son esprit et son sens de la conversation, on disait qu'elle aurait pu donner le sourire à un mort. Beaucoup de clients de la Reine souriante étaient prêts à livrer tous leurs secrets pour un moment avec elle.

Par l'intermédiaire de leurs liens avec la guilde des voleurs, les Assassins prirent contact avec Angela et lui demandèrent de mettre ses talents au service de leur cause. Les pressions constantes des soldats de l'Inquisition et les abus dont étaient victimes les courtisanes de Séville la persuadèrent d'accepter la proposition de la Confrérie.

Après en être devenue membre, Angela passa de nombreuses nuits à soutirer les secrets de riches nobles et d'officiers pour les transmettre à la Confrérie.

Chevalier errant

Baltasar de León était un humble chevalier errant de la petite noblesse de Castille, durant la Renaissance. Ébloui depuis son enfance par les récits chevaleresques de personnages tels que le Cid, Baltasar a voué son existence à des buts vertueux tels que la sagesse, la gloire et l'honneur, et méprisé les richesses matérielles.

Sa quête l'a amené à parcourir le pays, menant une vie de modeste consistant à protéger les faibles, redresser les torts et aider les pauvres. Il s'est senti de plus en plus accablé par les injustices perpétrées par l'Inquisition.

Un jour, son chemin croisa celui de membres de la Confrérie, qui lui présentèrent le Crédo des Assassins. Découvrant les ressemblances entre leurs croyances et les siennes, Baltasar a rejoint leurs rangs et juré de lutter contre les persécutions commises par Torquemada et ses chiens du Seigneur.

Maître forgeron

Bartolomé Ortiz était un maître forgeron de la Renaissance renommé dans toute l'Espagne pour ses armes fabriquées dans le meilleur acier de Tolède. Sa stature imposante, sa force et son penchant pour le vin lui valurent une réputation d'homme redoutable.

Cependant, sous des dehors bourrus, Ortiz était un homme plein de bonté qui prenait très à cœur son métier et tirait une grande fierté des armes qu'il fabriquait.

Cela le peinait de voir les soldats de l'Inquisition s'en servir pour opprimer certains de ses concitoyens. Cela le décida à quitter le travail de la forge pour monter une affaire avec son ami Diego. Mais sa retraite fut de courte durée, des sbires de l'Inquisition ayant exécuté Diego pour avoir tenté de protéger une innocente jeune fille qu'ils harcelaient.

À la fois atterré et furieux, Ortiz rejoignit les Assassins à qui il offrait non seulement sa force, mais aussi son talent de forgeron, et il fabriqua pour eux des armes qui vengeraient son ami.

Noble désavouée

Beatriz de Navarrete aimait mordre dans la vie à pleines dents et sans se soucier des pépins. Dès son adolescence, cette noble de Barcelone attendait plus de l'existence que l'avenir fade qui attendait une jeune fille comme il faut de la Renaissance. Elle se grisait d'aventures et, au grand dam de ses parents, ses frères lui apprirent à chasser et à manier l'épée.

Beatriz adorait se glisser hors de la demeure familiale pour arpenter les rues de Barcelone et profiter de la vie nocturne. Lors de ces escapades, Beatriz se lia d'amitié avec toutes sortes de gens, et peu lui importait qu'ils soient roturiers, Maures ou chrétiens.

Elle fit ainsi la connaissance de Sayyid al-Abbas, un Assassin maure qui habitait également la ville, et ils tombèrent follement amoureux l'un de l'autre.

Atterrés par le mépris de leur fille envers la bienséance, les Navarrete tentèrent de la marier à un capitaine de l'armée espagnole et lui annoncèrent qu'en cas de refus, ils la chasseraient et la déshériteraient. Beatriz ne céda pas et préféra s'enfuir avec son amant Assassin pour vivre une vie répondant plus à ses attentes auprès de la Confrérie.

Pourvoyeuse de fonds

Claudia Auditore da Firenze, noble florentine de la Renaissance, était la sœur du légendaire Assassin Ezio Auditore.

Déterminée, pleine de ressource et douée pour les affaires, Claudia s'est révélée très utile à son frère au fil des années. Lorsqu'Ezio et Claudia ont dû quitter Florence pour se réfugier dans la villa de leur oncle Mario, à Monteriggioni, elle est devenue la comptable de la ville, qui a alors connu une économie florissante.

Plus tard, Claudia a accompagné son frère dans ses voyages, y compris à Rome, où elle s'est de nouveau montrée très utile pour les finances de la Confrérie.

Après avoir également fait la preuve de ses talents pour le combat, elle a finalement été admise dans la Confrérie par son frère en tant qu'Assassin à part entière.

Assassin courageuse

Constanza Ramos débuta dans la vie comme voleuse des rues, dans le Séville de la Renaissance, avant de devenir une audacieuse femme Assassin.

Constanza perdit ses parents à l'âge de treize ans, emportés par un cas isolé de peste noire. Une fois à la rue, elle dut se débrouiller pour survivre. Sans peur et n'ayant de toute manière rien à perdre, Constanza se lança dans le cambriolage risqué de riches marchands, tirant profit de ses extraordinaires talents acrobatiques pour s'échapper. Un jour, elle surestima ses capacités et fut arrêtée et emprisonnée.

En cellule, elle rencontra un Assassin qui préparait une évasion et l'invita à l'accompagner. Après leur évasion réussie des cachots de Séville, l'Assassin expliqua à la jeune Constanza ce qu'étaient la Confrérie et le Crédo, et lui proposa de rejoindre les Assassins. Ravie de trouver une nouvelle famille, Constanza accepta avec joie.

Sage général

Domingo de la Torre était un général mercenaire de Saragosse qui mena pendant plus de quarante ans des hommes au combat avant de devenir maître d'armes de la branche espagnole de la Confrérie des Assassins, durant la Renaissance.

D'un naturel calme et déterminé, Domingo débuta sa carrière très jeune comme recrue de l'armée espagnole, et franchit les échelons à une cadence inouïe. Meneur-né et combattant charismatique, il quitta l'armée pour former un groupe de mercenaires, Los Hijos Del Leon (les Fils du lion). Pendant deux décennies, ils servirent de garde rapprochée à des nobles d'Espagne et prirent part à d'innombrables combats.

Malgré les talents de Domingo pour la tactique et le combat, ses compagnons tombèrent les uns après les autres, le laissant seul et désemparé. Après vingt-cinq ans sur le champ de bataille, il dissolut les Fils du lion, accablé par des regrets que ni l'or, ni les médailles ne pouvaient effacer.

Domingo entreprit alors un pèlerinage au cours duquel il rencontra un groupe d'Assassins. Au cours d'une longue nuit de conversation, il découvrit les enseignements de la Confrérie et y vit une occasion de se racheter. Domingo adopta le Crédo, considérant qu'il représentait sa dernière occasion de combattre dans un but vertueux, loin des préoccupations de nobles égoïstes, et voua le reste de sa vie à la Confrérie.

Le Mentor italien

Ezio Auditore da Firenze, noble florentin de la Renaissance, eut un destin peu commun qui fit de lui le Mentor de la branche italienne de la Confrérie des Assassins.

Membre d'une famille étroitement liée à la Confrérie, Ezio ignora tout de son héritage d'Assassin jusqu'à ses dix-sept ans, lorsqu'il assista à la pendaison injustifiée de son père et de ses deux frères par les Templiers. Contraint de fuir, Ezio trouva refuge chez son oncle Mario, à Monteriggioni, et celui-ci l'aida à entamer sa formation d'Assassin.

Ayant découvert le Crédo et rapidement maîtrisé les techniques de la Confrérie, Ezio se révéla naturellement doué et devint un Maître Assassin. Il se lança alors dans une quête vengeresse contre l'Ordre des Templiers et son Grand Maître, l'Espagnol Rodrigo Borgia, qui avait ordonné l'exécution des siens.

Son combat contre les Templiers amena Ezio à voyager beaucoup, notamment en Espagne, où il aida la Confrérie locale à combattre l'Inquisition dirigée par les Templiers.

Artisan de talent

Faris al-Saffar était un brillant artisan et ingénieur originaire du Maroc, durant la Renaissance. Il décida de s'installer à Grenade afin de vendre ses incroyables outils et appareils aux riches nobles de la ville.

Inventeur de talent, Faris passait ses journées à créer des outils complexes et à manipuler des substances explosives, repoussant les limites de la technique. Nombre des expériences de Faris n'étant guère du goût de la loi, il lui fallait souvent enfreindre celle-ci, notamment pour se procurer les matériaux interdits dont il avait besoin. Pour ce faire, il conclut un accord avec la pègre locale, lui fournissant des bombes et des outils en échange de services.

Cet arrangement se poursuivit jusqu'à ce que Jariya al-Zakiyya, espionne personnelle du sultan Boabdil, le découvre. Elle-même membre de la Confrérie, Jariya comprit immédiatement que les talents de Faris pourraient être utiles aux Assassins. Jariya persuada le sultan de pardonner à Faris ses infractions inoffensives à la condition que celui-ci se joigne à la Confrérie et ne fournisse plus d'outils et d'appareils qu'aux Assassins.

Espionne à gages

Née durant la Renaissance, Flora de la Cruz a été la courtisane la plus courue d'un bordel renommé de Séville appelé La Reina Sonriente, ou la Reine souriante.

Célèbre pour sa beauté et sa grâce, Flora adorait s'entourer de beaux objets et manipulait les hommes afin de se les faire offrir. Malgré ses nombreux admirateurs, seule sa meilleure amie, Angela Carillo, elle-même courtisane, était capable de la faire rire.

On le sait peu, mais Flora a aussi été espionne et informatrice de la guilde des voleurs, son agilité lui permettant de se faufiler partout et de découvrir des secrets au profit des brigands de Séville.

Flora a rejoint la Confrérie à contrecœur après avoir été surprise à espionner deux Assassins. Sa meilleure amie Angela, membre de la Confrérie depuis peu, est intervenue et a persuadé les Assassins d'épargner Flora à condition qu'elle jure de ne plus travailler que pour eux à l'avenir.

Médecin des rues

Fils d'une famille de modestes négociants de la région de Séville, durant la Renaissance, Gaspar Donoso quitta la voie du commerce pour l'étude de la médecine. Remarquablement doué, il était capable de recoudre des blessures graves et de réduire les fractures sans faire hurler ses patients.

Sa famille puisa dans ses économies afin de l'envoyer à l'école de médecine de Madrid. Son père souhaitait que Gaspar devienne un médecin renommé et rapporte aux siens honneurs et richesses.

Cependant, une fois sur place, Gaspar succomba aux tentations de la vie nocturne madrilène. Menant une vie d'ivrogne et de débauché, il dilapida les économies familiales au jeu, en vin et en filles. Dans ses rares moments de sobriété, il lui arriva de panser ou de recoudre quelques Assassins, avec lesquels il se lia d'amitié.

Sans le sou et incapable de poursuivre ses études en raison de ses vices, Gaspar fut chassé de l'école. Peu désireux d'affronter les reproches familiaux, il se fit médecin des rues, soignant les pauvres.

Mais ses amis Assassins, qui n'avaient pas oublié ce qu'il avait fait pour eux, l'invitèrent à mettre ses talents au service de leur cause. Gaspar accepta volontiers et, attaché lui-même au libre arbitre, fit tout son possible pour soutenir le Crédo de la Confrérie.

Alchimiste fou

Gershon Deloya était un alchimiste juif de l'Espagne de la Renaissance. D'un naturel méticuleux, fasciné par les nombres et les calculs, il adorait créer des objets, mais s'est spécialisé dans la préparation d'élixirs et de toniques qu'il vendait dans sa boutique. Disposant d'une affaire florissante et de clients réguliers, Gershon s'est mis à expérimenter avec des ingrédients de plus en plus étranges et exotiques qui ont intéressé une clientèle plus exclusive et plus discrète.

Lors d'une des persécutions visant les juifs, l'Inquisition a confisqué l'affaire et les biens de Gershon. Lorsque son commerce secret a été découvert, l'Inquisition l'a torturé afin qu'il donne les noms de ses fournisseurs d'ingrédients exotiques. L'un de ses riches clients a finalement payé pour le faire libérer.

Cependant, la perte de tous ses biens et les sévices subis en prison ont laissé leur marque sur sa santé mentale. Brisé, il a cherché à se venger de l'Inquisition et décidé de rejoindre les Assassins.

Bien que dépourvu de talents pour le combat et la discrétion, il a mis ses compétences en alchimie au service de la Confrérie et a pu ainsi contribuer à sa manière à la cause.

Bagarreur des rues

Georgios Cardoso était un combattant des rues très apprécié de l'Espagne de la Renaissance. Robuste et endurant, il a participé à des combats clandestins pour la gloire autant que pour l'argent. D'un naturel solitaire, son style était simple : frapper fort, rester debout et continuer à cogner.

Sa réputation grandissant, il a succombé au démon du jeu et s'est vite retrouvé endetté. Il a demandé un prêt à la guilde des voleurs, qui a payé toutes ses dettes en échange d'un service : qu'il coopère avec la Confrérie d'Espagne au nom de la guilde.

Georgios n'aurait pas rejoint spontanément la Confrérie, mais il en a respecté les idéaux. Le besoin de discrétion l'irritait parfois et il préférait se battre ouvertement lorsque les Assassins avaient besoin d'un combattant efficace.

Guerrier Assassin

Girolamo da Lucca était un Maître Assassin de la Florence de la Renaissance, expert en corps-à-corps et en discrétion. Sa biographie demeure un mystère, mais on pense qu'il a entretenu des liens étroits avec les Médicis et mené une vengeance personnelle contre les Borgia d'Espagne.

Il a débuté comme tueur à gages et ses talents pour l'infiltration et la confusion lui ont forgé une belle réputation. Il était capable de tuer une vingtaine de personnes sans être détecté ni laisser de traces de son passage. Ses compétences et sa facilité à disparaître lui ont valu le surnom de "Fantôme de Florence".

Ezio, conscient de sa valeur, l'a approché afin de lui faire rejoindre la Confrérie. Girolamo, qui se sentait proche du Crédo, a accepté.

Lorsqu'Ezio a annoncé son départ pour l'Espagne, Girolamo a insisté pour l'accompagner, peut-être en raison de projets personnels.

Armurier maure

Hamid al-Jasur, d'origine maure, a commencé son existence pendant la Renaissance, en tant que fabricant d'armures renommé à Malaga, où il habitait avec sa femme et sa fille.

Paisible et dépourvu de préjugés, il vendait ses armures à tous, sans considération d'ethnie ou de religion. Mais tout changea lorsque les forces de la Reconquista prirent et mirent à sac Malaga, torturant et tuant les musulmans pour les punir d'avoir résisté. Sa femme et sa fille firent partie des victimes.

Seul et désespéré, Hamid partit pour Grenade où il rejoignit les rangs des Assassins. La cause de la Confrérie lui apporta une forme de consolation et il reprit ses outils pour fabriquer des armures. Ce fut sa contribution à la lutte contre l'Inquisition.

Mercenaire impétueux

Íñigo Montañés, fils bâtard d'un noble de la Renaissance et de sa maîtresse, une courtisane, grandit dans des circonstances difficiles. À la mort prématurée de sa mère, Íñigo quitta Séville pour devenir mercenaire itinérant.

Naturellement doué pour le combat, il fut engagé durant son adolescence par une compagnie de mercenaires appelée les Loups silencieux, dirigée par Álvaro de Espinosa. Le jeune homme se lia d'amitié avec Andrea Cortés, notamment parce qu'ils partageaient le rêve de devenir riches. Íñigo avait aussi beaucoup de respect pour le sens du commandement et la sagesse d'Álvaro, et le considéra comme le père qu'il n'avait jamais connu. Ensemble, ils combattirent au profit de la couronne d'Espagne et amassèrent plus d'argent qu'Íñigo n'en avait jamais rêvé.

Íñigo était heureux de cette vie, mais après des années à commettre des injustices au nom de la Reconquista, Álvaro refusa de porter plus longtemps ce fardeau. Le capitaine tenta de persuader ses hommes de lutter pour une cause plus vertueuse que l'argent en rejoignant les Assassins. Íñigo prit cette volte-face comme une trahison. Se sentant abandonné, il quitta la compagnie pour chercher fortune de son côté.

Mais, à son tour, sa conscience commença à le tourmenter. Il se sentir coupable d'avoir abandonné sa seule vraie famille, et il retrouva Álvaro et Andrea lorsqu'il rejoignit les rangs des Assassins.

Assassin espionne

Jariya al-Zakiyya, femme Assassin extrêmement rusée, est née et a été élevée à la cour du sultan de Grenade, durant la Renaissance.

D'une beauté à couper le souffle, elle aurait été la fille cachée du sultan Abu al-Hasan Ali et d'une esclave chrétienne. De ce fait, Jariya a été élevée par les femmes du harem du sultan.

Jariya a également été l'amie d'enfance de celui qui allait devenir le sultan Boabdil, aussi appelé Mohammed XII.
Ayant fait de Jariya sa confident, Boabdil demanda à ses amis et alliés les Assassins de la former comme l'une des leurs. Jariya a ensuite été l'espionne personnelle de Boabdil pendant de nombreuses années.

À la chute de Grenade, qui marqua la fin du royaume, Boabdil a fait jurer à Jariya de quitter Grenade et de rejoindre la branche espagnole de la Confrérie afin de le venger.

Pieux chevalier

Jean Delacroix était un chevalier français de la cour de Charles VIII, durant la Renaissance. Puissant guerrier animé par une foi intense, Jean appliquait un code moral fondé sur les préceptes chrétiens d'amour et de compassion.

La corruption généralisée de l'Église l'atterrait et il n'hésitait pas à faire part de ses opinions. Ceci a amené les Templiers à user de leur influence politique pour priver Jean de son titre et le disgracier.

Lors de son procès, Delacroix a rencontré Machiavel, qui lui a enseigné la philosophie humaniste et lui a révélé les activités secrètes des Templiers. C'est ainsi qu'il a appris l'existence de la Confrérie et sa mission.

Machiavel a incité Jean à gagner l'Espagne, où sa force et sa foi pourraient être utiles à la Confrérie locale face aux méfaits de l'Inquisition. Désireux de lutter contre ce symbole d'une Église égarée et corrompue, sous l'emprise des Templiers, Jean a accepté et a pris un nouveau départ dans un autre pays.

Chevalier déchu

Jorge Díaz, chevalier espagnol de Murcie durant la Renaissance, et dernier membre d'une lignée endettée, n'avait guère à offrir à un employeur que son épée et l'armure qu'il avait sur le dos.

Son manque de titres et de biens lui valait souvent d'être raillé par les autres chevaliers, qui avaient pour un bon nombre secrètement prêté allégeance aux Templiers. Rejeté par la noblesse, Jorge dut souvent jouer les mercenaires pour survivre.

Un jour, alors qu'il fouillait les derniers restes de son héritage à la recherche de quelque chose à vendre, il tomba sur l'épée de son arrière-grand-père, qui portait l'emblème de la Confrérie. Intrigué, Jorge chercha à en savoir plus et finit par rencontrer des Assassins.

Découvrant les liens entre sa famille et la Confrérie, Jorge décida de la rejoindre. À compter de ce jour, il lutta aux côtés des Assassins et en profita pour se venger de ceux qui s'étaient moqués de lui et de sa famille.

Assassin berserk

Lucas Bellini était un Maître Assassin romain de la Renaissance, qui a largement soutenu les efforts d'Ezio visant à reconstruire la Confrérie à Rome. Né dans une famille d'Assassins, Lucas s'est immédiatement senti proche d'Ezio, dont il a aveuglément suivi les ordres.

D'une nature calme et bienveillante, Lucas protégeait farouchement ses frères d'armes. Au combat, Lucas entrait dans une rage légendaire. Rien ne pouvait lui résister et il encaissait sans sourciller les blessures jusqu'à la mort de tous ses adversaires.

En raison de son indéfectible amitié et de son respect pour Ezio, il s'est senti honoré d'avoir été sélectionné pour l'accompagner en mission en Espagne.

Chasseur de Templiers

Luciano Cavazza était un Assassin vénitien de la Renaissance réputé pour son efficacité et son sang-froid. Nés dans une famille d'Assassins, sa jeune sœur et lui ont été formés dès leur plus jeune âge en vue de rejoindre la Confrérie.

Lors d'une mission mal préparée, la sœur de Luciano fut capturée et interrogée sans pitié par des membres de l'Ordre des Templiers. Malgré les tortures, elle refusa de livrer le moindre secret de la Confrérie. Elle fut alors exécutée et son cadavre fut jeté dans un canal.

Se reprochant, autant qu'aux Templiers, la fin horrible de sa sœur, Luciano laissa se développer en lui une haine qui l'amena à traquer et tuer tous les Templiers qu'il put identifier. Ses méthodes violentes et parfois imprudentes faillirent de le faire exclure de la Confrérie, lorsque son "palmarès" et son manque de discrétion attirèrent trop l'attention sur les Assassins italiens.

Lorsqu'Ezio devint le Mentor de la branche italienne, il décida d'envoyer Luciano en Espagne afin d'aider les Assassins locaux, mais aussi pour permettre aux Assassins italiens de retrouver un profil moins voyant.

Jeune voleur

Luis Chico était le jeune chef d'une petite bande de voleurs espagnols de la Renaissance.
Orphelin abandonné très jeune dans les rues de Madrid, Luis dut apprendre à voler pour survivre.

Grâce à son audace et à son charisme, il rassembla autour de lui une petite bande de jeunes voleurs et forma ainsi les Cien Ojos, ou Cent yeux.
Ensemble, ils détroussaient de riches marchands, des nobles et même des Inquisiteurs, mais l'affaire tourna au désastre lorsque tous les amis de Luis furent tués en tentant de piller la villa d'un Templier.

Luis décida de les venger en rejoignant la Confrérie des Assassins et exerça exclusivement ses talents de voleur au dépens des Templiers.

Voleur agile

Luisa Gallego, voleuse espagnole respectée de la Renaissance, était aussi la sœur cadette (et plus réservée) de Rosa Gallego. Leur père n'était autre que Lupo Gallego, le roi des voleurs d'Espagne et fondateur de la célèbre guilde des voleurs de Madrid.

Dès son enfance, Luisa fut formée aux arts du vol, des acrobaties et de la course libre sur les toits de la ville. Ses prouesses athlétiques et sa grâce étaient sans égales. Grâce à son entraînement, elle était capable de franchir n'importe quel obstacle et d'escalader n'importe quelle paroi. Aucun lieu ne lui était inaccessible.

Luisa et sa sœur Rosa rejoignirent volontiers les rangs des Assassins lorsque leur père assura la Confrérie de la fidélité de la guilde des voleurs.

Native de Tolède, à l'époque de la Renaissance, Magdalena Suárez fut une jeune couturière de talent avant de devenir une femme Assassin tout aussi talentueuse. Renommée pour sa personnalité et son charme, c'était une amie proche de Bartolomé le forgeron, qui habitait le même quartier de Tolède.

Une nuit, elle fut agressée par des soldats de l'Inquisition ivres qui voulaient prendre du bon temps. Avant qu'ils aient pu parvenir à leurs fins, Magdalena fut sauvée par María, la mystérieuse femme Assassin, qui exécutait une mission de la Confrérie dans la ville.

Après avoir vu l'incroyable Assassin en action, Magdalena supplia María de la former afin de protéger, à son tour, les gens sans défense. Séduite par sa détermination, María l'invitation à rejoindre la Confrérie, où Magdalena s'entraîne sans relâche dans l'espoir d'égaler María.

Au fil du temps, la couturière émérite devint une disciple respectée de la Confrérie.

Mystérieux Assassin

María était un Maître Assassin de la branche espagnole de la Confrérie durant la Renaissance, ainsi que l'alliée proche et la maîtresse d'Aguilar de Nerha.

D'une nature réservée, María dévoilait rarement ses sentiments, mais était dévouée corps et âme au Crédo des Assassins. Elle a consacré sa vie à lutter contre les méfaits qu'imposait l'influence des Templiers à son pays. Extrêmement rapide et silencieuse, elle excellait dans les missions d'assassinat discret.

Les origines de María demeurent nimbées de mystère. Elle était probablement d'ascendance espagnole et maure, comme tendent à le montrer ses tatouages au henné et son style vestimentaire.

Oncle tapageur

Né pendant la Renaissance, Mario Auditore était le chef de file de la branche italienne de la Confrérie des Assassins, un condottiere, et le souverain de Monteriggioni, la ville où la Confrérie avait son quartier général.

Du genre tapageur, aimant à boire et à se battre, Mario était un tacticien et épéiste de renom parmi les Assassins. Il fut entraîné dès le plus jeune âge, et aimait profondément la Confrérie, ainsi que sa famille.

En tant que chef mercenaire, il tint en respect l'armée florentine et l'empêcha d'avancer sur Monteriggioni.

Lorsque son frère Giovanni et ses fils furent exécutés pour trahison dans le cadre d'un complot des Templiers, Mario fut responsable de l'introduction de son neveu Ezio à la Confrérie et de sa formation d'Assassin.

Vers la fin de sa vie, Mario se rendit en Espagne pour offrir son soutien à la branche espagnole de la Confrérie, apportant son expertise à la demande d'Ezio, et partageant ses contacts mercenaires avec la résistance espagnole.

Assassin laconique

Mateo Galan était un jeune Assassin peu loquace originaire d'un hameau de paysans près de Murcie, durant la Renaissance. Sa famille et lui étaient des sympathisants des Assassins et menaient une vie simple avant que l'ombre de Torquemada ne recouvre l'Espagne.

Un jour où il s'était rendu à Murcie pour vendre des produits de la ferme, un criminel recherché par l'Inquisition se cacha dans son village. Dès qu'ils l'eurent découvert, les soldats de l'Inquisition incendièrent le village et exécutèrent tous les habitants présents pour avoir hébergé le traître en question.

Lorsque Mateo retrouva les ruines de son village et les cadavres des siens, il ne put rien faire de plus que pleurer en silence. Le lendemain, des Assassins le trouvèrent caché parmi les cendres, serrant contre lui le cadavre de sa mère. Pris de compassion pour le pauvre garçon, ils décidèrent de l'emmener.

Les Assassins formèrent Mateo à la voie et aux idéaux du Crédo, mais il se renferma de plus en plus sur lui-même. À l'âge adulte, Mateo devint un Assassin taciturne qui ne parlait que pour réaffirmer son vœu de servir le Crédo et de se venger des forces de l'Inquisition.

Jeune Assassin

Máximo Barrosa, jeune recrue prometteuse des Assassins, a grandi dans le village d'Aguilar de Nerha, durant la Renaissance. Il était doué pour se déplacer silencieusement, sans se faire repérer.

Fils d'une famille de pauvres paysans sans lien avec les Assassins, Máximo tenait Aguilar en haute estime. Il cherchait constamment à l'imiter et finit par le considérer comme un grand frère.

Lorsque les parents d'Aguilar furent condamnés au bûcher par l'Inquisition, Máximo fut témoin de leur supplice et partagea le chagrin et la colère de son ami.

Plus tard, lorsqu'Aguilar revint dans son village après avoir rejoint la Confrérie, il parla à Máximo du Credo des Assassins et de leur lutte contre l'Inquisition. Désireux de marcher sur les traces de son ami, Máximo décida de se joindre lui aussi aux Assassins.

Diseuse de bonne aventure

Durant la Renaissance, Mayya al-Dabbaj était une diseuse de bonne aventure d'origine maure, très intelligente, de la région de Marbella. Voyageant de ville en ville, elle y pratiquait son art tout en recueillant des informations susceptibles d'être revendues. Elle vouait une grande admiration à sa mère, une sympathisante de la Confrérie, qui avait souvent parlé à Mayya des exploits des Assassins et des préceptes du Crédo.

Après avoir vu Aguilar sauver une famille musulmane que des mercenaires espagnoles s'apprêtaient à mettre à mort sans raison, Mayya prit contact avec l'Assassin. Elle ressentit immédiatement un grand respect pour lui, ce qui renforça son admiration pour le Crédo, et offrit ses services à la Confrérie.
Aguilar accepta et l'intronisa au sein de la Confrérie.

L'illustre érudit

Niccolò Machiavelli, souvent simplement appelé Machiavel, était un diplomate, philosophe, humaniste et écrivain florentin de la Renaissance, et un membre de la branche italienne de la Confrérie des Assassins.

Mystérieux, secret et prudent, Niccolò était néanmoins un bretteur de talent en plus d'un érudit d'une grande sagesse. Admis au sein de la Confrérie dans sa jeunesse, il aida son allié Ezio Auditore à diriger la lutte de la Confrérie italienne contre les Templiers, alors aux ordres de la famille Borgia.

En tant qu'ambassadeur de Florence, Machiavel fut envoyé auprès des cours de France et d'Espagne, ce qui lui permit de prêter main-forte aux Confréries de ces deux pays.

Garde du corps maure

Qasim al-Dani était un guerrier maure stoïque et peu bavard de la Renaissance. Natif de Grenade et fils de musulmans dévots, il a été élevé en vue de devenir garde du corps du prince maure Ali de Baza. Fervent musulman lui aussi, Qasim considérait sa mission auprès du prince comme une mise à l'épreuve de sa foi.

Lorsque la Reconquista entraîna la chute de Baza, Qasim fut grièvement blessé par des soldats espagnols. Il fut laissé pour mort et son maître fut capturé et exécuté.

Honteux d'avoir ainsi failli à son pouvoir, il chercha à rejoindre la Confrérie pour lutter contre l'Inquisition, se racheter et venger la mort de son prince.

Capitaine pirate

Rodrigo de Mendoza était un capitaine indépendant qui aimait les plaisirs de la vie et menait la sienne comme il l'entendait.

Son amour de la liberté l'amena à transformer son commerce licite en entreprise clandestine. En d'autres termes, il devint l'un des pirates de la Renaissance. Attaquant les navires étrangers et s'emparant de leur cargaison sous prétexte d'honnêtes activités marchandes, Rodrigo et son équipage devinrent riches et connus.

Malheureusement, la fortune et la vie débridée de Rodrigo attirèrent l'attention de l'Inquisition, qui lui réclama des sommes très élevées. Rodrigo ne céda pas et, en conséquence, Torquemada le déclara hérétique, ainsi que tout son équipage, et fit fermer son affaire.

Après avoir remis sa fortune à l'Inquisition en guise de pénitence, afin d'éviter une condamnation plus lourde, Rodrigo et ses hommes rejoignirent la Confrérie dans l'espoir de se venger.

Voleuse experte

Rosa Gallego, voleuse très respectée de l'Espagne de la Renaissance, était la sœur de Luisa Gallego. Elle était aussi la fille aînée (et la plus extravagante) de Lupo Gallego, le roi des voleurs d'Espagne et fondateur de la célèbre guilde des voleurs de Madrid.

Dès son jeune âge, Rosa reçut une formation rigoureuse au vol et à la discrétion dans les rues de Madrid. Sa capacité à se fondre dans l'environnement était telle que même son penchant pour les tenues voyantes, à la limite de l'indécence, ne la gênait en rien.

Rosa et sa sœur Luisa rejoignirent volontiers les Assassins lorsque leur père assura la Confrérie de la fidélité de la guilde des voleurs.

Assassin maure

Né durant la Renaissance, Sayyid al-Abbas était un Assassin maure de Barcelone d'un naturel calme et jovial. Issu d'un longue lignée d'Assassins, Sayyid a été formé très tôt par la Confrérie.

Attentionné et charmeur, Sayyid faisait preuve d'un calme presque surnaturel dans les situations délicates, ce qui lui permettait de prendre les meilleures décisions tactiques et de diriger au mieux d'autres Assassins lors des missions à haut risque.

Sa connaissance approfondie de Barcelone a fait de lui l'informateur du bureau local de la Confrérie, suivant de près les activités de l'Inquisition dans la ville.

Lors d'un de ses déplacements de routine dans les quartiers espagnols, il fit la connaissance d'une jeune noble au caractère rebelle, Beatriz de Navarrete, et ils tombèrent éperdument amoureux. Sayyid lui demanda ensuite de l'épouser et elle le rejoignit au sein de la Confrérie.

Chasseur de primes

Shakir al-Zahid était un guerrier ottoman de la Renaissance célèbre pour ne jamais laisser échapper ses proies.
Aussi fort que robuste, Shakir connaissait bien les tactiques des brigands et était capable de tenir tête à plusieurs assaillants. Son attachement à capturer les proies qu'on le chargeait de traquer était tel qu'il parcourut plusieurs centaines de lieues pour retrouver un meurtrier ottoman qui avait fui vers le royaume de Grenade afin d'y poursuivre ses méfaits. Shakir le tua et apporta son cadavre aux autorités locales afin de toucher sa prime.

Boabdil, le sultan de Grenade, eut vent de son dévouement et lui proposa une somme digne d'une rançon royale s'il acceptait de travailler exclusivement pour lui. Shakir accepta et remplit son devoir avec une efficacité impitoyable. Homme de confiance du sultan, Shakir recevait parfois des informations sur les hommes qu'il traquait de la part des Assassins, les alliés de son maître.

À la chute de Grenade, Shakir se retrouve sans emploi et, appréciant peu les Espagnols, il chercha à honorer la mémoire de son ancien maître. Il prit contact avec les Assassins par l'intermédiaire de ses anciens contacts et leur proposa de traquer les Templiers pour eux.

Assassin chinoise

Shao Jun commença son existence comme concubine et espionne personnelle de l'empereur de Chine Zhengde, à l'époque de la Renaissance. À la mort de l'empereur, une faction des Templiers appelée les Huit Tigres entreprit de prendre le contrôle du pays. Jun fut sauvée par les Assassins et décida, en remerciement, de consacrer sa vie à leur cause.

Alors que Jun était âgée de dix-neuf ans, les Huit Tigres décidèrent de se débarrasser de tous leurs opposants et elle dut fuir le pays. Elle gagne l'Italie où elle bénéficia de l'aide et des enseignements d'Ezio Auditore, le Mentor des Assassins. Élève assidue qui adorait découvrir de nouvelles cultures et sociétés, Jun parcourut l'Europe afin de poursuivre sa formation.

Par la suite, Shao Jun retourna en Chine pour affronter les Huit Tigres et reconstituer la Confrérie locale, dont elle devint le Mentor.

Bagarreur maure

Tariq al-Nasr était un lutteur maure, né à Malaga d'une famille musulmane pauvre de la Renaissance. Afin d'aider sa famille, il travailla comme homme de main pour la pègre de la ville. Dépourvu de cruauté, Tariq était en revanche réputé pour son sens de la compétition et son amour de la lutte.

Lorsque les manigances de Torquemada amenèrent les forces de la Reconquista à mettre à sac Malaga, tous les membres de la famille de Tariq furent tués ou asservis afin d'être vendus à des nobles espagnols. Refusant de devenir esclave et furieux des agissements des Espagnols, Tariq quitta la ville.

Il rencontra par la suite les Assassins et rejoignit la Confrérie afin de faire justice et de rendre la liberté aux musulmans d'Espagne.

Jeune pirate

Tereysa de Lyaño était une servante de taverne du port espagnol de Denia, à l'époque de la Renaissance. Née dans une famille de paysans, Tereysa a rejoint Denia à la recherche d'une vie plus passionnante. Elle adorait parler aux pirates qui venaient à la taverne et leurs récits lui faisaient envie.

Lorsqu'elle a rencontré Rodrigo et Alonso, elle leur a avoué qu'elle rêvait d'embarquer sur un bateau de pirates, et ils l'ont invitée à se joindre à eux.
Très souple et apprenant vite, Tereysa s'est rapidement accoutumée à la vie de pirate. Son courage, son agilité et son talent à l'épée lui ont valu le respect du reste de l'équipage.

Lorsque Rodrigo a rejoint la Confrérie après la confiscation de ses biens par l'Inquisition, Tereysa l'a suivi sans hésiter.

Assassin altruiste

Membre d'une famille de modestes commerçants de Valence, durant la Renaissance, Ysabel Lomelin était une jeune recrue des Assassins dotée d'une solide éducation.

Authentique humaniste, Ysabel pensait que la paix finirait par régner sur le monde. Assoiffée de savoir, elle passait ses journées à écumer les librairies et les bibliothèques des monastères à la recherche de connaissances.

Cet intérêt pour les informations insolites la mit en contact avec María, la mystérieuse femme Assassin, qui vit en Ysabel un grand potentiel et une affinité naturelle pour le Crédo. Elles devinrent amies et María invita Ysabel à rejoindre la Confrérie.

Ceci piqua la curiosité d'Ysabel, qui accepta afin de mieux connaître le Crédo tout en défendant les idéaux moraux.

Assassin ottoman

Yusuf Tazim fut un membre de la branche ottomane de la Confrérie des Assassins, à Constantinople, dont il devint par la suite le dirigeant, pendant la Renaissance. Guerrier de talent, Yusuf était aussi un homme jovial qui n'hésitait pas à se moquer du danger.

Fils d'un Assassin, Yusuf a été élevé dans la rue et a rejoint la Confrérie à la fin de son adolescence, après avoir rencontré son légendaire chef, Ishak Pasha. On dit qu'il l'aurait accompagné en Espagne dans le cadre d'une mission secrète de la Confrérie.

Plus tard, Yusuf a pris part à la lutte contre les Templiers byzantins et a apporté son aide à Ezio Auditore lorsque celui-ci séjourna à Constantinople.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .