Wiki Assassin's Creed

Les wikis Assassin's Creed internationaux s'associent pour réclamer la fin de la culture toxique au sein d'Ubisoft.
→ Pour en savoir plus

EN SAVOIR PLUS

Wiki Assassin's Creed
Advertisement
Wiki Assassin's Creed
Originsicon1.png

Hypatos

Hypatos (décédé vers 48 AEC) était le garde du corps du nomarque de Saqqarah, Roudjek. C'était un guerrier d'honneur qui a fidèlement remplit son devoir même après que son maître eut été assassiné par le Medjaÿ Bayek de Siwa. Après un premier affrontement où Bayek le neutralisa et après lequel il assassina Roudjek, Hypatos se lança à la poursuite du Medjaÿ avec la même détermination que ce dernier avait eue pour tuer son maître, mais il finit par mourir sous sa lame.

Biographie

En 48 avant l'ère commune, le maître d'Hypatos fut tué à l'intérieur de la pyramide rhomboïdale de Snéfrou par vengeance, pour son implication dans la mort de Khemou, fils de Bayek. La disparition de Roudjek conduisit Hypatos à traquer ce dernier afin de venger son maître à son tour. Lui-même présent lors de l'assassinat de Roudjek, il avait été blessé de façon critique et laissé pour mort.

Quelques mois plus tard, Hypatos affronta Bayek au-dessus d'une tombe de l'Ancien Royaume dans les environs de Siwa. Dans le feu du combat, le plancher céda d'avoir été frappé de manière répétée par les coups de masse d'Hypatos, ce qui précipita les deux combattants dans un hall en ruine en contrebas. La chute n'ayant entravé aucun de ceux-ci, le combat reprit dès qu'Hypatos refusa l'offre de trêve de Bayek. Finalement, le Medjay prouva être un meilleur combattant et Hypatos périt de son épée.

Personnalité et attributs

Hypatos était un combattant ayant une forte conviction en l'honneur. Sa loyauté envers son maître, Roudjek, était si ancrée en lui qu'il continua à le servir après la mort de ce dernier en traquant son assassin, le Medjaÿ Bayek. Bien que sa résolution à venger son maître faisait écho à celle qu'avait Bayek à poursuivre inexorablement Roudjek, Hypatos était moins motivé par une vengeance personnelle que par une fidélité à sa mission. Comme il le répéta à Bayek au cours de leur duel, en refusant les offres de paix de son adversaire, il s'agissait d'une question d'honneur non négociable de le tuer ou de mourir en le tentant. Qui était son maître importait peu, dès qu'il avait juré de le protéger et il n'estimait pas qu'il y avait la moindre pertinence au fait que Roudjek était, comme Bayek l'affirmait, un "meurtrier". De même, fidèle à son éthique de combattant, il était capable de reconnaître - et même de respecter - la qualité d'un Medjay comme celle d'un "opposant valeureux".

Notes

  • Hypatos (ὕπατος) est un mot grec qui est originellement la traduction en grec du latin consul

Galerie



Advertisement