FANDOM


Originsicon1


Les mensonges du Scarabée est la représentation virtuelle d'une mémoire génétique de Bayek de Siwa revécue en 2017 par Layla Hassan à travers l'Animus.

Description

Bayek rencontre le dirigeant de Létopolis, Taharqa, afin de discuter d'un plan permettant de trouver le Scarabée.

Dialogues

Bayek arriva à Létopolis.

  • Enfant: Maman, tu es sûre qu'il n'y a pas de fantômes ?
  • Femme: Chut, petite.
  • Enfant: Mais papa les a entendus en rentrant à la maison, l'autre soir.
  • Femme: Ton père avait surtout bu beaucoup trop de bière de Saïs. Beaucoup trop. Il a tout simplement entendu des pêcheurs. Les voix portent loin sur l'eau. Et la lune leur donne un son étrange.
  • Enfant: Mais, maman…

Bayek croisa deux habitants.

  • Homme 1: Mais tu les as vues ? Les ruines du temple ?
  • Homme 2: Oui. Je les ai aperçues depuis la rive.
  • Homme 1: Ah bon. Et alors ? Tu sais s'ils comptent le reconstruire ?
  • Homme 2: Peut-être, une fois que Létopolis aura grandi. Pour l'instant, arracher les bâtiments au désert nous occupe déjà bien assez.
  • Homme 1: Tu ne t'intéresses pas aux dieux anciens ? Aux divinités perdues ?
  • Homme 2: J'ai déjà assez d'embêtements comme ça avec mes gerboises qui courent partout. Ça, je peux te dire que ça me préoccupe. Alors tous ces vieux dieux disparus…
  • Homme 3: Chut, petite jerboa (gerboise). Fais ton travail et ne m'ennuie pas.

Bayek arriva dans la cour du temple d'Horus.

  • Bayek: Tu connais Taharqa. Tu sais où je peux le trouver ?
  • Homme: Maître Taharqa travaille sans cesse. Tu le trouveras chez lui.

Bayek trouva Taharqa.

  • Bayek: Maître Taharqa ? Mon nom est Bayek, de Siwa.
  • Taharqa: Je suis bien Taharqa, grand architecte de Saïs et régisseur de Létopolis.
  • Bayek: J'ai vu ta famille. C'est ta femme qui m'envoie. Elle dit que tu sais peut-être des choses sur le Scarabée.
  • Taharqa: Ce n'est pas le lieu pour en parler, je n'ai pas envie que quelqu'un nous entende. Viens à l'intérieur et je te répondrai.

Taharqa guida Bayek chez lui. Le Medjaÿ lui remit le cheval de bois de son fils, Kawab.

  • Bayek: Ton fils est très fier de ton travail. Tu lui manques.
  • Taharqa: Il sera bientôt là. C'est mon rêve de voir mon fils et ses descendants marcher sur mes traces. Les rêves des grands hommes bâtissent le monde. De quoi rêves-tu, Bayek ?
  • Bayek: Je n'ai pas le loisir de rêver. Je cherche le Scarabée.

Taharqa sursauta puis apporta une coupe de vin à Bayek.

  • Taharqa: Le Scarabée s'en prend aux faibles. Il ne me menace pas.
  • Bayek: Tu n'as pas peur du Scarabée, Taharqa ? Pourtant, après ce qu'il a fait au père de ta femme...
  • Taharqa: Le sort du vieux Ghoupa m'attriste. Quelle que soit l'œuvre de ma vie, quelle que soit ma responsabilité... je prie les dieux pour leur pardon.

Un serviteur interrompit les deux hommes.

  • Homme 2: Maître Taharqa !

L'homme bouscula Bayek, qui fit tomber sa coupe.

  • Homme 2: Ils attaquent de nouveau les ruines !
  • Taharqa: Bayek, viens te battre avec moi !

Bayek escorta Taharqa sous un début de tempête de sable.

  • Taharqa: Ce bruit insistant est la voix de la tempête. Ces chiens du désert font de la tempête leur cri de ralliement. Ces pillards se servent de la tempête de sable pour masquer leurs raids. Reste près de moi ! Ne te laisse pas contourner par ces chiens !

Les deux hommes prirent part au combat dans les rues ensablées de Létopolis.

  • Taharqa: Je ne vous laisserai pas détruire mon œuvre !
    Par ici ! Repousse ces (pourritures) !
    Ils sortent de la tempête !
    Ces pillards chevauchent la tempête !
    Votre sang irriguera le sol de mon pays !
    En m'affrontant, vous affrontez l'Égypte entière !
    Allez, Medjaÿ ! Bats-toi à mes côtés !
    Vite, il faut les traquer !
    Guerriers de Létopolis, levez-vous et défendez vos maisons !
    Medjaÿ, montre-leur le visage de la justice !
    Bayek, ne t'égare pas dans la tempête !
    Vous pensiez trouver des lâches, mais vous êtes tombés sur d'implacables guerriers !
    Ces pillards se prennent pour des lions, mais ce ne sont que des chiens !
    Bayek, attaque-les !
    Létopolis sait se défendre, bande de vermines !
    À mort, misérables chiens !

Bayek et Taharqa repoussèrent les pillards.

  • Taharqa: Bayek, tu les as taillés en pièces comme les crocs de Sobek ! Bayek, viens avec nous ! Je veux en finir avec ces chiens du désert. Grâce à toi, nous allons mettre un terme à leur règne de terreur.
  • Bayek: Je comprends ta soif de sang, Taharqa, mais ces pillards ne m'intéressent pas. Je veux que tu me parles du Scarabée.
  • Taharqa: N'est-ce pas un insigne de medjaÿ que tu portes ? Ces bandits représentent une terrible menace pour le bon peuple de Létopolis. Chevauche avec moi, Bayek ! Et lorsque nous aurons renvoyé ces chiens dans le désert qu'ils aiment tant, alors je te dirai tout ce que tu veux savoir.
  • Bayek: Très bien, aujourd'hui, je combattrai à tes côtés.

Bayek suivit Taharqa jusqu'à ses hommes.

  • Taharqa: Viens, Bayek ! Prends les armes et joins-toi à nous ! Loyaux serviteurs de Létopolis ! Nous allons débusquer ces pillards et arroser le sable de leur sang.

Bayek, Taharqa et ses hommes montèrent à cheval.

  • Bayek: Cette tâche que tu t'es imposée. Elle semble impossible.

Taharqa ricana.

  • Taharqa: Seuls les dieux savent ce qui est impossible. Et si je ne cherche pas à décrocher les étoiles, comment savoir jusqu'où m'en approcher ? Létopolis était une merveille, avant que le désert ne l'avale. Je veux montrer au monde, aux dieux, que les hommes peuvent tout accomplir s'ils y mettent leur âme. Peut-être as-tu été envoyé par les dieux pour m'aider à accomplir mon rêve. Tu es fort, tu as l’œil vif. Nous pourrions rendre sa gloire à cette région.
  • Bayek: J'ai ma propre tâche à accomplir.
  • Taharqa: On verra si j'arrive à te convaincre !

La caravane s'arrêta et s'aventura dans le repaire de Plesionhudor.

  • Bayek: Mmh... On dirait que tous les brigands ont fait leur nid là-haut.

Le groupe se débarrassa de tous les bandits.

  • Taharqa: Je te remercie, Bayek. Avant que tu arrives, je croyais mon rêve condamné à mourir. Tu m'as donné la force de traquer et de tuer ces pillards.
  • Bayek: Qui étaient-ils ?
  • Taharqa: Des adorateurs de Sekhmet, la Dame du massacre. Seul le chaos les intéresse.
  • Bayek: Sont-ils proches du Scarabée ?
  • Taharqa: Non, ils se prennent pour des lions, mais ce ne sont que des charognards. Et maintenant, les voilà devenus charognes ! Je vais ramener ce prêtre en ville. Retrouve-moi chez moi. Nous dînerons et je te dirai ce que tu veux savoir.
  • Karro le prêtre: Maître Taharqa, que Ptah vous bénisse, ainsi que le protecteur.
  • Taharqa: Comment t'es-tu retrouvé ici ?
  • Karro le prêtre: J'ai été enlevé par ces pilleurs sanguinaires ! Je croyais que la route de Memphis était sûre.
  • Taharqa: Elle l'est maintenant. Et je veillerai à ce qu'elle le reste. Tu dis que tu venais de Memphis ?
  • Karro le prêtre: Memphis regorge de prêtres. Ils n'ont pas besoin de moi là-bas. Mais Létopolis est devenue une terre fertile, grâce à ton travail.
  • Taharqa: Comment ça va, à Memphis ?
  • Karro le prêtre: Ah, ma foi... Une ombre pèse sur la ville. Le grand prêtre a courroucé les dieux et la ville en subit les conséquences. Mais tes messagers sont arrivés... avec ta vision d'avenir. Alors, je suis venu ici pour servir les dieux.
  • Taharqa: Repose-toi, ensuite, nous te trouverons un toit à Létopolis.

Bayek retrouva Taharqa chez lui.

  • Kawab: Bayek ! Tu a vu la tempête de sable ? Entre ! Père a dit que tu étais venu pour le dîner !

La nuit tombée, Bayek dîna avec Taharqa et sa famille.

ACO Repas famille Taharqa

Bayek dînant avec la famille de Taharqa

  • Bayek: Ravi que tu aies fait bon voyage, Maharet.
  • Maharet: Ha, oui, les dieux ont béni notre périple.
  • Kawab: On a vu des vautours et une hyène ! Et tout ce sable !
  • Taharqa: Assez de sable pour remplir une vie ! Voilà pourquoi il nous faut tant d'hommes pour accomplir notre tâche.
  • Bayek: Et que promets-tu à ces hommes, Taharqa ?
  • Taharqa: Une parcelle de terre et une maison à leur nom. À condition qu'ils les reprennent au désert.
  • Bayek: C'est tout ? Ils doivent... déterrer leurs maisons ? Eh...
  • Taharqa: Ce n'est pas une tâche si facile. Nous devons tous œuvrer pour honorer les dieux.
  • Kawab: Les gens savent que mon père dit vrai !
  • Bayek: Et tu as bien raison de l'honorer, Kawab.

Bayek et Taharqa trinquèrent à leur succès.

  • Taharqa: Au sauveur de Létopolis !
  • Maharet: Partageons ces quelques dattes au miel, et... Tout va bien, Bayek ?

Bayek s'écroula, et sa vue se troubla. Taharqa courut à son secours et prit sa main, lui révélant sa bague en forme de serpent.

  • Taharqa: Tu es souffrant ?

Taharqa esquissa un sourire tandis que Bayek perdit connaissance. Le Medjaÿ retrouva ses esprits en plein désert, ensablé jusqu'au cou au milieu des ossements des victimes du Scarabée.

  • Bayek: Que les dieux te maudissent, Taharqa, jusqu'à ton dernier jour !

Bayek parvint à sortir un bras du sable.

  • Bayek: Senu... Aya... Où es-tu, mon amour ? Khemou... Je n'ai pas su... Ne m'en... veux pas. J'arpenterai bientôt les ténèbres avec le Caché, en chemin vers les Champs de roseaux.

Bayek eut alors quelques visions.

  • Apollodorus: Aya et moi sommes devenus proches. Elle chante tes louanges, Medjaÿ.
    Penses-tu vraiment pouvoir sauver notre peuple, Bayek ?
  • Aya: Toujours aussi beau. Si j'étais de nouveau jeune, je ferai d'Aya une femme jalouse !
    L'aigle ne prendra jamais le serpent dans ses serres.
    Nous devons permettre à notre fils d'atteindre les Champs de roseaux.
  • Eudoros: Le Serpent ? Moi ? Tu en sais si peu, c'en est risible.
    Le Serpent grandit et vit dans le sable, hors d'atteinte.
  • Hepzefa: S'il le faut, je mourrai en protégeant Siwa, car tu l'as abandonnée.
    Tu me tournerais le dos, mon ami ?
  • Medounamoun: Tu es devenu celui que tu cherchais à châtier.
    Tout ce sang et cette vengeance t'apporteront-ils la paix ?
    Est-ce que ma mort t'a comblé ? Ça t'a plus d'effacer mon nom de la peau de ton bras ?
    Tu n'es pas fatigué ? Allonge-toi dans le sable et dors.
  • Phanos le Jeune: Les poètes défendent ton (esprit).
    Tu es un homme comme les autres, mais le sort de notre monde repose sur tes épaules...
    Tuer est une forme d'art. Un art difficile qui réclame soin et travail.
  • Ptolémée: Agenouille-toi devant ton roi, Égyptien.
    Ils ont tué l'Égypte, est-ce que tu comprends ?
    Les pharaons ont fabriqué des chars et porté les dieux dans le cœur des hommes. Les medjaÿ se doivent de protéger notre divinité.
  • Rabiah: Les étoiles m'ont créée. Les étoiles me rappelleront à elles.
    Toujours aussi beau. Si j'étais de nouveau jeune, je ferai d'Aya une femme jalouse !
    Cela faisait très longtemps, Bayek. Trop longtemps.
    Aya et toi marchez sur un chemin dangereux. Vous êtes... les derniers medjaÿ.

Bayek eut soudain l'idée d'appeler son cheval à l'aide.

  • Bayek: C'est bien, bon cheval.

Senu planta ses serres dans la croupe du cheval, qui fonça alors droit vers Bayek, et le tira hors du sable.

  • Bayek: Que les dieux te protègent.

Bayek se releva.

  • Bayek: Sans armes, ni armure ni argent. Par où commencer ? Vite, avant que le vent n'ait effacé les traces. D'abord, les armes. Ensuite, le Scarabée.

Bayek infiltra le camp Achlys à la recherche de son équipement.

  • Soldat grec 1: Est-ce que tu as emballé l'équipement ?
  • Soldat grec 2: Oui, ce sont des armes superbes. J'ai tout mis dans une caisse, ça paiera notre tribut à Sefetou.
  • Soldat grec 1: Bien. On l'enverra à Fort Nikiou dans quelques jours.
  • Soldat grec 2: Combien de temps il va mettre à mourir, d'après toi ?
  • Soldat grec 3: Celui qu'on a enterré ? Mmh... Deux jours ?
  • Soldat grec 2: Il a l'air robuste. Je te parie ce que tu veux que tel qu'il est parti, il tiendra au moins trois jours.
  • Soldat grec 3: Tenu. Attends, qui va aller voir ?

Bayek fouilla un coffre dans les baraquements des soldats. Il remarqua l'emblème de l'Ordre des Anciens suspendu au mur.

  • Bayek: Ils auraient dû rester dans l'ombre.
Lettre à Sefetou

Sefetou - Accepte ces armes et cette armure en guise de paiement. Tu en comprendras immédiatement la valeur et, en retour, j'attends de ta part des services à la hauteur.

Bayek rentra à Létopolis et localisa Taharqa dans le temple d'Horus.

  • Taharqa: Ô dieux, accordez grâce à mon travail afin que mon nom soit reconnu et honoré dans ce temple jusqu'à la fin des temps.
    Ô mère Nout, veille sur moi. Aide-moi à trouver ma place parmi les étoiles immortelles.
    Ô dieux, accordez grâce à mon travail et faites perdurer mon nom.

Bayek fit face à Taharqa.

  • Bayek: Je te vois maintenant, hors de l'ombre.
  • Taharqa: Moi ? Je ne me suis jamais caché. J'ai toujours été sous tes yeux. Mais tu n'as pas su me voir. Tu n'es qu'une poussière que le temps finira par avaler.
  • Bayek: J'ai vraiment cru que ton seul but était de faire le bien.
  • Taharqa: Le bien ? Le mal ? De simples spectres du désert. Rien d'autre que des mirages, tout comme toi. Bientôt, seule ma vision demeurera.

Bayek assassina Taharqa. Dans une vision, Bayek le vit donner son amulette de scarabée en offrande aux dieux.

  • Taharqa: C'est... c'est donc ainsi que meurt un rêve.

Taharqa monta les marches d'un escalier menant aux cieux.

  • Taharqa: J'aurais pu bâtir quelque chose d'éternel !
  • Bayek: Et Ghoupa aurait pu chanter les louanges de tes prouesses.
  • Taharqa: Je regrette bien des choses ! Nous œuvrons pour des forces supérieures. Nous sommes tous les deux jouets des dieux. Nul n'y échappe.

Bayek entendit les rires familiers d'un enfant.

  • Taharqa: Je ne suis qu'un membre de l'Ordre des Anciens. Cette victoire ne t'offrira pas la paix !
  • Bayek: Ce n'est pas la paix que je cherche. Ce n'est pas pour mon âme que je mène ce combat.
  • Taharqa: L'Ordre des Anciens m'honorera comme le porteur des eaux et le bâtisseur des villes !

Taharqa referma une rangée de colonnes sur Bayek. Le Medjaÿ surprit alors le Scarabée par derrière.

  • Bayek: Ou le désert reprendra sa place... et dispersera le rêve de Létopolis comme du sable.

Taharqa disparut sous les eaux du Nil, et Bayek y jeta l'amulette du Scarabée. De retour parmi les vivants, Bayek caressa le corps de Taharqa d'une plume de héron pour marquer son passage vers l'au-delà. Soudain, Kawab fit irruption dans le temple.

  • Kawab: Aaaahhh ! Père !

Kawab se rua sur Bayek.

  • Kawab: Je vais te tuer ! Comme tu as tué mon père !

Ghoupa le sépara du Medjaÿ tandis que Maharet pleurait son mari.

  • Kawab: Je te prenais pour un ami ! Je te hais !

Ghoupa serra l'enfant dans ses bras, et Bayek s'adressa à lui.

  • Bayek: Prends soin de lui. Si tu peux, essaie de lui expliquer.

Ghoupa acquiesça.

  • Maharet: Quelles horreurs as-tu fait entrer dans ma maison ?
  • Bayek: Tu étais aveugle, mais désormais tu dois ouvrir les yeux. Ton mari était le Scarabée. Il était coupable. Il a battu et torturé ton père. Et d'autres gens avant lui.
  • Maharet: Non...

Ghoupa confirma les dires de Bayek.

  • Bayek: Tu dois désormais élever ton fils dans la lumière, loin du sang et des ombres répandues par ton mari.

Bayek s'en alla, mais s'arrêta.

  • Bayek: Pardonne-moi, mon fils.

Conséquences

Bayek défendit Létopolis d'un raid de pillards, mais apprit que Taharqa et le Scarabée ne faisaient qu'un, et l'assassina.

Galerie


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .

Fandom may earn an affiliate commission on sales made from links on this page.

Stream the best stories.

Fandom may earn an affiliate commission on sales made from links on this page.

Get Disney+