FANDOM


Originsicon1


Phylakitai en pagaille est la représentation virtuelle d'une mémoire génétique de Bayek de Siwa revécue en 2017 par Layla Hassan à travers l'Animus.

Description

Bayek cherche à mettre fin une fois pour toutes à l'affrontement entre Phanos et les phylakitai de Gennadios.

Dialogues

  • Phanos le Jeune: Bayek ! Je te cherchais, Medjaÿ. Nous avons trouvé comment nous débarrasser des phylakitai de Gennadios.
  • Bayek: Tu as trouvé ces (pourritures) ?
  • Phanos le Jeune: Oui ! Un groupe surveille les eaux. Un autre est installé dans un arsenal et capture les malheureux de passage. Et puis il y a cet homme qui lit une proclamation contre nous, dans un char, sur la voie canopique. Une fois débarrassés d'eux...
  • Bayek: Tes poètes pourront répandre leur bonne parole dans toute la ville. Je vais m'occuper de ces phylakitai.
  • Phanos le Jeune: Va, frère, et débarrasse-nous de ces (ordures). Quand ce sera fait, nous pourrons envoyer nos poètes répandre notre vérité.

Bayek localisa l'homme sur le char.

ACO Phylakitai en pagaille 1

Bayek attaquant le char

  • Bayek: Il y a un phylakitai dans ce char. Sans ces épouvantails, Alexandrie se portera mieux.
  • Soldat grec: Mort à tous les traîtres. Ils seront châtiés sur-le-champ ! À la première offense, on leur tranchera les mains pour qu'ils cessent de voler les esprits ! Notre archiphylakitai bannit sans pitié tous les récidivistes. Tel est l'édit de l'archiphylakitai Gennadios !

Bayek tua l'homme sur le char et infiltra l'arsenal.

  • Bayek: Les phylakitai de Gennadios. Il doit s'agir de l'arsenal dont a parlé Phanos.
  • Soldat grec 1: Il nous manque un homme. Nous avons ordre de recruter de force si nécessaire.
  • Soldat grec 2: Ça tombe bien, j'en ai vu un, sur les quais. Personne ne ferait attention à sa disparition. Il déclamait de la poésie contre le régime. J'ai horreur des poètes.
  • Soldat grec 1: Bien. Il se rendra enfin utile.

Bayek tua les phylakitai de l'arsenal et s'aventura dans le canal située sous le palais royal.

  • Bayek: Ah, ça doit être la patrouille dont parlait Phanos. Je dois m'occuper d'eux. Je pourrai peut-être mettre le feu à la felouque.

Bayek se débarrassa des derniers soldats et retourna voir Phanos.

  • Phanos le Jeune: Bayek ! Tu es de retour. C'est fait ? Les rues sont libres ? Les poètes alexandrins peuvent enfin porter la révolution ?
  • Bayek: Je me suis occupé de tous les phylakitai de Gennadios.
  • Phanos le Jeune: Bayek, tu es un poète du meurtre.
  • Bayek: Répands ton œuvre dans la ville.
  • Phanos le Jeune: Je t'aime, Bayek de Siwa. Plus qu'aucun autre medjaÿ, tu resteras dans l'histoire.

Conséquences

Bayek nettoya Alexandrie des derniers phylakitai de Gennadios.



Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .