FANDOM


Originsicon1


Le dernier garde du corps est la représentation virtuelle d'une mémoire génétique de Bayek de Siwa revécue en 2017 par Layla Hassan à travers l'Animus.

Description

Un marchand cherche de l'aide afin d'acheminer une précieuse cargaison à travers la ville. Bayek accepte... contre récompense.

Dialogues

  • Phidias: Non, pas celui-là. Il est trop... beau. Si seulement ces brigands n'avaient pas tué Arikonos. Le pauvre. Au moins, les chacals ont fait un bon repas. Toi ! Viens par ici. Euh, non. Pas toi. Tu ne feras pas l'affaire. Ce travail ne saurait attendre. N'y a-t-il personne pour le faire ? J'ai besoin de quelqu'un pour un travail rapide. C'est bien payé. Non, pas toi, passe ton chemin. Ne t'arrête pas.

Phidias remarqua Bayek.

  • Phidias: Toi ! Ton insigne... Tu es un homme d'honneur ? Ils sont devenus si rares...
  • Bayek: Je suis un medjaÿ. Je résous les problèmes.
  • Phidias: Bien ! J'en ai un. Un trésor extrêmement précieux, qui doit être livré aujourd'hui. Tu seras bien payé pour ce travail, crois-moi. D'ailleurs, voilà déjà quelques drachmes.

Bayek prit son argent.

  • Bayek: Je n'ai pas l'habitude des villes où tout s'achète si facilement.
  • Phidias: Bien ! Affaire entendue. Suis-moi. Ce que je vais te demander est de la plus haute importance. Le métier de marchand n'est pas une tâche facile. Expédier des peaux de tigre et des statues n'a rien de simple, crois-moi. Ah, ces ouvriers ! Jamais là où on leur demande d'être. Comme je te le disais, tu vas devoir faire vite. Oh. Et ne te laisse pas distraire. Si c'est le cas, je le saurai. C'est tout ce qu'il me reste après la crue.
  • Bayek: Tu as l'air d'y tenir à ta... cargaison.
  • Phidias: Je le jure sur le tombeau de ma mère, elle a été envoyée par les dieux pour embellir Alexandrie.

Phidias mena Bayek à une femme sur les quais.

  • Phidias: Tu as ton garde du corps, Kara. Et que ça ne se passe pas comme la dernière fois, ma fille.
  • Bayek: Attends, tu ne m'as jamais demandé de...
  • Phidias: Medjaÿ, s'il ne lui arrive rien, je te promets que tu crouleras sous les drachmes. Toi, Kara, n'oublie pas la réception de ce soir. Tu seras prête, ma fille ?
  • Kara: Bien sûr, Père ! "Je serai prête !"

Phidias confia Kara à Bayek et s'en alla.

  • Kara: Je suis si heureuse que tu aies accepté de m'aider.
  • Bayek: Je vais te conduire chez toi. Ne crains rien.
  • Kara: Oh, bien sûr. Merci, mon taureau. Tu ressembles à Héraclès. Je vais peut-être t'appeler mon Héraclès.

Bayek et Kara quittèrent les quais.

  • Kara: Enfin ! On change de cap, Héraclès.
  • Bayek: Hein ? Pas question, petite, ma tâche est de te ramener chez toi.
  • Kara: Je ne veux pas. Tu connais les prêtres d'ici ? Quel ennui... Non ! Je dois aller au grand marché. J'ai entendu parler d'étoffes de Perse. Je veux en acheter.
  • Bayek: Sinon ?
  • Kara: Je vais hurler. Ça attirera les gardes. Et... Là !... Même si tu leur survis, mon père te le fera payer.
  • Bayek: Qu'Anubis emporte cette ville. Tu serais pas Sekhmet déguisée ? Qui me mettrait à l'épreuve ?
  • Kara: Hein, qui ça ?
  • Bayek: Rien.
  • Kara: Bien ! Allons d'abord chercher ma jument. On la traite de manière horrible quand je ne suis pas là.

Bayek escorta Kara au quai égyptien.

  • Kara: J'adore cette partie de la ville. Elle est si rustique. Ça se sent dans l'air ! Les gens vivent simplement ici. Pégase est si impatiente de me retrouver.

Kara retrouva sa jument.

  • Homme: Jeune maîtresse, quel plaisir de te revoir. Comme tu l'avais demandé, on a pris soin de ses pieds.
  • Kara: Très bien, était-ce si difficile ?
  • Homme: Et sinon, pour ma paie ?
  • Bayek: Ton père m'a chargé de te ramener, pas de payer pour ton cheval.
  • Kara: Je suis sûre que mon père serait mécontent que tu discutes de cela devant cet homme, écuyer.
  • Homme: Bien sûr, mais j'en parlerai à ton père.
  • Kara: Oh, Pégase. Je sais que je t'ai manqué. Oh oui, magnifique créature. Si seulement tu avais des ailes. Bon, en route, garde du corps.

Bayek et Kara chevauchèrent Pégase.

ACO Le dernier garde du corps 2

Bayek et Kara au marché

  • Bayek: J'en ai assez. Je te ramène chez toi, princesse Kara.
  • Kara: Oh, c'est toujours pareil avec vous, les grands taciturnes. On ne peut jamais s'amuser.
  • Bayek: Je devrais te laisser ici.
  • Kara: Tu t'es engagé à me ramener, tu te souviens ?
  • Bayek: Et si je partais ?
  • Kara: Cela pèserait sur ta conscience, crois-moi. Regarde, garde du corps. C'est là que j'ai eu ma première... discussion avec un soldat.
  • Bayek: Il a dû t'en être très reconnaissant.
  • Kara: Nous devons aller acheter des étoffes au marché.
  • Bayek: Je vais te ramener chez toi, comme le veut ton père. Pas ailleurs. Allez, avance.
  • Kara: Tu sais que tu es en train de gâter mes chances de trouver les étoffes idéales.
  • Bayek: Il y a plusieurs sortes d'étoffes ?
  • Kara: Tu es plus... sévère que mes gardes du corps habituels. Tu pourrais aller plus vite, garde du corps.
  • Bayek: J'ai un nom.
  • Kara: Bayek.
  • Bayek: Enfin, tu te souviens de mon nom.
  • Kara: Je me souviens de tous leurs noms, tu sais.
  • Bayek: Les noms de qui ?
  • Kara: Mes gardes du corps. Quand je le peux, j'envoie des cadeaux à leurs familles.
  • Bayek: Kara. Kara.
  • Kara: ... Oui ?
  • Bayek: Cela te ferait plaisir si on allait... chercher tes étoffes ?
  • Kara: C'est vrai ? Bien... sûr ! Merci, Bayek ! Tu as un regard intéressant.
  • Bayek: Merci.

Le duo arriva au marché.

  • Bayek: Nous approchons. Enfin.

Bayek suivit Kara au marché.

  • Kara: Ah ! Enfin des étoffes qui sortent de l'ordinaire. Oh ! Ce que c'est lourd ! Tu veux bien m'aider ?

À peine Bayek eut-il ramassé les étoffes, Kara appela à l'aide.

  • Kara: Bayek ! Pégase ! On a volé mon cheval !
  • Bayek: Reste ici ! Ne bouge pas !

Bayek pourchassa le voleur et lui reprit Pégase.

  • Bayek: Voilà qui est fait. Woh, ma belle. Il est temps de rentrer. Tu a dû manquer à ta peste de maîtresse. Pégase. Mmh... Ça me plaît. Joli nom pour un cheval. Je crois que tu plairais à Aya.

Bayek ramena le cheval à Kara.

ACO Le dernier garde du corps 3

Bayek et Kara faisant leurs adieux

  • Kara: Par ici, Bayek !... Papa, comme Pégase boitait, Bayek a pris soin de lui. Il m'a à peine quittée !
  • Phidias: Ah. J'ai entendu du vacarme, mais selon ma petite princesse, tu es le héros du jour.
  • Kara: Peut-on en faire mon garde du corps permanent ? S'il te plaît, Père ?
  • Phidias: Combien cela coûterait-il d'embaucher un medjaÿ ?
  • Bayek: Je ne compte pas m'éterniser ici.
  • Phidias: Dommage. Alors, permets-moi de récompenser dignement les services d'un héros.

Plus tard, Bayek recroisa Kara à Alexandrie.

  • Kara: Bayek ! Tu reviens auprès de moi. Es-tu prêt à devenir mon medjaÿ personnel ?
  • Bayek: Euh, eh bien... Non, je continue, tu vois...
  • Kara: Ce que tu es crédule, Bayek ! Je suis simplement heureuse de te voir en un seul morceau. Le meilleur garde du corps de la ville !

Conséquences

Après moult péripéties, Bayek escorta Kara jusqu'à chez elle et sauva sa jument.



Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .

Fandom may earn an affiliate commission on sales made from links on this page.

Stream the best stories.

Fandom may earn an affiliate commission on sales made from links on this page.

Get Disney+