FANDOM


AC2iconRNbookiconTempliers

Jacopo de' Pazzi (1421 – 1480) était un noble florentin très influent ainsi qu'un membre du [[Rite romain de l'Ordre des Templiers[Rite romain]] de l'Ordre des Templiers.

Issu de la Famille Pazzi, l'une des grandes familles florentines, Jacopo eut un rôle majeur au sein des affaires familiales, gérant leurs activités bancaires. C'était le grand-oncle de Vieri et Viola de' Pazzi et l'oncle de Francesco de' Pazzi.

Associé à Lorenzo de' Medici, Jacopo n'avait rien de personnel contre le régent de Florence, alors il engagea quatre Templiers pour éliminer Lorenzo et son frère Giuliano afin de retourner la situation en sa faveur.

Biographie

Conjuration des Pazzi

"Liberté ! Liberté ! Liberté ! Pour le peuple et la liberté !"
– Jacopo devant le Palais de la Seigneurie, 1478[src]

En avril 1478, Jacopo se réunit avec ses confrères Templiers Francesco et Vieri de' Pazzi ainsi que le Grand Maître de l'Ordre, Rodrigo Borgia, à San Gimignano. Les quatre hommes discutèrent de leur plan pour renverser Florence, et Jacopo fut chargé de calmer et haranguer la population florentine quand le travail serait fait.

La réunion s'acheva bientôt, et le groupe quitta la ville, sauf Vieri qui resta sur place. Ce dernier fut tué le même soir par l'Assassin Ezio Auditore da Firenze, qui avait infiltré la ville avec son oncle et quelques mercenaires.

ACII Le secret de Novella 1

Jacopo à la réunion

Plus tard cette même année, Jacopo se réunit avec plusieurs autres Templiers dans les catacombes courant sous l'église Santa Maria Novella ; cette réunion était à nouveau menée par Rodrigo Borgia. Jacopo y exprima ses doutes quant aux jugements effectués par Francesco sur les capacités des Assassins, estimant que son neveu sous-estimait nettement Ezio. Francesco botta en touche et assura à Borgia que l'opération serait un succès.

Le lendemain matin, après l'attaque contre les Medici menée par Francesco et les conjurés, Jacopo rallia les partisans des Pazzi sur la Piazza della Signoria, haranguant la foule.

Mais à sa grande surprise, il découvrit le cadavre de Francesco, pendu aux remparts du palais, les partisans des Medici se félicitant au sommet de ceux-ci. Apeuré, Jacopo quitta précipitamment les lieux à bride abattue, trouvant refuge à San Gimignano.

Mort

"Ezio: J'ai quitté Florence à la demande d'Il Magnifico, pour m'occuper d'une affaire non réglée. Je dois trouver Jacopo de' Pazzi.
Mario: Ha ! Toi aussi ? Nous l'avons cherché sans succès.
"
– Mario et Ezio à propos de Jacopo, 1478[src]

Après l'échec ce la conjuration, Jacopo trouva refuge à San Gimignano, tous comme les autres conjurés survivants ; Bernardo Baroncelli, Antonio Maffei, Stefano da Bagnone et Francesco Salviati. Disposant de nombreuses ressources, Jacopo se confina dans la cité. Hélas, les autres conjurés n'avaient pas son talent, et ils furent tous traqués et abattus par Ezio Auditore. En les assassinant, Ezio apprit bientôt la date et le lieu d'une réunion des Templiers à laquelle Jacopo devait assister.

En 1480, Ezio utilisa ses informations pour localiser Jacopo devant une église de San Gimignano. Jacopo fit route jusqu'à un ancien théâtre romain, suivi de près par l'Assassin. Une fois arrivé dans le théâtre, Ezio resta en retrait et regarda Jacopo retrouver Rodrigo Borgia et un marchand vénitien, également Templier, du nom d'Emilio Barbarigo.

ACII Faux amis 2

Jacopo tentant de faire entendre raison à Rodrigo

Jacopo essaya de fournir des explications sur l'échec de Florence, accusant Francesco d'avoir agi stupidement et de manière bien trop impulsive, et mettant en doute la qualité des armes fournies par Emilio, les qualifiant de "camelote" ; tout cela provoqua la furie de Rodrigo. Malgré les tentatives de Jacopo pour retourner la situation à son avantage, Rodrigo le poignarda dans le ventre avec un Stiletto. Horrifié par sa blessure, Jacopo supplia qu'on l'épargne.

Sans la moindre pitié, Emilio le poignarda à son tour et le jeta au sol. Rodrigo se saisit ensuite de son épée et la plongea dans le cou de Jacopo, qui demeura inanimé, mais toujours vivant, au sol. Borgia héla ensuite ses hommes pour qu'ils s'occupent d'Ezio, ayant remarqué que l'Assassin était là, avant de quitter les lieux.

Une fois qu'il eût tué les gardes, Ezio abrégea les souffrances de Jacopo en utlisant sa Lame secrète.


Personnalité

"Jacopo: C'est la faute de Francesco ! Il s'est montré beaucoup trop impatient. J'ai… j'ai bien essayé de le raisonner, mais –
Emilio: Vous vous êtes comporté comme un lâche.
"
– Jacopo se disputant avec Emilio, 1480[src]
ACII Le Secret de Novella 25

Jacopo réprimandant Francesco

En tant que Templier et un des principaux inquisiteurs de la Conjuration des Pazzi, Jacopo était quelqu'un de pragmatique, qui planifiait soigneusement ses actions. A la différence de bon nombres de ses acolytes, Jacopo n'était pas prétentieux et respectait ses ennemis, rappelant notamment Francesco lorsque celui-ci se moqua des Medici et des Assassins, en lui rappelant que ces mêmes Assassins avaient tués son fils quelques temps avant. Il fut logique lors de sa fuite à San Gimignano, en restant caché jusqu'à ce que la réunion eut lieu, à la différence des autre conspirateurs qui furent tués car ils s'étaient mal cachés[1].

Mais il fut considéré comme un lâche par les autres Templiers et les Médicis. Mais il avait aussi un fort caractère, et il n'hésita pas à accuser Emilio Barbarigo d'avoir fourni des armes de piètres qualité, causant ainsi l'échec des Templiers à Florence.

Jacopo était un homme qui était doué pour trouver des excuses. Il avait un grand respect pour ses supérieurs, et ne sortait que très rarement de ses gonds. Il parlait peu, doucement et timidement. Il balbutia devant Rodrigo, mais lui resta fidèle même sur son lit de mort, essayant vainement de sauver sa peau en lui promettant de réparer le fiasco de Florence.


Notes

  • Historiquement, Jacopo fut lancé à travers une fenêtres par une foule en colère, puis son corps nu fut traîné dans les rues et jeté dans l'Arno.
  • C'est l'acteur Arthur Grosser qui prête ses traits à Jacopo dans le jeu. Il interprète aussi le personnage de Sixte IV dans Assassin's Creed: Lineage.
  • Jacopo est le seul personnage à être monté sur un cheval dans Florence, ainsi que l'unique personne (si l'on excepte les Gardes agiles lors de la mémoires Vacances en Romagne) vu en train de monter un cheval dans Assassin's Creed II.
  • Jacopo est la seule cible d'assassinat qui ne parle pas lors de sa mort.
  • Dans Assassin's Creed: Renaissance, Ezio embrasse le front de Jacopo tout en lui enfonçant sa lame dans le cœur.

Galerie



  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées AC2.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .