Wiki Assassin's Creed

Les wikis Assassin's Creed internationaux s'associent pour réclamer la fin de la culture toxique au sein d'Ubisoft.
→ Pour en savoir plus

EN SAVOIR PLUS

Wiki Assassin's Creed
Advertisement
Wiki Assassin's Creed
Assassins.pngACDicon.pngACBicon.pngACRicon.pngACROicon.pngACPLicon.pngACRebicon.pngACfilm2016icon.png

Les Assassins espagnols constituent la branche de la Confrérie des Assassins basée en Espagne. Elle fut étroitement liée, durant la Renaissance, à la famille royale espagnole et opposée aux inquisiteurs à influence Templière, qui décimèrent les Assassins dans tout le pays.

Histoire

Inquisition

En 1491, Rodrigo Borgia, le Grand Maître de l'Ordre des Templiers, fit croire à Tomás de Torquemada que les Assassins étaient des hérétiques. En conséquence, les inquisiteurs espagnols arrêtèrent et envoyèrent plusieurs Assassins espagnols au bûcher. Luis de Santángel, un Assassin et compagnon de Christophe Colomb, informa par courrier l'Assassin italien Ezio Auditore da Firenze de l'instauration de l'Inquisition, après quoi Ezio fit voile vers l'Espagne.[1]

Le porte-parole des Assassins espagnols, Rafael Sánchez, fit la rencontre d'Ezio et le chargea d'éliminer certains inquisiteurs de haut-rang. Avec l'aide d'autres Assassins espagnols, Ezio porta secours à ses Frères prisonniers, et tua de nombreux inquisiteurs.[1] Torquemada quant à lui, découvrit l'existence d'une Pomme d'Éden et d'un bâton d'Éden brisé en Espagne. Il chargea Gustavo Ramírez d'obtenir les fragments du Bâton pendant que lui mettait la main sur la Pomme.[2]

Aguilar et María au bûcher

En 1491, le Mentor de la confrérie espagnole, Benedicto, mena ainsi ses Frères en Andalousie pour secourir le fils de l'émir de Grenade Muhammad XII, qui devait être fait prisonnier par les Templiers espagnols, dans le but de servir de monnaie d'échange contre la Pomme que l'émir possédait. Les Assassins espagnols essayèrent sans succès de le sauver et furent capturés en même temps que lui. Aguilar de Nerha, María et Benedicto furent conduits à Séville, accusés d'hérésie et condamnés au bûcher par Torquemada. Alors que Benedicto ne put échapper à son sort et brûlé vif sur la place publique, Aguilar et María réussirent à se libérer et prirent la fuite.[3]

Les deux Assassins poursuivirent leur mission en se rendirent à Alhambra pour empêcher Torquemada de se saisir de la Pomme que possédait l'émir. À eux deux, arrivés sur le lieu de l'échange, ils parvinrent à éliminer un certain nombre de Templiers avant qu'Aguilar ne piège Torquemada et lui vole la Pomme. Toutefois, Ojeda, l'homme de main de l'Inquisiteur, était parvenu à maîtriser María et lui proposa la vie sauve en échange de la Pomme. Voyant Aguilar hésiter, María planta d'elle-même la lame qu'Ojeda tenait à son cou, sacrifiant sa vie pour protéger le Credo. Aguilar s'échappa et confia plus tard la Pomme à Christophe Colomb, un allié des Assassins.[3]

De son côté, Gustavo Ramírez ne put être empêché de rassembler les trois fragments du Bâton d’Éden, malgré plusieurs tentatives d'entraver son objectif de la part des Assassins.[2]

Torquemada gisant mort aux côtés de ses soldats

Quelque temps plus tard, Ezio Auditore fut confronté une nouvelle fois à Tomás de Torquemada dans son palais mais l'épargna, sachant qu'il ne s'agissait pas d'un Templier, mais seulement d'un homme aveuglé par sa foi.[1] Toutefois, en 1498, les Assassins espagnols parvinrent à retrouver le Grand Inquisiteur dans le monastère de Saint Thomas, qui était parvenu à maîtriser les pouvoirs du Bâton et avait créé des soldats fantomatiques grâce à une forge de la Première Civilisation sous le monastère. Après un âpre combat, les Assassins éliminèrent le grand inquisiteur d'Espagne et firent s'écrouler la forge Isu, le Bâton et le corps de Torquemada avec.[2]

Reconstruction de la Confrérie

Avec la mort de Santángel, les Assassins perdirent leur seul informateur à la cour d'Espagne. Ezio, désormais chef des Assassins italiens aux côtés de Niccolò Machiavelli, envoya ses recrues réorganiser la branche espagnole qui avait souffert de l'Inquisition.[4][5]

L'influence des Templiers sur la reine Isabelle de Castille inquiétait fortement les Assassins, mais sans de Santángel pour leur apporter les activités de la reine, ils ne savaient pas à quoi s'en tenir. En infiltrant la cour, ils découvrirent que les appartements de Santángel avaient été saccagés, et les œuvres qu'il avait rassemblées, éparpillées. Par chance, ils récupérèrent son journal. Les Templiers avaient pris Santángel pour l'un des leurs, ignorant que jour après jour, il empoisonnait la reine. C'était peut-être une façon de se venger de l'Inquisition et du massacre de sa famille.[4][5]

Après des recherches approfondies, les Assassins apprirent que la reine Isabelle n'était pas au service des Templiers, bien qu'elle servait leurs ambitions. Elle recevait les ambassadeurs de Rome, subissait des menaces et faisait ce qu'ils lui demandaient. Elle avait choisi d'obéir secrètement aux Borgia sans chercher à leur résister, et son emprise sur Manuel Ier de Portugal allait profiter à l'Inquisition.[4][5]

Au vu de l'influence qu'elle avait sur son époux, et parce qu'elle était manipulée par les Borgia, le pouvoir d'Isabelle représentait une menace. Les Assassins utilisèrent le poison de Luis, indétectable et doublèrent la dose. À la fin du mois, Isabelle était mourante, sans savoir quel mal la rongeait.

Vers 1511, les Assassins espagnols reçurent l'aide des Assassins ottomans envoyés par Ezio Auditore depuis Constantinople. Les Assassins espagnols étaient de nouveau confrontés aux inquisiteurs, qui répondaient désormais à Francisco Jiménez de Cisneros. Aidés par les Assassins ottomans, les Espagnols éliminèrent les coupables.[6]

Difficultés dans l'Ère Coloniale

Vers la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la Confrérie espagnole s'allia à la Couronne d'Espagne. En 1748, Gaspar Velasquez, un architecte naval, avait élaboré les plans d'un brick pour la flotte de la Confrérie coloniale. Cependant, constatant avec inquiétude une recrudescence d'activités britanniques dans les parages qui, sous des dehors de démonstration de force impérialiste, pourrait en fait être due à l'Ordre des Templiers, les Assassins espagnols choisirent de se concentrer sur des affaires plus mondaines et, de ce fait, exhortèrent la Couronne espagnole à les préparer pour les éventuels conflits qui les attendaient.

Les ébauches furent alors envoyées au Conseil des Assassins de France, considérés comme leurs meilleurs alliés de la Confrérie coloniale en puissance et, en 1749, fut annoncée l'achèvement de l'Aquila.[7]

Guerre d'Espagne

Au XXe siècle, la Confrérie avait maintenue son activité grâce à une cellule dirigée par Ignacio Cardona, composée de Glaucia Acosta, Miguel Carasso et Dwight Adams entre autres. Ces trois derniers participèrent à la guerre civile espagnole, combattant aux côtés des républicains. Face à des difficultés, la cellule demanda l'aide des Assassins britanniques, qui envoya Norbert Clarke en soutien.

Membres

Alliés et pions

Alliés


Advertisement