FANDOM


Ligne 11 : Ligne 11 :
 
|voix =
 
|voix =
 
}}
 
}}
 
 
'''Malik Al-Sayf''', membre de la [[Confrérie des Assassins]] à la fin du XII<sup>e</sup> siècle, était un combattant expérimenté et le frère aîné de [[Kadar Al-Sayf]], compagnon de la Confrérie, tous deux fils de [[Faheem Al-Sayf]]. Malik eut un fils, [[Tazim Al-Sayf]].
 
'''Malik Al-Sayf''', membre de la [[Confrérie des Assassins]] à la fin du XII<sup>e</sup> siècle, était un combattant expérimenté et le frère aîné de [[Kadar Al-Sayf]], compagnon de la Confrérie, tous deux fils de [[Faheem Al-Sayf]]. Malik eut un fils, [[Tazim Al-Sayf]].
   

Version du mai 14, 2012 à 17:27

AC1icon

Malik Al-Sayf, membre de la Confrérie des Assassins à la fin du XIIe siècle, était un combattant expérimenté et le frère aîné de Kadar Al-Sayf, compagnon de la Confrérie, tous deux fils de Faheem Al-Sayf. Malik eut un fils, Tazim Al-Sayf.

Histoire

Le trésor des Templiers

Fichier:Malik blesse.jpg
En 1191, lors d’une mission à Jérusalem, Malik et son frère accompagnèrent Altaïr Ibn-La’Ahad aux ruines du Temple de Salomon pour récupérer la Pomme d’Eden. L’impertinence et le manque de respect d’Altaïr envers le Credo forcèrent Malik et Kadar à affronter seuls les Templiers Robert de Sablé et ses soldats. Bien que surpassé en nombre et grièvement blessé, Malik parvint à récupérer la Pomme et à la ramener à Masyaf. Le succès de la mission coûta la vie à Kadar et infligea de telles blessures à Malik qu’on l’amputa de son bras gauche. Il fut récompensé pour ses actes, mais cette mutilation l’éloigna définitivement des champs de bataille et lui coûta son statut d’Assassin actif.

Rafiq de Jérusalem

Fichier:Malik bureau.jpg
Malik fut envoyé à Jérusalem, où il prit la tête du bureau des Assassins, l’un des principaux refuges de la Confrérie. Réduit au rang intellectuel de Rafiq, Malik aida Altaïr à mener à bien ses missions d’assassinats contre le marchand d’esclaves Talal, le régent Majd Addin et Robert de Sablé lui-même. Malik exprimait ouvertement son mépris pour Altaïr et le considérait comme seul responsable de la mort de son frère et de l’amputation de son bras. Mais Altaïr finit par lui prouver sa valeur en rachetant ses erreurs passées, et Malik l’aida lors de sa confrontation avec le traître Al Mualim, alors le Mentor des Assassins.

Conseiller et ami d'Altaïr

Malik témoignait un grand respect pour le Credo et les préceptes de la Confrérie. Même s’il se montrait souvent sévère et brutal à l’égard d’Altaïr, ses conseils étaient toujours sages et rationnels. Malik était perspicace et se révéla un excellent collecteur d’informations. Même avec un bras en moins, il prouva qu’il était un combattant puissant et un tireur habile lors de l’attaque de Masyaf. Malgré son animosité envers Altaïr, ses instructions et ses critiques permirent à ce dernier de gagner la sagesse et le recul nécessaire pour prendre la tête de la Confrérie des Assassins. Malik resta membre de la Confrérie après l’ascension d’Altaïr et continua à lui prodiguer ses précieux conseils.

Victime d'un complot

Altaïr confia le contrôle de Masyaf à Malik lorsqu’il partit combattre les Mongols avec sa femme et son fils aîné. Durant cette période, le rival d’Altaïr, un Assassin ambitieux du nom d’Abbas Sofian, organisa le meurtre du cadet de son ennemi avant d’en accuser Malik, et de prendre le contrôle de la Confrérie. Altaïr alla le visiter en prison le soir de son retour à Masyaf en 1227 et le retrouva dans un piteux état, la peau sur les os et extrêmement malade depuis deux ans et su ainsi qu'il n'avait pu tuer son fils. Il le fit sortir discrètement et l'installa dans son abri commençant à le soigner. Mais Abbas profita d'un moment d'absence de son rival et ordonna l’assassinat de Malik, l’imputant à Altaïr sous motif que ce dernier voulait se venger de la mort de son fils.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .