ACODicon.png
"Ce combat ne prendra fin que lorsqu'il ne restera plus que moi."
– Okytos le Grand[src]

Okytos était un membre des Héros du Culte, une branche du Culte de Kosmos à l'époque de la Guerre du Péloponnèse.

Brutal, horrible, bestial… Tels étaient les qualificatifs les plus aimables employés pour décrire Okytos le Grand. En réalité, il était pire. Bien pire. Il était donc logique qu'on lui confie l'entraînement des jeunes mercenaires destinés à devenir des gardes et soldats de Kosmos. Ceux qui ne se montraient pas à la hauteur dès les premiers jours étaient honorablement sacrifiés.

Biographie

On ignore quand, où et pourquoi Okytos avait développé son goût pour la brutalité. Néanmoins, pendant la guerre du Péloponnèse, il gravit suffisamment les échelons du Culte de Kosmos pour être chargé de former de jeunes mercenaires qui deviendraient des gardes et des soldats pour Kosmos et le culte. Ses méthodes étaient basiques et efficaces ; ceux qui ne répondaient pas à ses critères furent sacrifiés.

En utilisant les connexions du Culte, Okytos sécurisa le temple de Poséidon dans le sanctuaire du Cap Sounion afin qu'il soit utilisé comme repère pour le Culte, transformant le terrain du temple en un camp d'entraînement.

Correspondance

Dans une lettre écrite avec du sang que la misthios Kassandra trouva dans le sanctuaire de Kosmos à Phokis, Okytos y écrivit ses souvenirs d'une bataille sanglante qui s'était déroulée la nuit précédente, louant la qualité de l'apprentissage de ses subordonnés et expliquant en détail comment battre un adversaire. Dans la même lettre, Okytos invitait le destinataire à venir voir l'entraînement qui avait lieu au Cap Sounion, lui suggérant qu'il "apporte des têtes".

À un moment donné, un autre membre de la branche des Héros du Culte, Deianeira, envoya une lettre à Okytos, déplorant le fait que le dirigeant de la Béotie était un lâche et se vantant d'avoir reçu une massue "comme celle du Sage".

Décès

Avec la lettre qu'elle avait trouvée au sanctuaire de Kosmos, Kassandra parvint à traquer Okytos jusqu'au temple de Poséidon à Cap Sounion. Comme tous les autres, Okytos fut assassiné par la misthios.

Note

Lettre écrite avec du sang

Débutants apprennent bien. Têtes brisées comme des oeufs au combat la nuit dernière. Cervelle boyaux et sang partout. Joli à voir. L'astuce c'est de commencer par les yeux. Enfoncer lentement les pouces. Sentir ses jointures. Après, c'est facile. On est dans un temple de Poséidon, au cap Sounion. Viens voir l'entraînement. Apporte des têtes.
Quand tout s'effondre nous tenons.
Okytos

Lettre à Okytos

Où as-tu trouvé ce crétin ? Le dirigeant de Béotie est un lâche. Je suis une combattante, pas une poupée. Je suis là pour me battre. Pour tuer. Pour baiser. Une belle vie, une belle mort et c'est tout. Il est temps de briser le nourrisson. J'ai une massue comme celle du Sage. Pas aussi efficace pour briser les crânes, mais elle sait faire couiner ceux qu'elle frappe. \nQuand tout s'effondre, nous tenons.
D
.



Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .