FANDOM


Originsicon1


Le philosophe accidentel est la représentation virtuelle d'une mémoire génétique de Bayek de Siwa revécue en 2017 par Layla Hassan à travers l'Animus.

Description

Tjepou ne sait pas où est son fils Tefibi et craint qu'il lui soit arrivé quelque chose.

Dialogues

  • Tjepou: Tefibi ! Tefibi ! Quand je mettrai la main sur lui, il regrettera qu'Osiris ne l'ait pas emporté ! Tu as vu mon crétin de fils ? Non ? Si tu le vois, envoie-le-moi. Je vais... je vais t'acheter quelque chose. Même si c'est rance. Tefibi !

Tjepou aborda Bayek.

  • Tjepou: Medjaÿ ! Les dieux soient loués. Cela fait bien des lunes que je n'ai pas croisé la route d'un Medjaÿ.
  • Bayek: Qu'est-ce qu'il y a, petite mère ?
  • Tjepou: C'est mon fils, Tefibi. Il traîne toujours par monts et par vaux. Seth l'emporte, il s'est mis en tête de devenir un penseur ! Il est à la recherche d'une grotte, près de la plage, mais il devrait déjà être rentré.
  • Bayek: S'il s'est perdu, je le retrouverai.
  • Tjepou: Merci, Medjaÿ.

Bayek rejoignit la plage où il débuta son enquête.

ACO Le philosophe accidentel 1

Bayek menant son enquête

  • Bayek: Ça ressemble à l'endroit qu'elle m'a décrit.

Bayek découvrit des morceaux de tissu dans le sable.

  • Bayek: Des vêtements. Déchirés.

Bayek remarqua le sang se jetant dans le lac Maréotis.

  • Bayek: Ses blessures ont saigné dans l'eau.

Bayek regagna la berge.

  • Bayek: Ces traces de sang mènent au phare. Je me demande...

Bayek remonta la traînée de sang jusqu'à une maisonnette au pied du phare.

  • Bayek: Les traces mènent à cette porte. Mieux vaut être prêt.

Bayek défonça la porte.

  • Tefibi: Ahhh !
  • Bayek: Tefibi ? Ta mère m'a envoyé te chercher.
  • Tefibi: Ah, m'en voilà ravi. Sinon, je t'aurais fait mal. Par la pensée.
  • Bayek: Ça j'en doute, petit.
  • Tefibi: Ah, aide-moi à me lever. Woh... J'ai la tête... qui tourne. J'ai dû perdre beaucoup de sang.
  • Bayek: Alors, il est temps de te ramener à ta mère.
  • Tefibi: Elle va être furieuse. Ah, d'accord. Je te suis. J'ai assez de forces pour marcher. Ma mère a envoyé un guerrier me protéger. Un philosophe a besoin d'un garde.
  • Bayek: Je ne suis pas ton garde. J'aide ta mère, c'est tout.
  • Tefibi: Ton insigne... C'est l'œil d'Horus ?
  • Bayek: C'est mon insigne de medjaÿ.
  • Tefibi: Un medjaÿ ? Ahhhh, l'ancien royaume. Les Ptolémées ne les ont pas tous tués ?
  • Bayek: Je suis le dernier.
  • Tefibi: M'autorises-tu à écrire ton histoire ? "Le Dernier des Medjaÿ", ce serait un récit merveilleux.
  • Bayek: Euh, quel genre d'histoire tu vas raconter, Tefibi ?
  • Tefibi: Je sais : une fable ! Qui ferait oublier fables d'Ésope ! Je crois que je ferais de toi un dromadaire.
  • Bayek: J'ai pas vraiment envie d'être un dromadaire.
  • Tefibi: Ah, dommage. Peut-être un aigle ? Ou alors une vache.
  • Bayek: Je crois plutôt que tu ferais mieux de te faire maintenant.
  • Tefibi: Oh. Si tu y tiens...

Des soldats surprirent Bayek et Tefibi.

ACO Le philosophe accidentel 3

Bayek et Tefibi contre les soldats égyptiens

  • Soldat égyptien 1: Là ! C'est lui ! Il nous a volés !
  • Bayek: Tu les as vraiment volés ?
  • Tefibi: Défends mon libre arbitre, guerrier !
  • Bayek: Je vais m'occuper d'eux.
  • Soldat égyptien 2: Là ! Il a pris notre carte !
  • Soldat égyptien 3: Voilà le rat qui nous a volés !
  • Soldat grec 1: Attrapez ce voleur !
  • Soldat grec 2: Reviens ici, sale vipère !
  • Soldat égyptien 4: Les phylakitai savent ce que tu as fait ! Ça ne se passera pas comme ça !
  • Tefibi: Prenez ça, abrutis de mangeurs de lotus ! Ha !
  • Bayek: Tefibi ! Je t'ai dit de rester en arrière !
  • Tefibi: Les philosophes luttent par l'esprit ! Méfiez-vous des sarcasmes de Tefibi !
  • Bayek: Tu vas t'écarter, pauvre idiot ?

Bayek repoussa les soldats.

  • Bayek: Voilà. Je crois qu'il n'y en a plus. Tefibi, tu ne m'aurais pas caché autre chose ? Une caisse de drachmes par exemple ?
  • Tefibi: Tu m'insultes, Medjaÿ ! Seul le savoir m'intéresse. L'argent peut être utile certes, mais de là à voler...
  • Bayek: J'ai l'impression qu'il ne vient plus personne. Je te rends à ta mère et à tes études.
  • Tefibi: Repasse me voir quand tu veux à Alexandrie, Medjaÿ ! Je vais devenir un grand philosophe, tu seras surpris !
  • Bayek: Je... je l'espère pour toi, Tefibi.

Conséquences

Bayek retrouva Tefibi et le mit à l'abri des crocodiles.



Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .