Wiki Assassin's Creed

Assassin's Creed Red devient Assassin's Creed Shadows ! Découvrez le premier trailer et toutes les infos sur notre page dédiée.

EN SAVOIR PLUS

Wiki Assassin's Creed
Advertisement
Wiki Assassin's Creed
TempliersACIDiconACBoV Icône

Les Corbeaux étaient une organisation secrète fondée par le templier Cesare Borgia pour éradiquer les Assassins en reproduisant leurs propres techniques. En tant qu'unité de spécialistes de la lutte contre les Assassins, ils étaient experts dans les arts de la furtivité, du déguisement et du meurtre, et ces compétences étaient utilisées non seulement dans la chasse aux Assassins, mais aussi contre tous les autres ennemis de Cesare. À leur apogée, ils terrorisaient les gens du peuple dans toute la Toscane.

Fidèles à leur nom, ils utilisaient largement le motif du corbeau, et leur chef, Sirus Favero, était connu comme le Maître des Corbeaux, aussi appelé Il Corvo. Ils partageaient la réputation de méchanceté des Borgia, mais au fil du temps, à mesure qu'ils accumulaient du pouvoir, ils s'éloignaient de plus en plus de leur organisation mère. Au moment où les Assassins commencèrent à mener des opérations contre eux, ils furent classés par les Templiers comme une organisation de voyous. Au cours de leur dernière année d'existence, ils lancèrent une campagne ambitieuse visant à détruire les Borgia et les Assassins, campagne qui entraîna leur disparition brutale.

Histoire[]

Origine[]

Entre 1495 et 1498, Cesare Borgia a commencé à réfléchir à un moyen de créer une unité de Templiers dédiée à la lutte contre les Assassins italiens. Il pensait qu'ils adopteraient les compétences et les tactiques mêmes qui rendaient les Assassins si mortels. À cette fin, il a envoyé un groupe d'orphelins à l'abbaye de Vallombrosa et ils ont réussis à tromper le vétéran des Assassins espagnols Rafael Sánchez pour qu'il les entraîne comme leurs semblables pendant au moins cinq ans. Une fois qu'il a déterminé que leur formation était terminée, il a nommé son allié Sirus Favero à la tête du groupe naissant, qu'il a appelé "les Corbeaux". C'est Sirus qui a présidé à leur endoctrinement dans l'idéologie templière. En traitant chaque Corbeau comme son fils, et l'organisation comme une famille, il réussit à cultiver leur loyauté indéfectible.

En 1500, peu après sa conquête de la cité des Assassins Monteriggioni, Cesare y envoya l'un de ses agents, Pietro de Galencia, pour voler les plans de la Lame secrète cachée sous Villa Auditore. Cesare prévoyait de copier le design de l'arme et de la produire en masse pour les Corbeaux. Le vol a pris quelques années, car Pietro a dû s'assimiler à la ville pour apprendre ses secrets. Il a finalement réussi sa mission, bien qu'il ait été tué par un Assassin avant d'avoir pu se mettre en sécurité.

Cesare a ensuite donné les plans à un Forgerons nommé Demetrio il Silente et l'a forcé à inventer une version améliorée de la Lame secrète appelée la "Lame de Corvix". Lorsque Demetrio a refusé de continuer à les construire, Cesare lui a coupé la langue en guise de punition et l'a torturé pendant des jours.

La découverte des Assassins[]

Équipés des lames Corvix, les Corbeaux étaient capables d'imiter les techniques de meurtre des Assassins, frappant leurs proies dans l'ombre ou à couvert. De 1503 à 1506, ils ont exploité ces compétences non seulement dans l'assassinat des ennemis de Cesare, mais aussi sur des paysans infortunés dans toute la Toscane. Malgré leur statut de force secrète, ils lancent fréquemment des raids brutaux contre des villages et des fermes, massacrant des civils par pur plaisir. Ces histoires parviennent aux oreilles de Niccolò Machiavelli et des Assassins, mais il était lent à réagir. Ce n'est que lorsque les Corbeaux menacèrent un jour la vie de Leonardo da Vinci près de la Basilique de Santa Croce qu'ils attirèrent enfin l'attention des Assassins.

Quelques années plus tard, en 1506, Lo Sparviero, l'assassin qui a sauvé la vie de Léonard, récupère à Rome une paire de lames Corvix, ainsi que les plans de la lame secrète. Un peu plus tard, il a sauvé un homme qui complotait pour assassiner Cesare, mais qui a échoué et devait être exécuté. Cet homme, Demetrio il Silente, était en fait le scientifique forcé par Cesare à créer les Lames Corvix, et il a confirmé que l'arme récupérée par Lo Sparviero était un prototype des lames. Il a partagé avec les Assassins tout ce qu'il savait sur les Corbeaux, y compris l'histoire, les origines, et les raisons de Cesare pour la fondation de l'organisation.

Infiltrer les Assassins[]

Peu après, les Corbeaux ont pris le contrôle du Colisée, où ils recevaient une importante cargaison de lames Corvix et d'uniformes Corbeaux. Les Assassins ont pris garde et ont envoyé Lo Sparviero pour enquêter. Matteo Favero, fils de Sirus et chef des Corbeaux, a été tué au sommet du Colisée par l'Assassin, et les Corbeaux ont été contraints d'évacuer lorsque d'autres Assassins ont envahi le camp. Là, les Assassins capturèrent Sirus, qui prétendit n'être qu'un marchand d'armes obligé de travailler avec les Corbeaux et qu'il méprisait Cesare.

Cette dernière affirmation n'était pas techniquement fausse. Au cours des années précédentes, les tensions s'étaient intensifiées entre Sirus et Cesare en raison de désaccords sur l'idéologie et la direction du groupe. Au moment de sa capture, Sirus en était venu à détester Cesare, qui déclarait que son organisation était devenue dévoyée à son tour. Sirus entre dans la confiance de Machiavel, prouvant sa loyauté en aidant les Assassins à saboter les plans des Borgia à de nombreuses reprises, ce qui n'était pas en contradiction avec ses objectifs. Pendant tout ce temps, il complotait le jour où il se vengerait des Assassins pour la mort de son fils.

Quelques semaines après son infiltration, Lo Sparviero a récupéré un grand livre de comptes d'un des comptables personnels de Cesare. En utilisant un dispositif de décryptage spécial fourni par Sirus, Machiavel a pu déchiffrer le grand livre, apprenant pour la première fois que les Corbeaux étaient dirigés par un homme appelé Il Corvo. Des mois plus tard, alors que les Assassins ne sont pas plus près de découvrir l'identité de ce chef, Sirus leur conseille de trouver une piste en interceptant les lettres remises aux Corbeaux par les messagers de Borgia.

Duplicité exposée[]

Rencontrant Lo Sparviero au Castel Sant'Angelo, Sirus identifie l'un de ces messagers de Borgia, que Lo Sparviero tue rapidement pour son paquet. Il le remit à Sirus comme demandé, mais lorsque le marchand lui demanda de faire profil bas pendant qu'il localisait la cachette du Corbeau, l'Assassin trouva cela extrêmement suspect et commença à le suivre. Que cela ait été le plan de Sirus ou non, il était bien conscient que Lo Sparviero le suivait et l'a attiré dans une embuscade tendue par ses chefs corbeaux. L'Assassin tua tous les Corbeaux et poursuivit Sirus, qui proclama sa soif de vengeance avant de s'échapper en utilisant ses ruses. Finalement, Lo Sparviero fut obligé de rentrer chez lui car il avait perdu la trace du Maître des Corbeaux.

La fin des Corbeaux[]

Désormais connu sous le nom de Il Corvo, Sirus commença à préparer un assaut majeur contre les Assassins. Il envoya des lettres à tous ses membres disséminés dans la région pour les convoquer à Rome, où ils devaient se rassembler pour leur opération finale. Une fois la plupart de ses forces arrivées, il se fortifia au Castel Sant'Angelo, envoyant ses agents attaquer les Assassins et leurs alliés dans toute la ville avant que ses ennemis n'aient la possibilité de se regrouper.

L'assaut soudain des Corbeaux semblait assurer une victoire décisive. Les Assassins avaient reçu des renseignements avancés sur leur plan, mais n'avaient pas été assez rapides pour agir contre lui. Machiavel lui-même n'était arrivé à Rome que le jour des attaques. Bien qu'il n'ait pu convoquer qu'un seul Assassin, Lo Sparviero, cela s'est avéré suffisant. Alors que Sirus commandait ses forces depuis l'entrée du château, pensant que son pont renforcé serait une défense suffisante, Lo Sparviero se faufila jusqu'à lui en passant sous le pont.

L'Assassin le surprit ainsi que ses gardes du corps et les tua tous. Malgré une armée plus nombreuse que celle des Assassins, le moral des Corbeaux fut brisé et beaucoup se rendèrent. Les forces de Borgia commencent à affirmer leur autorité, détruisant la cachette des Corbeaux peu après que les Assassins l'aient attaquée. Avec cette défaite, les Corbeaux se sont dissous en tant qu'organisation, les quelques survivants fuyant vers Forlì où ils seront éliminés peu après.

Organisation[]

A l'origine une branche spéciale de l'Ordre des Templiers, la hiérarchie des Corbeaux était simple, ne comprenant que deux grades : les initiés et les chefs des corbeaux. Alors que les initiés portaient de simples vêtements noirs par-dessus leur armure, seuls les chefs des Corbeaux étaient autorisés à porter leur emblématique uniforme à plumes de corbeau et à manier les lames Corvix.

Les forces du Corbeau étaient également composées de soldats plus conventionnels, qui portaient tous la couleur noire du groupe. Ces soldats étaient inspirés de l'armée des Borgia et comprenaient des unités spécialisées comme les arbalétriers, les Agiles et les Brutes. Au moment de leur opération finale, ils comptaient également dans leurs rangs un nombre important de gardes pontificaux.

Compétences et tactiques[]

Conçus comme une unité de contre-Assassins des Templiers, les Corbeaux ont été formés de première main aux arts martiaux propres à leurs adversaires. Ils étaient censés être une organisation de l'ombre qui, comme leurs ennemis, atteignait ses objectifs par l'assassinat. Pour cette raison, ils ont reproduit l'agilité et l'expertise des Assassins en matière de furtivité et d'évasion.

Leur reproduction fut si réussie qu'ils surpassèrent même les Assassins en diverses occasions, échappant à leur détection pendant les premières années alors qu'ils pillaient des fermes dans la campagne. Leur aptitude à se déguiser était étonnante ; les agents des Assassins ne pouvaient même pas identifier les Corbeaux sans l'aide de la Vision d'aigle, même lorsqu'ils portaient leurs vêtements à plumes de corbeau. Ayant reçu un enseignement direct sur les tactiques des Assassins, leurs agents savaient souvent quand ils pouvaient s'attendre à avoir un Assassin à leurs trousses ou comment le détecter. C'était une de leurs stratégies courantes de feindre l'ignorance avant d'attirer l'Assassin dans un piège.

Lors de leurs assauts contre les gens du peuple en Toscane, leur tactique favorite était de se matérialiser dans l'obscurité et de lancer un assaut rapide mais brutal avant que leurs victimes n'aient eu le temps de se défendre. Ils employaient une stratégie similaire de choc et d'effroi dans leur dernière tentative d'écraser les Assassins.

Équipement[]

L'emblème des Corbeaux était les 'lames Corvix, des lames secrète modifiées identifiées par la tête d'un corbeau gravée profondément dans leurs lames. Outre cette arme, ils maniaient des épées exotiques et se distinguaient par leurs uniformes : une armure de cuir noir de jais, décorée de plumes de corbeau et complétée par une petite cape. Seuls les chefs corbeaux avaient droit à l'uniforme et aux lames Corvix, et la plupart des membres réguliers de leur armée utilisaient les armes et armures conventionnelles de leur époque.

Note[]

  • Dans Assassin's Creed : Identity, les corbeaux déguisés rencontrés dans les villes portent des versions noires ou gris foncé de vêtements civils normaux. Lorsqu'ils sont identifiés par Vision d'Aigle ou lorsqu'ils lancent leur attaque, leurs tenues se transforment en armure de combat complète à plumes.
  • Les Corbeaux apparaissent dans l'extension Creed vs Crows du jeu de plateau Assassin's Creed: Brotherhood of Venice mais l'histoire qui y est racontée est contradictoire avec certains événements survenus dans les jeux, et n'est par conséquent pas prise en compte dans la chronologie officielle de la série Assassin's Creed.

Galerie[]


Advertisement