Wiki Assassin's Creed
Advertisement
Wiki Assassin's Creed
Eraicon Ordre des Anciens.pngTempliers.pngOriginsicon1.pngOriginsComicsicon.pngACODicon.pngACVicon.pngACDynasty-icon.png


"L'Ordre n'est pas qu'un groupe de personnes... il est une idée. Personne ne peut battre une idée. Personne ne peut tuer une idée."
– Amorgès, v. 422 AEC[src]

L'Ordre des Anciens, parfois appelé le Serpent, était une organisation secrète originaire d'Égypte cherchant à utiliser les reliques des anciens dieux pour promouvoir la paix. Fondé vers 1334 av. J.-C. par le pharaon Smenkhkarê, les principes de l'Ordre étaient basés sur la croyance que les êtres humains étaient, par nature, prédisposés au chaos et à la violence. Ainsi, l'ordre devait être imposé à l'ensemble de la société par les plus forts et les plus sages de ses membres, dont l'objectif ultime était de reconstituer la société Isu qu'ils vénéraient.

L'Ordre étendit sont influence à l'ensemble du monde antique, notamment en Perse où il manipula les rois de l'Empire achéménide. Au Ier siècle avant notre ère, l'Ordre régna sur toutes les sphères de l'Égypte en profitant du jeune Ptolémée XIII. À sa mort, ils se rangèrent derrière Cléopâtre et Jules César, par le biais desquels ils purent jouer un rôle central dans l'instauration du nouvel Empire romain. Au IXe siècle de notre ère, l'essor du christianisme et de l'islam avait commencé à saper l'influence de l'Ordre qui parvint néanmoins à s'assurer un dernier bastion en Europe du nord-ouest.

L'Ordre des Anciens est l'un des nombreux groupuscules qui finira par évoluer vers l'Ordre des Templiers un millénaire plus tard[1].

Histoire

Nouvel Empire égyptien

Assassins-Creed-Origins-Ordre-des-Anciens.jpg

L'Ordre des Anciens fut fondé par le pharaon Smenkhkarê vers 1334 avant notre ère, dans le but d'identifier et d'exploiter les anciennes technologies de la Première Civilisation, les créateurs de l'humanité. Avec la découverte du temple Isu Eeyoo Sekedoo Aat, Smenkhkarê décida d'y installer son tombeau au-dessus, afin de le garder caché. Après sa mort, sa vénération pour les Isus en fit une espèce par nature supérieure, une doctrine également adoptée avec la création de l'Ordre. Selon les préceptes initiaux de l'Ordre, le genre humain ne pourrait atteindre son plein potentiel qu'en émulant ses précurseurs et en adoptant leur culture, leurs idéaux et leurs technologies.[1]

Empire achéménide

L'Ordre se répandit par la suite à travers l'Égypte avant de s'étendre en Perse, où il cherchait à manipuler et à contrôler les empereurs achéménides. Au Ve siècle avant notre ère, l'Ordre devint une organisation puissante qui avait dominé l'empire pendant des générations.[2]

Guerres médiques

Au moment de la seconde invasion perse de Hellas au cours de laquelle eut lieu la célèbre bataille des Thermopyles, l'Ordre des Anciens entretenait depuis longtemps une relation avec le Culte de Kosmos. Bien que chacun opéraient indépendamment l'un de l'autre, leurs objectifs étaient communs et, par conséquent, ils cherchèrent à installer Xerxès Ier de Perse comme seigneur en Grèce. Malgré cette alliance, le Culte de Kosmos poursuivait ses propres ambitions et prit part à l'instigation de la guerre du Péloponnèse dans la région, au grand mépris de l'Ordre.[2]

Leur existence et leurs activités furent découvertes par les élites perses Artabanos et ses amis Amorgès et Pactyas. Pour tenir tête à cette corruption, ils formèrent un petit groupe et assassinèrent avec succès Xerxès en 465 avant notre ère. L'Ordre des Anciens se tourna alors vers le fils de Xerxès, Artaxerxès Ier, qui l'avait succédé comme empereur. Quand Artabanos, craignant le potentiel d'un autre roi fantoche, complota son assassinat, Amorgès s'opposa à cette idée et préféra attendre que des signes de corruption se montrent. Artabanos ignora l'avis de son confrère et, une nuit, s'infiltra dans le palais pour éliminer Artaxerxès. Impuissant face à l'obstination d'Artabanos, Amorgès rejoignit l'Ordre et força son ami à fuir la Perse, accusé de trahison.[2]

Guerre du Péloponnèse

"L'objectif de tout ceci n'est rien moins que la chose la plus précieuse... La paix. La guerre entre Athènes et Sparte menace de consumer bien plus que le monde grec. Ce carnage s'est propagé jusqu'en Perse et même au-delà. L'Ordre a le pouvoir de sauver le monde... et c'est ce que nous comptons faire."
– Amorgès, vers 422 AEC[src]

Ordre perse des Anciens

Amorgès devint plus tard le dirigeant de l'Ordre et envoya l'Ordre des Chasseurs dirigée par Pactyas, traquer et éliminer Artabanus, qui adopta alors le nom de Darius. Bien que cette poursuite ciblait en premier lieu ce dernier, l'Ordre des Chasseurs fut principalement chargé d'éliminer ceux qu'ils considéraient comme des « Impurs », des descendants des hybrides qui possédaient une force et des capacités améliorées. À cette fin, vers 429 avant notre ère, l'Ordre se rendit en Macédoine afin d'éliminer la misthios spartiate Kassandra, qu'il soupçonnait à juste titre d'être un tel individu.[2]

Cependant, l'expansion de leurs activités en Grèce comportait des risques et les dirigeants de l'Ordre craignirent que le Culte de Kosmos, qui contrôlait une grande partie de l'aristocratie grecque, ne prenne conscience de leur existence. Echion, un fidèle de Pactyas, fut chargé d'attirer l'attention de Kassandra et incendia un village dans le but de la tuer, mais échoua. Cette action de l'Ordre amena également le fils de Darius, Natakas à s'associer à la Porteuse d'aigle pour démanteler les opérations de la branche des Chasseurs en Macédoine. Bien qu'ayant essayé de manipuler la population et la haute société de la région, Pactyas et ses six lieutenants furent éliminés par Kassandra, Darius et Natakas, et leur influence en Macédoine ainsi annihilée.[2]

Amorgès en Grèce

L'échec de Pactyas incita Amorgès à se rendre lui-même en Grèce pour traquer Darius. Il demanda à la branche navale grecque d'effectuer un blocus sur la ville de Patrai en Achaia afin de débusquer son ancien ami, Natakas et Kassandra. Ils développèrent une nouvelle arme, le lance-flamme nommé Souffle de la Chimère, pour mettre en œuvre leur plan, mais furent défaits par le navire de Kassandra. Ce nouvel échec renforça la détermination d'Amorgès d'éliminer ses trois ennemis. Il planifia pendant des mois l'enlèvement du fils de Kassandra et Natakas, en déployant l'Ordre de la Domination. Convaincu qu'il serait en de bien meilleures mains avec l'Ordre, il tenta une nouvelle fois de tuer Kassandra mais fut vaincu par Darius et sa lame secrète.[2]

Royaume de Macédoine

Au cours du IVe siècle avant notre ère, l'Ordre joua aussi un rôle majeur dans la conquête de l'Empire d'Alexandre le Grand, qui s'étendit de la mer Ionienne à l'Himalaya. Sa réussite tint en particulier d'un Bâton et du Trident d'Éden,[3] de puissantes reliques de la Première Civilisation, qui lui furent confiées par l'Ordre pour devenir l'un des plus grands conquérants de l'Histoire.[4] Cependant, ses conquêtes firent de lui la cible de la babylonienne Iltani, qui le tua en 323 avant notre ère.[5] Après sa mort, il fut enterré à Alexandrie avec le Bâton d'Éden, tandis que le Trident fut divisé en trois dents, servant de poignards et donnés à ses généraux.[3]

Empire de Chine

Au IIIe siècle, l’Ordre aida Qin Shi Huang, le fondateur et empereur de la dynastie Qin, à entreprendre des projets mirifiques comme la Grande Muraille de Chine et à consolider son empire. Son règne devint rapidement tyrannique et il fut plus tard assassiné par le proto-Assassin Wei Yu.[5]

Empire Ptolémaïque

"Même quand les vôtres sembleront triompher, nous serons là, nous nous relèverons. L'Ordre des Anciens est né d'une prise de conscience. Nous n'avons pas besoin de crédo ni d'endoctrinement. Nous ne rôdons pas dans l'ombre. Nous marchons en plein jour."
– Membre de l'Ordre[src]

L'Ordre des Anciens réunis autour du crâne de Smenkhkare

Au Ier siècle avant notre ère, l'Ordre des Anciens avait la mainmise sur une bonne partie de l'Égypte, occupant un certain nombre de positions de haut rang sous le règne du pharaon Ptolémée XII Aulète. À cette époque, l'eunuque Pothinus recruta Lucius Septimius, l'un des Gabiniani stationnés en Égypte pour protéger les pharaons dans l'Ordre. Après la mort d'Aulète en 51 avant notre ère, ses enfants Ptolémée XIII et Cléopâtre lui succédèrent en tant que pharaons, codirigeant le royaume. Voyant cela comme une opportunité d'acquérir plus de pouvoir, l'Ordre manipula le jeune Ptolémée et évinça Cléopâtre qui représentait une menace pour leurs plans. Les Anciens étaient alors dirigés par Flavius Metellus, un général de haut rang qui servit aux côtés de Gaius Julius Caesar.[1]

En 49 avant notre ère, l'organisation secrète s'intéressa aux savoirs égyptiens, désirant découvrir les reliques des anciens dieux. Ils traquèrent le dernier Medjaÿ en vie, Bayek de Siwa, qui selon eux, devait détenir les connaissances nécessaires pour ouvrir les portes d'un sanctuaire de la Première Civilisation situé à Siwa. L'Ordre menaça alors Bayek avec la capture de son fils Khemou, qui fut tué lors d'une altercation avec l'un des membres. Cet événement déclencha la fureur du Medjaÿ et de sa femme Aya qui jurèrent de traquer et d'éliminer chacun des membres ayant entraîné la mort de leur fils.[1]

Les Anciens vénérant le globe terrestre

Alors que les rangs de l'Ordre commençaient à s'éclaircir, Flavius Metellus décida de solidifier leur influence en préparant, à l'insu de Jules César, des troupes ayant pour objectif de faire tomber le pays qu'il haïssait. En 47 avant notre ère, il accompagna César à Alexandrie où il découvrit avec lui le tombeau du mythique roi Alexandre le Grand, rouvert par Aya et Bayek sur ordre de leur reine qu'ils servaient, Cléopâtre, l'alliée et amante de César. Cela permit à Flavius de s'emparer du Bâton qui reposait avec le roi et, plus tard, d'ouvrir le sanctuaire de Siwa en conjonction avec une Pomme d'Éden, renfermant un hologramme de la Terre.

Avec les deux artefacts en son pouvoir et Cléopâtre sous le contrôle de l'Ordre par César, Flavius utilisa la Pomme d'Éden pour corrompre les citoyens de sa proconsulée Cyrénaïque en le vénérant. Cependant, il fut rapidement retrouvé par Bayek qui l'élimina malgré les pouvoirs immenses qu'il possédait grâce à la Pomme, et l'artéfact fut perdu pour l'Ordre.

Empire romain

"J'unifierai la République. Senatus populusque romanus, au nom du sénat et du peuple de Rome."
– César aux sénateurs, 44 AEC.[src]

César assassiné

Après la mort de Flavius, Jules César devint la figure de proue de l'Ordre et étendit son influence à travers la République romaine jusqu'à être nommé dictateur à vie du futur Empire romain. Cependant, cette corruption fit naître la crainte de ceux qui défendaient le libre arbitre et l'oppression du peuple, au point qu'ils planifièrent sa chute. Aya, qui avait fondé la faction de Ceux qu'on ne voit pas et était devenue Amunet, établit son siège à Rome et conspira contre lui avec l'aide de Marcus Junius Brutus et d'autres membres du Sénat. Le 15 mars 44 avant notre ère, se tint une séance au Sénat où Jules César fut trahi par ses membres et assassiné. Le dictateur résista au début, mais se résigna à son sort lorsqu'il reconnut Brutus, et fut finalement poignardé vingt-trois fois par ses propres compatriotes, parmi lesquels certains considérés comme ses amis.[1]

La mort de ce dernier incita Octave, son fils adoptif, à s'allier à Marc Antoine pour éliminer les assassins responsables de sa mort et prit rapidement le pouvoir à Rome. Il commença à mener une série de guerres civiles pour consolider sa force, et assiégea la ville d'Alexandrie où Cléopâtre s'était réfugiée après le suicide de Marc Antoine. L'influence de l'Ordre dans les hautes sphères du pouvoir fut toute aussi évidente sous le règne de plusieurs empereurs romains, dont Caligula qui fut tué par Leonius, un membre du Liberalis Circulum en l’an 41 de l'ère commune.[5]

Du IIIe siècle jusqu’à la chute de l'Empire, l'Ordre tenta d'unifier les territoires de l’Empire romain d’Occident. Cependant, les guerriers Alamans, Ostrogoths, Huns et autres barbares mirent leurs plans en échec en annexant bon nombre des territoires du monde romain. L'organisation continua néanmoins à exercer une influence dans d’autres parties du monde, comme à Constantinople, dans l'Empire romain d’Orient, en Angleterre ou en Chine.

Dynastie Tang

En 755, l'Ordre des Anciens se répandit durant la dynastie Tang sous le règne de Xuanzong. L'Ordre exerça alors une influence dans la cour royale par l'intermédiaire de l'impératrice Yang Guifei, qui plaça sa confiance dans les fonctionnaires et les membres de l'Ordre, Yang Guozhong et An Lushan. Cependant, un conflit entre les deux membres conduisit à une scission en deux factions : les Tortues dorées et les Yeluohe. La querelle entre les deux groupes provoqua une division au sein de l'Ordre et par extension une guerre totale dans l'Empire durant huit années. An Lushan se rebella contre l'empereur et établit son propre état, se proclamant empereur de la dynastie Yan.[6]

Âge Viking

Raid viking en Angleterre

Au début du Moyen Âge, au IXe siècle, l'Ordre des Anciens s'était répandu au nord-ouest de l'Europe suite à l'expansion romaine. Il réussit notamment à établir une influence en Scandinavie[7] où le cruel roi Kjotve obtint l'appui de l'Ordre pour étendre son royaume et fut intégré parmi ses membres, faisant de lui le premier membre né sur le sol de Norvège.[8]

Les Anciens veillèrent également à maintenir une influence en Angleterre mais l'essor du christianisme et de l'islam qui avait commencé à saper son influence, les obligèrent à prendre la forme d'une constellation de membres très compartimentée, chacun adoptant un nom de code afin de protéger le secret. L'Ordre adopta alors une hiérarchie à cinq rangs : les zélotes en étaient les sbires ; les prêtres et voyants composaient le rang dit des Preosts ; juges, marchands et soldats formaient les Palatinii ; les Maegesters occupaient le sommet de chaque section et le Grand Maegester dirigeait le tout.[8]

L'éminant Alfred le Grand porta le titre de Grand Maegester qu'il hérita de son frère Æthelred, lui-même hérité de son père, mais n'approuvait guère leur idéologie qu'il considérait comme profanant le christianisme et Dieu. Malgré les invasions vikings, il échafauda un plan pour éliminer les membres de l'Ordre de l'intérieur, et se concentra à créer un nouvel ordre en adéquation avec ses principes chrétiens, faisant de Dieu le principal pilier. Alfred s'efforça à ce que l'Ordre promeut la paix, en répandant l'harmonie et le progrès dans la vie de chacun.[8]

Au Xe siècle, l'Ordre des Anciens réussit à établir une influence substantielle dans l'Empire franc. Au cours de la seconde moitié du siècle, ils commencèrent une affiliation avec Harald Bluetooth, roi du Danemark et de Norvège. Alors entré en possession d'une dent du Trident d'Éden transformée en poignard, Harald conclu une alliance avec Styrbjörn le Fort pour combattre Éric VI de Suède mais Ceux qu'on ne voit pas intervint dans le conflit et Torgny s'efforça de démanteler l'Ordre en éliminant les agents de l'armée d'Harald et de Styrbjörn.[3]

Évolution vers un ordre chevaleresque

Au XIIe siècle, Bernard de Clairvaux, un membre influent du clergé et de l'Ordre, comprit que l’Ordre devait s’appuyer sur l’Église pour mieux prospérer. L’abbé, qui comptait parmi les personnalités les plus respectées du monde chrétien, envoya neuf chevaliers de confiance à Jérusalem afin de fouiller le Temple de Salomon. Lorsqu’ils revinrent, neuf ans plus tard, avec l'information recherchée, Bernard put être en mesure de réformer en profondeur l’Ordre. Avec l’aide d'Hugues de Payns, Bernard rédigea la règle de l'ordre du Temple et fit pression pour la reconnaissance publique de l'Ordre pendant le concile de Troyes, en 1129. L'organisation fut ainsi connue aux yeux de tous sous le nom de l'Ordre des Templiers, mais sa volonté d’élever l’Humanité par le progrès technique et scientifique demeura secrète.[9].


Membres notables

Nouvel Empire égyptien

Empire achéménide / Grèce

Égypte ptolémaïque / République romaine

Empire romain

Dynastie Tang

Âge des Vikings

Marionnettes de l'Ordre

Empire achéménide / Grèce

Égypte ptolémaïque / République romaine

Empire romain

Notes

  • La plupart des membres de la branche égyptienne sous les Ptolémées ont été surnommés d'après des divinités du panthéon égyptien :
    • Le Bélier (Khnoum)
    • Le Chacal (Anubis)
    • Le Crocodile (Sobek)
    • Le Héron (Bénou)
    • L'Hippopotame (Taouret)
    • La Hyène (Oupouaout)
    • L'Ibis (Thot)
    • Le Lion (Miysis)
    • Le Scarabée (Khépri)
    • Le Serpent, surnom donné à l'Ordre (Apep)
    • Le Vautour (Nekhbet)



Advertisement