FANDOM



Le faux Oracle est la représentation virtuelle d'une mémoire génétique de Bayek de Siwa, revécue en 2017 par Layla Hassan à travers l'Animus.

Description

Bayek retrouva la trace du faux Oracle, Medounamoun, dans le temple d'Amon de Siwa.

Dialogues

Bayek infiltra le temple d'Amon et se mit à la recherche de Medounamoun.

  • Medounamoun: Je veux les noms de tous les villageois qui vont régulièrement au temple. Je veux qu'ils soient tous interrogés.
  • Soldat grec: Bien sûr, seigneur.

Medounamoun se mit à table.

  • Medounamoun: C'est de la viande ? Tu sais bien que je ne mange pas de viande.
  • Soldat grec: Je crois que c'est un tubercule local, seigneur.
  • Medounamoun: Cette nourriture est immangeable !
  • Soldat grec: C'est ce qu'on trouve de mieux à Siwa, seigneur.

Medounamoun reprit son chemin.

  • Medounamoun: Rassemblez les plus vieux habitants, que je les interroge.
  • Soldat grec: Les aînés, seigneur ?
  • Medounamoun: L'un d'eux aura peut-être quelques informations concernant la crypte.

L'Ibis se reposa un instant.

  • Medounamoun: La fatigue m'écrase autant qu'un python. Personne ne travaille autant que moi.
  • Soldat grec: Tu es un authentique martyr, seigneur.

Medounamoun prit place à son bureau.

  • Medounamoun: J'exige un silence absolu quand je travaille !
  • Soldat grec: Bien sûr, seigneur. Pardon, seigneur. J'y veillerai, seigneur.
  • Medounamoun: J'ai dit : silence !

Medounamoun se rendit devant la porte de la crypte.

  • Medounamoun: Quelle frustration. Je suis en possession de tous les éléments, mais impossible de les relier correctement.
  • Soldat grec: Je suis certain que vous trouverez la solution, seigneur.
  • Medounamoun: Tais-toi ! Tu es le plus pathétique des flatteurs !

Medounamoun reprit son chemin.

  • Medounamoun: Qu'est devenu le prêtre que j'ai interrogé ?
  • Soldat grec: Il est mort, seigneur.
  • Medounamoun: Alors trouvez-m'en d'autres !

Bayek assassina Medounamoun.

  • Medounamoun: Toi ! Tu es revenu !
  • Bayek: Pour rendre la justice.
  • Medounamoun: Je meurs, mon œuvre inachevée. J'étais si près, si près d'accomplir le règne éternel des forts, des sages et des vertueux !
  • Bayek: Des vertueux, hein ?

Les deux hommes dégainèrent leurs épées et s'affrontèrent.

  • Medounamoun: La crypte nous offrira le pouvoir des dieux. Alors, la vie d'un enfant...
  • Bayek: La vie d'un enfant ?

Bayek eut une vision de son défunt fils, Khemou.

  • Khemou: (Père ?)

Bayek se souvint alors des événements survenus un an auparavant. Père et fils s'entraînaient au tir à l'arc.

  • Bayek: Ah, ah, pas loin. Allez, encore une fois.
  • Khemou: D'accord.

Khemou prit deux flèches dans le carquois.

  • Bayek: Eh...
  • Khemou: Eh bien... je peux essayer. Comme ça, j'en aurai deux !
  • Bayek: Bien sûr.
  • Khemou: Bon...
  • Bayek: Lève... tends... prêt ?
  • Khemou: Oui.

Bayek chatouilla Khemou alors qu'il tirait sa flèche.

  • Khemou: Ah, tu m'as fait rater. Tu...

Chenzira, un ami de Khemou, fit irruption.

  • Chenzira: Khemou, par ici ! J'ai trouvé la caverne des hyènes.
  • Khemou: La caverne ?
  • Chenzira: Oui.

Khemou se retourna et attendit l'accord de son père.

  • Bayek: Ben vas-y.
  • Chenzira: Tu vas l'adorer, il y a au moins seize hyènes. Elles sont toutes noires et effrayantes.
  • Khemou: Il y en a seize ? Eh bien, en fait, je préférerais aller chasser avec mon (père).
  • Chenzira: Tu as toujours peur de tout.
  • Bayek: Hé ! Et si on allait chasser pour de vrai ? Hein ?
  • Chenzira: D'accord.
  • Bayek: Allez, viens.

Bayek, Khemou et Chenzira se mirent en route.

  • Khemou: Qu'est-ce qu'on va chasser ?
  • Bayek: L'oracle a besoin d'une peau de bouquetin mâle pour la cérémonie.
  • Chenzira: Tu te tiendras à côté du pharaon, pas vrai, Bayek ? Tu es le medjaÿ !
  • Khemou: Quand je serai medjaÿ, je serai aussi à côté du pharaon.
  • Chenzira: Tu ne seras jamais medjaÿ. Tu as bien trop peur.
  • Khemou: C'est pas vrai !
  • Chenzira: Et la grotte aux hyènes, alors ?
  • Khemou: Tais-toi !
  • Bayek: Ça suffit, vous deux.
  • Khemou: Le sable me brûle les pieds !
  • Bayek: Peut-être qu'ils vont prendre feu. Ça te fera aller plus vite.
  • Khemou: J'aimerais bien que mes pieds, ils prennent feu !

Bayek conduit Khemou au groupe de bouquetins.

  • Bayek: Il est devant nous.
  • Chenzira: Je peux venir ?
  • Bayek: Non, ta mère t'attend.
  • Chenzira: Très bien. On se voit à la cérémonie, Khemou !
  • Khemou: Au revoir, Chenzira !

Chenzira rentra chez lui.

  • Bayek: Le troupeau n'est pas loin. On n'est pas après n'importe quel mâle. C'est le chef qu'il nous faut.
  • Khemou: Comment on le reconnaît ?
  • Bayek: Le grand aux grandes cornes. Maintenant tais-toi, fais comme moi.
  • Khemou: Senu ! Senu ! Allez, viens me voir !
  • Bayek: Pourquoi tu appelles Senu ?
  • Khemou: Chenzira m'a dit que je devrais voler ses plumes, comme ça je pourrai aller aux Champs de roseaux quand je passerai devant Anubis.
  • Bayek: Anubis voit si ton cœur est plus lourd qu'une plume. Tu n'as pas le droit de fausser la balance. C'est sacré.
    C'est mon moment préféré, baisse-toi ! Ils vont nous voir si on ne devient pas comme Amon, le dieu qu'on ne voit pas.
  • Khemou: Oui, (Père). Nous sommes Ceux qu'on ne voit pas.

Des bouquetins prirent la fuite.

  • Khemou: Ahhh ! Ho non ! Je leur ai fait peur !
  • Bayek: C'est pas grave. Ça nous fera plus de temps ensemble. À profiter de ces moments. Reste avec moi. On pourra le faire. Tous les deux.

Bayek visa le bouquetin.

  • Bayek: Tu vois ? Mes yeux et ma main sont alignés sur la flèche. C'est la seule manière de viser juste.
  • Khemou: J'aimerais pouvoir tirer cent flèches avec cet arc.

Bayek tua le mâle dominant.

  • Bayek: Touché !
  • Khemou: Ça lui a fait mal ?
  • Bayek: Un tir en plein cœur ne fait presque pas souffrir. Allons chercher cette peau.

Bayek récupéra la beau du bouquetin.

  • Bayek: Nous apporterons ça à l'Oracle avant la tombée de la nuit.
  • Khemou: Un jour, je vais tirer une flèche à travers le soleil.
  • Bayek: Tu le peux. À condition que ta flèche soit comme Senu.
  • Khemou: T'as raison, si mes flèches étaient comme Senu, je pourrais chasser tout ce que je veux.
  • Bayek: Tu as dit que tu aimerais voir le pharaon de près ?
  • Khemou: Oui.
  • Bayek: Et si tu venais avec moi à ses côtés ?
  • Khemou: J'ai le droit ?
  • Bayek: En tant que fils de medjaÿ et futur medjaÿ.
  • Khemou: (Père), c'est quoi un medjaÿ, en vrai ?
  • Bayek: Le premier medjaÿ était le protecteur du pharaon. Mais ça signifie que tu dois veiller sur tout le peuple d'Égypte. Pas seulement le protéger, mais œuvrer pour leur bien-être.
  • Khemou: Oh, (Père) ! Je suis si heureux de devenir medjaÿ. Toi, tu connais tous les secrets de Siwa. Et si je ne deviens jamais medjaÿ ?
  • Bayek: Tu le deviendras. Tu es mon fils !
  • Khemou: Mais ça me fait peur. J'essaie d'être courageux, mais parfois c'est dur.
  • Bayek: Attends. Passons par là.

Bayek conduisit Khemou à la pointe d'Halma.

  • Bayek: Tu sais, quand j'avais ton âge, parfois moi aussi, j'avais peur. Ton grand-père était un medjaÿ de renom, et il tenait à ce que je fasse honneur à la famille quand je lui succéderais.
  • Khemou: Oui.
  • Bayek: Un jour, il m'a amené sur ce chemin. Au sommet, il m'a dit quelque chose. Un seul mot. Ça m'a transformé.
  • Khemou: Un seul mot ?
  • Bayek: J'ai surmonté ma peur. J'ai compris que je pouvais tout faire.
  • Khemou: Qu'est-ce qu'il t'a dit ?
  • Bayek: Je te le dirai quand on arrivera.

Bayek guida Khemou sur la corniche.

  • Khemou: Quel mot il disait ton père, déjà ?
  • Bayek: Saute. Ne réfléchis pas. Saute !
  • Khemou: Oui, (Père).
  • Bayek: Allez, crois-moi. Tu peux.
  • Khemou: Je sais ! J'y vais !
  • Bayek: Alors saute !

Khemou recula.

  • Bayek: Bon, reviens, tu n'es pas encore prêt.
  • Khemou: Je peux le faire, (Père) ! Je peux !

Soudain, un cri se fit entendre.

  • Chenzira: Aaaaaaaah !
  • Soldat grec: Tais-toi, pauvre petite vermine.
  • Chenzira: À l'aide ! Aidez-moi !
  • Khemou: C'est Chenzira !
  • Soldat grec: Je t'ai dit de te taire !
  • Bayek: Retourne auprès de ta mère. Ne t'inquiète pas pour Chenzira. Je m'en occupe.
  • Soldat grec: Medjaÿ Bayek !
  • Bayek: Va ! Allez.
  • Khemou: J'ai peur, (Père). Je ne veux pas rentrer tout seul !
  • Bayek: Khemou, pour une fois dans ta vie, ne sois pas lâche ! Va !

Khemou s'en alla.

  • Soldat grec: Medjaÿ Bayek !

Bayek posa la main sur son épée.

  • Bayek: Je suis bien le medjaÿ, ici. Qui veut me parler ?
  • Soldat grec: Range ton arme et suis-moi.
  • Chenzira: Tu as dit que tu voulais juste lui parler !

Bayek fit face aux soldats qui retenaient Chenzira.

  • Bayek: Qui es-tu pour me donner des ordres ?
  • Soldat grec: On n'a pas de temps à perdre, espèce de minable.
  • Chenzira: Aaaaaaaah !

Bayek se retrouva encerclé et le capitaine des soldats l'assomma.

  • Soldat grec: Ha !

La nuit tombée, il l'emmena au temple d'Amon.

  • Medounamoun: Qu'est-ce qui vous a retardés ?
  • Homme: On a été discrets, seigneur. On est restés dans l'ombre.
  • Medounamoun: Merci d'avoir accepté de te joindre à nous, Medjaÿ. Il est d'une importance cruciale que nous accédions à la crypte. Les prêtres du temple s'entêtent à refuser de nous aider. Tu y répugnes aussi peut-être, par loyauté envers l'Oracle. Il se trouve que nous avons ici quelqu'un qui devrait t'aider à changer d'avis.

Rebecca, la mère de Chenzira, était également retenue prisonnière dans le temple.

  • Rebecca: Bayek ! Je croyais qu'ils voulaient simplement lui poser une question ! Qu'est-ce que j'ai fait ?
  • Soldat grec: Silence !

On emmena Bayek devant la porte de la crypte, où se trouvait aussi Khemou.

  • Khemou: (Père) !
  • Inconnu 1: Veillez à ce que personne n'entre.
  • Bayek: Khemou ? Tu es blessé ?
  • Inconnu 2: Vas-y. Essaie à ta manière.
  • Bayek: Laissez mon fils en dehors de ça !
  • Inconnu 3: Ton fils a quelque chose à t'expliquer. L'Ibis peut-il lui montrer l'orbe ?

Medounamoun révéla une Pomme d'Éden.

  • Medounamoun: Nous pensons qu'il faut ceci pour entrer dans la crypte.

Les hommes masqués donnèrent la Pomme à Khemou, qui n'en fit rien.

  • Inconnu 1: C'est une perte de temps !
  • Inconnu 3: L'enfant est effrayé. Tout va bien.
  • Khemou: (Père). Il faut que tu leur dises, pour la crypte. Il faut leur dire comment on utilise ça.
  • Roudjek: En tant que medjaÿ, tu dois connaître un indice ou une légende qui explique son usage.
  • Bayek: Je ne sais rien sur cette crypte. Par pitié, ne mêlez pas mon fils à ça.
  • Soldat grec: Seigneurs ! Le pharaon a été alerté ! Il insiste pour venir ici !
  • Medounamoun: Nous allons être découverts !
  • Inconnu 3: Vite !

Les hommes masqués traînèrent Bayek devant la porte de la crypte.

  • Inconnu 2: Parle à ton fils. Si la crypte n'est pas ouverte à notre retour, tu ne le reverras jamais.

Les inconnus laissèrent Bayek et son fils seuls un instant.

  • Khemou: (Père). J'ai fait ce que tu m'as dit, mais...
  • Bayek: Tout va bien, fils.

Khemou ne parvint pas à détacher son père.

  • Bayek: Non ?
  • Khemou: (Père). Je peux te l'apporter.

Khemou désigna un couteau que portait l'un des hommes masqués.

  • Bayek: Non. Khemou. Non.
  • Khemou: Ils vont nous faire du mal.

Khemou alla chercher le couteau.

  • Bayek: Khemou, ils vont... Khemou...
  • Inconnu 1: Quelle perte de temps stupide !

Khemou déroba le couteau et le rapporta à Bayek.

  • Bayek: Non, Khemou. Khemou. Non, viens, viens, viens.
  • Inconnu: Le temps presse ! Parle !
  • Bayek: Non ! Je ne sais rien !
  • Inconnu 2: Nous devons partir !
  • Inconnu 1: Je vais arracher le cœur de ce garçon.
  • Bayek: Non ! Attends ! Attends, attends ! Arrête !
  • Inconnu 1: Il ne connaîtra jamais l'autre monde.
  • Bayek: Non, non, non, je vais parler, je vais parler, je vais... Non, non, non.
  • Inconnu 1: Il veut gagner du temps.
  • Inconnu 3: Qu'est-ce que c'est ?

Bayek trancha ses liens et s'en prit aux hommes masqués.

  • Inconnu 2: Arrête ! C'est de la folie !

Bayek plongea le couteau sur l'un des hommes masqués, qui para l'attaque.

  • Inconnu 1: Le Serpent considère que c'est ta réponse.

L'homme s'écarta et Bayek, emporté par son élan, planta le couteau dans le cœur de Khemou.

  • Bayek: Non ! Khemou ! Khemou... Khemou...

Bayek se retourna pour attaquer ses ravisseurs, mais l'un d'eux l'assomma. De retour au présent, Khemou laissa la place à Medoumamoun.

  • Medounamoun: On croyait que tu étais mort. Tu n'as même pas été capable de sauver ton propre fils ! Tu n'es personne. Bayek de nulle part. Misérable père de personne.

Bayek frappa Medounamoun avec l'artefact.

  • Bayek: Ha ! Ha ! Et là, tu meurs au nom de "personne".

Bayek défigura Medounamoun avec la Pomme et abandonna son cadavre.

Bayek rentra à Siwa et y retrouva Hepzefa, qui vit la Pomme ensanglantée dans la main du medjaÿ. Le lendemain, les deux amis trinquèrent à leur victoire.

  • Hepzefa: Bien joué, mon ami ! Notre héros est de retour ! Tu as ramené la joie à Siwa.
  • Bayek: Je dois partir pour Alexandrie. Il faut que je voie Aya.
  • Hepzefa: Allons, ne te précipite pas. Siwa a besoin de son medjaÿ.
  • Bayek: Ici, c'est toi, le protecteur. Je suis toujours heureux de t'aider.
  • Hepzefa: Viens me voir quand tu seras prêt à partir. Nous boirons une bière à notre amitié, mon ami.

Conséquences

Bayek assassina Medounamoun, l'Ibis. Après s'être souvenu de la mort de son fils Khemou, il s'apprêta à quitter Siwa pour Alexandrie y retrouver sa femme Aya.



Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .

Fandom may earn an affiliate commission on sales made from links on this page.

Stream the best stories.

Fandom may earn an affiliate commission on sales made from links on this page.

Get Disney+