FANDOM



Entrée manquante: Port de Macao

ACCC Grottes du Mont Maiji database
Les grottes du Mont Maiji sont un ensemble de cavernes taillées à flanc de montagne, dans la province de Gansu, dans le nord-ouest de la Chine.

Elles ont été creusées sous la dynastie Qin, aux IIIe et IVe siècles. Le nom de cette montagne de grès rouge se traduit par "Mont du tas de grain".

L'intérêt de ce site dépasse de loin l'aspect impressionnant de la montagne, car elle abrite plus de sept mille statues bouddhistes et plus de mille mètres carrés de fresques dans quelques deux cents grottes.

De l'extérieur, on aperçoit une série de plates-formes permettant l'ascension de la paroi et l'accès aux grottes, parfois très profondes.

ACCC statues du Mont Maiji

Les grottes du Mont Maiji comptent des milliers de statues et sculptures religieuses de tailles très variées, les plus grandes atteignant une hauteur de 16 mètres tandis que les plus petites mesurent à peine 10 centimètres. Elles diffèrent de celles d'autres grottes dans la mesure où la plupart ne sont pas taillées dans la roche, mais réalisées en argile.

Situé sur la rive occidentale du delta de la rivière des Perles, Macao portait le nom de Haojing avant d'être "prêté", au XVIe siècle, à des marchands portugais.

À l'origine modeste port de pêche de Chine méridionale, il devint un haut lieu du commerce international après l'arrivée, en 1513, des premiers navires portugais commandés par Jorge Álvares, qui continua ensuite son périple jusqu'à Hong Kong.

Peu après, les Chinois permirent aux Portugais de développer leurs activités commerciales dans la région et Macao acquit progressivement son indépendance. En échange d'un loyer annuel, les marchands eurent le droit de mouiller dans le port, puis de séjourner à terre et d'y bâtir des entrepôts avant d'obtenir, au XIXe siècle, l'autonomie dans le cadre de l'empire portugais.

Les autorités chinoises récupérèrent Macao en 1999, mais la ville dispose toujours d'un statut administratif particulier et le portugais demeure l'une des deux langues officielles, avec le cantonais.

ACCC Nan'an database

Nan'an est une ville du sud de la province de Fujian, qui joua le rôle d'important centre culturel et économique de cette région.

Comme toutes les agglomérations de ce niveau, Nan'an n'est pas à proprement parler une ville, mais plutôt une vaste zone abritant des bourgs, des villages et des champs.

Les lieux et personnes de renom de Nan'an peuvent donc relever d'une zone ou d'un village portant un autre nom. Par exemple, l'un des plus longs ponts au monde, celui d'Anping, se trouvait dans le village de Shuitou.

Dans un autre de ces villages appelé Kangdian se trouve la tombe de Zheng Chenggong, héros national chinois.

ACCC Fleuve Jin base de données

Le fleuve Jin, ou Jin Jiang, baigne le sud du Fujian et traverse la ville de Nan'an. Long d'environ 180km, il voit son niveau varier considérablement selon les saisons en raison des importantes précipitations que connaît cette région.

ACCC Cité interdite base de données

La Cité interdite fut le palais impérial chinois de la dynastie Ming à la fin de la dynastie Qing. Située à Pékin (Beijing), elle est aujourd'hui un musée.

Les empereurs y vivaient avec leur famille et leurs concubines ; c'est également là que siégeait le gouvernement. C'était aussi une forteresse conçue pour protéger l'empereur et ses proches, et le foyer d'innombrables concubines que gardaient des eunuques afin d'éviter toute naissance illégitime.

Construite au début du XVe siècle, la Cité compte 980 bâtiments de style typiquement chinois et figure aujourd'hui au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Il s'agit d'un vaste rectangle situé au centre de la capitale et la légende veut qu'elle compte 9 999 salles. Ce nombre, ainsi que le nom des différentes structures qui la composent, faisaient partie du caractère sacré et symbolique des lieux.

Elle comporte aux quatre coins des tours gigantesques et quatre portes permettent d'accéder à la partie intérieure. De la place Tian'anmen, la porte principale, dite "du Midi", permet d'accéder au cœur de la Cité en franchissant diverses cours et portes. Après une première cour, une autre muraille intérieure encercle la portion la plus célèbre, que l'on rejoint par la porte de l'Harmonie Suprême. Plus loin, la porte de la Pureté Céleste mène à la cour intérieure, encore mieux protégée. Le symbolisme tient une grande place dans l'architecture de la Cité, influençant les couleurs, formes, noms et décorations.

ACCC Grande Muraille base de donées

La Grande Muraille de Chine est un ensemble de fortifications érigées le long des 8 850 km formant la frontière septentrionale historique de la Chine.

Il s'agit en pratique de la jonction de plusieurs murailles construites à des époques et en des lieux variés, mais l'essentiel date de la dynastie Ming.

C'est aujourd'hui l'un des plus célèbres sites touristiques au monde. On la considère comme l'un des plus vastes projets architecturaux de l'histoire ; sa durée de construction et son coût humain ont été extrêmement élevés.

La Grande Muraille est constituée fr pierre, de bois, de pisé et de brique. Elle a été reconstruite, perfectionnée et réparée au fil des siècles. Les portions les plus anciennes datent du VIIe siècle avant notre ère, sous la dynastie Qin et durant le règne de Qin Shi Huang qui, après avoir conquis les royaumes de tous ses adversaires, fonda le premier empire chinois.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .