FANDOM


Originsicon1


Les sept paysans est la représentation virtuelle d'une mémoire génétique de Bayek de Siwa, revécue en 2017 par Layla Hassan à travers l'Animus.

Description

Cachés parmi les ruines, quelques paysans entendent défendre chèrement leur vie face à des brigands qui ont déjà tué la plupart des habitants de leur village.

Dialogues

Dans le nome d'Ouab, Bayek fit la rencontre de paysans dans un village en ruines.

  • Raï: Mes frères, les bandits reviendront bientôt. Nous combattrons jusqu'à la mort. Alors faites-les souffrir avant qu'ils nous tranchent la gorge.
  • Sayyoum: Nous sommes avec toi, Raï. Nous en avons assez de fuir.
  • Raï: Nous respecterons notre serment envers cette terre.

Bayek s'adressa aux paysans.

  • Bayek: Pourquoi vous vous cachez dans ces ruines ?
  • Raï: Un medjaÿ ! Les dieux ont pris pitié de nous ! Je m'appelle Raï et voici ce qu'il reste de ma famille. Des bandits nous ont chassés de nos fermes. Nous n'avons nulle part où aller.
  • Sayyoum: Nous n'avons rien de précieux, mais ça fait des jours qu'ils nous traquent dans ces terres désolées !
  • Bayek: J'ai croisé de nombreux bandits. Ils sont cyniques et insensibles.
  • Raï: Ils ont fait beaucoup de victimes. Mon père, mon fils. Tu as devant toi tout ce qu'il reste de notre village. Ils vont venir nous achever, ce n'est qu'une question de temps. Reste avec nous, Medjaÿ. Aide-nous à obtenir vengeance !
  • Bayek: La vengeance est mon crédo. Je vous aiderai. Quel est ton plan ?
  • Raï: Il y a une falaise tout près d'ici. De là, nous pourrons voir toute la région et préparer notre défense. Allons-y.

Bayek suivit Raï.

  • Raï: La région est dangereuse. En dehors des bandits, il y a des hyènes et d'autres bêtes sauvages. soit loué, mon père m'a appris à me servir d'un arc.
  • Bayek: C'est une belle arme. D'une facture peu courante.
  • Raï: Quand mon père me l'a offert, cet arc faisait trois mains de plus que moi. Les autres enfants se moquaient de moi. C'est tout ce qu'il me reste de lui. Et crois-moi, ça me rend triste.

Le duo approcha d'une grande formation rocheuse.

ACO Les sept paysans 1

Bayek devant la fresque d'Horus

  • Raï: Est-ce que tu as vu, près de l'entrée ? Il y a des inscriptions sur la paroi.
  • Bayek: J'ai vu. Il y a un symbole d'Horus, mais il est un peu différent.
  • Raï: Elles ont l'air anciennes. Mais quel est cet endroit ?

Raï et Bayek entrèrent dans le canyon.

  • Bayek: Tu sais te déplacer parmi les rochers !
  • Raï: Je connais ces cavernes. Elles forment un temple naturel. Qu'est-ce que tu portes autour du cou ?
  • Bayek: Un vieux crâne d'aigle.
  • Raï: J'espère qu'il nous portera chance !

Ils atteignirent le sommet de la montagne.

  • Raï: Par les dieux, que c'est beau ! Je pourrais rester ici des heures. Bon, assez profité de la vue. Nous devons nous préparer. D'où que puissent venir les bandits, mes frères se tiendront prêts dans les ruines. Moi, je resterai ici, à surveiller. À leur arrivée, je lancerai un signal. Puis je les attaquerai à revers.
  • Bayek: Ne le prends pas mal, Raï, mais vous n'êtes pas des soldats. Ces bandits sont des tueurs. Tes amis paysans ne s'en sortiraient pas vivants.
  • Raï: Je le sais, Bayek, et je suis pétrifiée de peur. Mais si ta famille était morte dans tes bras, tu comprendrais sûrement. Je ne veux plus fuir, désormais.
  • Bayek: Je te comprends, tu peux me croire. Et je combattrai à vos côtés. Pour l'instant, je vais rejoindre les autres.
  • Raï: Dépêche-toi. Il faut du temps pour redescendre de la montagne.

Bayek plongea de la montagne dans un petit étang.

  • Raï: Bayek ! Mais… tu n'es pas un aigle ! Tout va bien ? C'était fou, mais… fabuleux !

Bayek retrouva les paysans dans les ruines.

  • Paysan 1: Je croyais que tous les medjaÿ étaient morts. Tu me redonnes de l'espoir.
  • Paysan 2: Avec toi, nous avons une chance. Ces bandits sont des démons. Mais qu'on vive ou qu'on meure, je te remercie pour ton aide.
  • Paysan 3: Medjaÿ, on ne te remerciera jamais assez pour ton aide. Ce sont les dieux qui t'envoient. J'étais certain que tu ne survivrais pas, mais maintenant, j'ai de l'espoir.
  • Sayyoum: Medjaÿ ! Tu es de retour !
  • Bayek: Oui. Ta sœur a décidé de rester là-haut. Elle nous signalera l'arrivée des bandits. Ces ruines sont étriquées. On devrait pouvoir y poser des pièges. Faire brûler de l'huile, peut-être… Est-ce que vous en avez ?
  • Sayyoum: Le feu, c'est une bonne idée. Nous en avons. Près d'ici.
  • Bayek: Bien. Grimpe sur ce toit et ouvre l'œil. Je t'y rejoindrai.

Bayek installa les jarres d'huile à des emplacements stratégiques.

  • Bayek: Ces jarres d'huile pourraient servir de pièges. Quoi qu'il en soit, je retournerai voir le frère de Raï quand je serai prêt.

Bayek se prépara et retourna voir Sayyoum.

  • Bayek: Je suis prêt.
  • Sayyoum: Alors, attendons… et prions.

À la nuit tombée, Raï tira une flèche enflammée pour signaler l'arrivée des bandits.

ACO Les sept paysans 3

Bayek affrontant les bandits

  • Sayyoum: Les voilà ! Les bandits sont là !
  • Bandit: On vous voit, petites souris. Vous pensiez pouvoir vous cacher ? Où est la femme ? Vous nous donnez l'arc et on vous laissera peut-être la vie. Ou peut-être pas !

Bayek et les paysans se débarrassèrent des bandits.

  • Raï: On a réussi.
  • Sayyoum: Mais il y en a d'autres, et ils vont revenir. Ce qu'ils veulent, c'est l'arc de notre père.
  • Raï: Quoi ? Tout ce chemin pour un vieil arc ? Mais pourquoi ? Ça n'a aucun sens ! J'aurais dû le leur donner !
  • Sayyoum: On peut peut-être encore…
  • Bayek: Ils vous auraient quand même tués. Il n'y a qu'un moyen d'arrêter des hommes comme eux. Je dois traquer leur chef.
  • Raï: Je les ai vus arriver par le sud-est. Ils campent probablement au pied des hauteurs, pas très loin.
  • Bayek: Alors, c'est là que je vais commencer mes recherches.
  • Raï: Bayek, avant de partir… Je t'en prie, prends l'arc. Ce sera plus sûr s'il est entre tes mains. Il a été abîmé pendant les combats et à vrai dire, sa vue m'emplit de tristesse.
  • Bayek: Je suis sûr qu'il est toujours efficace. Tu me fais honneur, Raï.

Raï donna l'arc à Bayek.

  • Bayek: Cet arc est égyptien, mais plus ancien que tous ceux que je connais. Il est extrêmement léger, et très bien équilibré ! Les branches sont en partie faites d'une étrange pierre noire… familière… Je le regarderai de plus près quand j'aurai tué ce bandit !

Bayek localisa les bandits aux tréfonds de Senehem.

  • Bandit: Les autres devraient être revenus. Ces paysans n'ont pas pu les battre… Cette bande de pauvres culs-terreux ? Bien sûr que non ! Je m'en fais pour rien. Ils seront bientôt là. Oui, il n'y a pas de quoi s'inquiéter.

Bayek élimina les bandits et trouva une note dans la grotte.


Lettre de bandit

Tu connais l'obsession de notre chef pour les trésors anciens. Ces paysans n'ont aucune idée de la valeur de cet arc. Obtiens-le à tout prix. Peu importe combien tu devras en tuer pour l'obtenir. Quand ce sera fait, viens au nouveau repaire. Va vers l'est depuis la vieille grotte, en direction de l'oliveraie. Au bout du chemin, tu trouveras l'entrée cachée d'un tombeau souterrain.

L'endroit est idéal. Personne ne nous y trouvera et nous pourrons nous y installer un bon moment. Nous y avons aussi trouvé quelque chose, une sorte de salle secrète. Nous essayons toujours d'y entrer.

  • Bayek: Une lettre du chef des bandits. Il collectionne les armes anciennes. Il tenait tellement à cet arc qu'il était prêt à tuer. Mais pourquoi ? Il n'est pas là. Ils ont un nouveau repaire dans un tombeau voisin. Ils se croient bien cachés. Eh bien, mes amis, me voilà.

Bayek traqua les bandits jusqu'au tombeau de Smenkhkare, dans le nome d'Haoueris.

  • Bayek: Ça doit être ici. Le chef des bandits est dans ce tombeau. Par les dieux, il est très ancien. La construction a quelque chose d'inhabituel. Les inscriptions rappellent celles de l'arc de Raï…

Bayek pénétra dans le tombeau.

ACO Les sept paysans 4

Bayek et les bandits dans le tombeau de Smenkhkarê

  • Bandit 1: Pierre noire… Roche divine… Je savais qu'il y avait un trésor dans ces montagnes, mais ça…
  • Bandit 2: Je n'avais encore jamais rien vu de tel !
  • Bandit 1: C'est le domaine des dieux en personne ! On pourrait tout vendre à Krokodilopolis ! Et ne jamais revenir dans ce désert. Nous avons un tombeau entier de pierre noire !

Bayek assassina le chef des bandits devant une porte émettant une étrange lueur.

  • Bayek: Ce neket iadet (pourri) avide de richesses ne fera plus de mal aux paysans. Il détenait des éclats de pierre noire qui provenaient probablement de ce tombeau. Le même matériau utilisé pour l'arc de Raï. Ça correspond. Ça devrait faire l'affaire. Le voilà réparé.

Bayek retourna auprès de Raï et Sayyoum.

  • Sayyoum: Medjaÿ ! Nous avons appris que tu t'étais occupé du chef des bandits. Grâce à toi, l'espoir est revenu et nous pouvons prendre un nouveau départ.
  • Raï: Ma famille et moi rassemblons des vivres en prévision d'un long voyage. Ce ne sera pas facile de quitter ces terres désolées.
  • Bayek: Rien n'est facile. Prenez soin de vous, mes amis.

Conséquences

Bayek assassina le chef des bandits sévissant dans le nomes d'Ouab et d'Haoueris. Il découvrit le tombeau du pharaon Smenkhkare et utilisa l'obsidienne présente sur place pour réparer l'Arc ancestral de Raï, qu'il conserva en guise de récompense.



Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .