Armesicon.pngAC2icon.pngDerDesicon.pngACCIicon.pngOriginsicon1.png

Le Bâton d'Alexandre le Grand est un fragment d'Éden créé par la Première Civilisation. Ce bâton, comme d'autres dans son genre, est une arme extrêmement puissante accordant de nombreux pouvoirs à son porteur.

Propriétaires connus

Histoire

À l'origine en la possession de l'Ordre des Anciens, le Bâton fut donné au roi de Macédoine, Alexandre le Grand, qui l'utilisa pour gouverner et créer l'un des plus grands empires du monde antique,[1] en conjonction avec un trident d'Éden.[2]

Lorsque l'Assassin Iltani appris qu'Alexandre le Grand utilisait le Bâton à ses fins, elle infiltra le palais de Nabuchodonosor II, où elle empoisonna le roi, détruisant son empire.[3] Son corps fut enterré aux côtés de son Bâton dans une tombe à Alexandrie, une ville égyptienne fondée par lui-même, qui devint par la suite la capitale du nouveau royaume de Ptolémée Ier Sôter après la mort d'Alexandre.[4]

En 47 avant notre ère, après la fin de la bataille du Nil, le chef de l'Ordre des Anciens Flavius Metellus s'empara du Bâton de la tombe d'Alexandre. En voyageant à Siwa avec son acolyte Lucius Septimius, les deux membres combinèrent le Bâton avec une pomme d’Éden pour accéder au sanctuaire Isu caché sous le temple de la ville. Ils ouvrirent ainsi la porte et y découvrirent un hologramme de la Terre. Après cette découverte, Flavius prit la pomme avec lui à Cyrène tandis que Septimius prit le Bâton et l'emmena à Rome.[4]

Alors que le medjaÿ Bayek de Siwa traqua et tua Flavius Metellus pour le meurtre de son fils, récupérant ainsi la pomme, Aya d'Alexandrie poursuivit Septimius à Rome. Le 15 mars 44 avant notre ère, Aya affronta et battit Lucius Septimius au théâtre de Pompée où elle exigea de savoir où se trouvait le Bâton d'Alexandre. Le Gabiniani, mourant, lui révéla l'avoir donné à l'Ordre des Anciens à Rome.[4]

Au XIXe siècle, le templier Alexander Burnes rechercha le Bâton en Afghanistan.[5]


Galerie


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.