Realworld.pngACUicon.png
"Ce matin, je n'étais qu'une larme. Une simple larme, qui s'est changée en torrent. Ce torrent a fait naître l'espoir. Un espoir capable de tout submerger. Un véritable raz-de-marée. Et si quelqu'un s'oppose à cette vague, ce soir, ce sera notre Révolution."
– Arno Dorian.

Assassin's Creed: Unity est un jeu vidéo d'action-aventure en monde ouvert sorti le 13 novembre 2014, exclusivement sur consoles nouvelle génération, autrement dit sur PlayStation 4, Xbox One et PC. C'est le huitième opus principal de la série et fait suite à Assassin's Creed: Rogue.

Le jeu se déroule en pleine France révolutionnaire et retrace le parcours d'Arno Dorian, un jeune noble ayant rejoint la Confrérie des Assassins dans l'espoir de découvrir l'identité du meurtrier de son tuteur et protecteur au nom d'Élise de la Serre, la fille de ce dernier, membre de l'Ordre des Templiers.

Synopsis

L'histoire suit un jeune homme, Arno Dorian, alors que la Révolution se prépare. Rongé par la culpabilité après la mort de son père adoptif dans son enfance, pour laquelle il se sent responsable, il se lance dans une quête pour retrouver les responsables de ce drame et son entrée dans la Confrérie des Assassins. Sa quête va l’emmener au milieu d’une impitoyable lutte de pouvoir pour le sort de la nation, découvrir une nouvelle branche radicale des Templiers qui ont tiré les ficelles de la Révolution dans l'ombre à leur profit, pour préparer l'avènement de leur Nouvel ordre mondial ; cette quête fera de lui un vrai Maître Assassin[1].

Résumé détaillé

Persécution des Templiers

"Les Assassins existaient bien avant Masyaf, mon ami. Leurs illusions anarchiques sont aussi virulentes que la peste, et encore plus tenaces. Nous ne triompherons pas ce soir. Mais si tu te hâtes, notre Ordre peut être sauvé."
– Jacques de Molay à son conseiller, 13 octobre 1307.[src]

Jacques de Molay sur le bûcher

2014, un utilisateur d'Helix explore les mémoires d'un Templier au service du Grand Maître Jacques de Molay. Le 13 octobre 1307, le Temple de Paris, quartier général des Templiers, fut attaqué par les forces du roi Philippe le Bel. Conscient de l'important événement qui se jouait, Jacques chargea son conseiller de cacher une épée d’Éden et le précieux Codex Pater Intellectus pour qu'ils ne tombent pas entre les mains des Assassins. Traversant le champ de bataille, le conseiller remarqua la présence d'un Assassin, Thomas de Carneillon, vers lequel il se lança immédiatement à sa poursuite, jusqu'à l'affronter à l'épée. Thomas fut mis à terre par le conseiller qui utilisa les pouvoirs de l'épée, puis ce dernier les remit en lieu sûr dans la crypte du Temple. Toutefois, en sortant du Temple, le conseiller vit de Molay se faire prisonnier, mais avant de pouvoir agir, Thomas de Carneillon intervint et tua le conseiller avec sa lame secrète.

Sept ans plus tard, en 1314, Jacques de Molay et ses frères furent emmenés sur le bûcher. Avant de périr, Jacques s'adressa au pape et au roi Philippe qui assistaient à leur exécution, les maudissant chacun. Par cet acte, l'Ordre des Templiers fut alors officiellement dissous.

Haute société

Les Assassins

Premiers assassinats

Coopération avec Élise

Au fond du trou

Exécution du Grand Maître

Univers et trame historique

Contexte historique

Concept-art d'Arno en face de la Bastille

L'histoire d'Assassin's Creed Unity se déroule à la fin du XVIIIe siècle, en pleine Révolution française. Période de grande importance historique pour la France, elle s'étend entre l'ouverture des États généraux, le 5 mai 1789 jusqu'au coup d'état de Napoléon Bonaparte le 9 novembre 1799. Elle met ainsi fin à l'Ancien Régime et laisse place à une suite de régimes plus ou moins définis, dont la Première République, trois ans après la prise de la Bastille.

Le jeu s'intègre alors pleinement dans cette période de bouleversements pour y conter l'histoire d'Arno, qui participe ou assiste dès les premiers faits, aux États généraux, à la prise de la Bastille, à la marche des femmes sur Versailles, à la prise des Tuileries, aux massacres de Septembre, à l'exécution de Louis XVI, au règne de la Terreur qui s'ensuivit, à l'exécution de Danton, pour finir sur l'insurrection royaliste du 13 vendémiaire an IV.

Personnages

De nombreux personnages historiques sont présents dans Unity, dont notamment Mirabeau, Robespierre, Napoléon Bonaparte, Théroigne de Méricourt ou encore Louis XVI. Les personnages les plus importants sont :

Lieux

Vue sur Paris

À la sortie de Unity, Paris, dans laquelle se déroulent les faits principaux, est la plus grande ville créée dans la série Assassin's Creed[2]. Pendant la conférence E3 de 2014, Alexandre Amancio, le directeur créatif, a assuré que Paris a été reconstituée à échelle 1:1, une première dans la série. Il a d'ailleurs donné un ordre de grandeur en comparatif, précisant que Paris est plus grande que la Frontière de Assassin's Creed III[3]. Mohamed Gambouz, directeur artistique sur le jeu, rapproche l'ordre de grandeur de Paris à un tiers de la réalité[4].

Concernant les intérieurs des bâtiments, ils sont riches en détails, de style "moyenâgeux" dans les quartiers pauvres et plus garnis et "rococos" dans les quartiers riches[4]. De plus, la carte in-game est visualisable en 3D[5].

Système de jeu

Nouveautés

Assassin’s Creed Unity redéfinit les piliers de gameplay de la franchise. Le système de déplacement est maintenant plus fluide et naturel, les combats sont plus tactiques, et le nouveau mode infiltration, activable manuellement, offre de nouvelles options stratégiques. Cette refonte s’accompagne d’autres nouveautés, comme un système de couverture inédit, une gestion de la foule améliorée et de nouvelles options de personnalisations. Les joueurs pourront en effet customiser leur Assassin en choisissant leurs armes, leur équipement, leur apparence et même leurs compétences[6].

La campagne devrait prendre entre 15 et 20 heures de jeu, pour un total de 100 heures de gameplay[5].

Coopération

Coopération au Palais du Luxembourg

Pour la première fois un mode coopération scénarisé à quatre joueurs apparait dans la série[2]. Le mode solo suivra l'histoire inédite d'Arno, tandis que le mode coopération, joué via des "Missions de la Confrérie" feront office de missions que chaque Assassin de la Confrérie aura accomplies durant sa vie pour le compte de la Confrérie[1].

Les talents et les équipements que vous aurez acquis en solo seront utilisables en coop et définiront votre style personnel d'Assassin : priorité à la force, à l'agilité ou à la discrétion. Vous sélectionnerez aussi l'une des quatre aptitudes qui aideront votre équipe à survivre, à éviter les ennuis ou à tuer plus efficacement. Offrez une spécialité à votre Assassin et choisissez le trait qui renforcera l'efficacité meurtrière de votre Confrérie. En coop, la collaboration est essentielle. Vous serez en situation délicate si vous agissez de manière indépendante, alors qu'en coordonnant vos actions, vous découvrirez de nouvelles possibilités de gameplay et pourrez affronter des défis plus intenses et recevoir de plus belles récompenses[7].

Vision d'aigle en coop

Un joueur ayant développé un Sens de l'aigle très aiguisé en solo pourra jouer les éclaireurs afin de détecter les cibles de loin et d'en communiquer la position à ses équipiers. Un autre Assassin pourra utiliser son aptitude au déguisement pour s'approcher de sentinelles et les éliminer sans être détecté. Ceci permettra aux autres Assassins d'effectuer une exécution synchronisée parfaite. La mission terminée, tous pourront s'éclipser en se mêlant à la foule. Les missions coop d’Assassin’s Creed Unity sont largement rejouables et offrent des adversaires aléatoires, des trajets différents et diverses options tactiques pouvant déboucher sur de nouveaux défis, rencontres et récompenses. Entre les missions coop, vous pourrez arpenter les rues et explorer Paris en compagnie de vos amis, des clochers aux égouts. Chaque fois que votre Confrérie se réunira, vous écrirez l'histoire ensemble[7].

Chaque joueur incarne uniquement Arno, et en coopération un joueur voit ses compagnons stylisés selon leurs customisations propres. Chaque "Arno" sera différent, des vêtements à la pilosité faciale et aux armes. Seul les traits du visage seront les mêmes[8].

Les compétences et équipements du mode solo seront disponibles dans le mode coop. Une compétence coop unique sera également disponible pour ce mode[7].

Modes de déplacement

Parkour en coop

Pour Assassin’s Creed Unity, Ubisoft a créé un tout nouveau système de parkour offrant un éventail de mouvements plus large et plus précis, tandis que le joueur fonce à travers (ou par-dessus) le très dense paysage urbain parisien. Arpenter les toits de Paris est le moyen idéal d'examiner l'environnement, mais pour un Assassin, il est tout aussi important d'en descendre rapidement et en silence pour éliminer sa cible sans se faire détecter. Assassin’s Creed Unity offre deux modes de déplacement permettant un "parkour ascendant" des bâtiments et des obstacles, et un "parkour descendant" afin de regagner les rues avec un contrôle total. Le joueur pourra aussi se livrer à des sauts impressionnants pour passer d'un toit à un rebord de fenêtre situé de l'autre côté de la rue. Ceci assurera la fluidité, le rythme et la continuité totale de ses actions[7].

Combats

Unity revoit la difficulté des combats à la hausse en abolissant les combos attaques/esquives pour insuffler de la tactique avec des esquives plus franches, des attaques simples ou lourdes, des barres de vie affichées au-dessus de la tête des adversaires[9].

Certaines bombes, dont les bombes explosives, seront de retour. Toutefois, le système de crafting (fabriquer un objet) ne sera pas présent dans le jeu, il faudra donc les ramasser ou acheter[5].

Missions

Voir aussi : Missions de Unity

Les quêtes ne sont plus rigides comme par le passé avec obligation de recommencer une mission si un objectif est manqué (la synchronisation). Dorénavant, les quêtes s'adaptent aux réussites ou/et aux échecs du joueur grâce à un système baptisé "Adaptive Mission Mechanics" (AMM). En cas d'échec, un objectif se transforme en un autre, instantanément[9].

Easter eggs

  • Dans le quartier Saint-Marcel, à l'est de La Bièvre, Arno peut se rendre dans une barque contenant 23 chats, un homme un peu fou et des corps sans vie. L'homme pourra alors marmonner quelques paroles, inspirées de Gollum dans le Seigneur des Anneaux :
    • « J'ai bien vu, oui. Je les ai bien vu. Il les ont tous massacrés. Il n'ont pas fait de quartier. Le gars, Albert, il est plus fort. Ils ne te trouveront pas, car nous sommes bien cachés. Oui ! Ils ont des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, des nez pour sentir. Nous, nous sommes à l'abri, grâce à ma magie. Oui, ma magie. »
    • « Imagine. Bien sûr, précieux, mais bien sûr qu'ils veulent connaître notre secret ! Mais nous ne leur dirons rien. Non ! Bien sûr que non ! Oh, une mouche. Une mouche ! C'est un de leur espion, précieux ! Hop, écrasée la sale petite vermine. Mon précieux, il ne faut pas avoir peur. Je suis là pour te protéger. »
  • Le nom de la mission en coopération Sa place est dans un musée est une référence à une réplique du film Indiana Jones et la Dernière Croisade sorti en 1989. Lors de cette même mission, il est possible d'entendre la narratrice, Bishop, dire "La princesse est dans un autre château" lorsqu'Arno vole le mauvais tableau. C'est une référence à Super Mario Bros, phrase devenue célèbre.

Victor et Hugo

  • Dans la mémoire Les États généraux, Arno croise deux frères qui en ont après lui, nommés Victor et Hugo en référence au célèbre écrivain et poète Victor Hugo.
  • Lors de la mémoire Colette, Arno rencontre Azelma, qui est une référence au personnage du même nom du roman Les Misérables de Victor Hugo.
  • Dans tout Paris, se trouvent cinq gâteaux que Arno peut manger, rétablissant complètement sa santé. Une fois trouvés et tous mangés, les gâteaux débloqueront un combat spécial au Palais du Luxembourg avec le Marquis de Bullion, personnage présenté lors de l'E3 2014, qui prendra soudainement vie depuis son gâteau géant. Une fois éliminé, des feux d'artifice illumineront le ciel et si son corps est pillé, 50 050 francs pourront être gagnés.

Développement

Équipe

Assassin's Creed: Unity a été développé par Ubisoft Montréal, le studio principal, et par neuf autres studios à travers le monde, à savoir Ubisoft Toronto, Ubisoft Kiev, Ubisoft Singapour, Ubisoft Shanghai, Ubisoft Annecy, Ubisoft Montpellier, Ubisoft Bucarest, Ubisoft Québec et Ubisoft Chengdu[10].

Alors qu'il disait en 2011 s'orienter dans la publicité après Assassin's Creed: Revelations, Alexandre Amancio est de retour au poste de directeur créatif sur Unity depuis juin 2012[11]. Côté scénario, c'est Travis Stout, qui a travaillé pour Obsidian et notamment en tant que scénariste sur Fallout: New Vegas qui est le scénariste principal de Unity[12]. Il collabore sur le scénario avec Russell Lees, Alex Amancio, Sylvain Bernard, Darby McDevitt, Ceri Young et aussi Jeffrey Yohalem.

Afin de réaliser ce nouvel opus et de coller au mieux à l'histoire de France, l'équipe d'Ubisoft s'est enrichie de l'expertise de l'historien et spécialiste de la Révolution française Jean-Clément Martin, ainsi que du spécialiste de l'histoire urbaine et culturelle française, Laurent Turcot.[13][14]

Genèse d'Unity

"Assassin’s Creed II et Brotherhood avaient réclamé des équipes de développement très denses. De nombreuses personnes ont été formées pendant la conception de ces jeux. Après les avoir commercialisés, on a donc pu se permettre de diviser nos forces. Un groupe assez large est parti bosser sur Revelations. Un autre a commencé à travailler sur Assassin's Creed III. Et la plus réduite des trois équipes a élaboré les premières réflexions autour d'un jeu qui ne se nommait pas encore Unity. On était alors une quinzaine."
– Vincent Pontbriand

C'est vers la fin de l'année 2010 que le projet Unity démarre réellement. À cette époque, Vincent Pontbriand, Producteur Senior, fait partie d'un petit groupe de personnes qui planchent sur le futur de la série à succès d'Ubisoft. Ce dernier, producteur présent dès le premier volet de la série, possède une expérience plus que précieuse pour être attaché au projet.

"L'idée, lorsqu'on a bifurqué sur ce nouveau projet, c'était de se donner la chance de travailler sur le long terme. C'était une vraie opportunité. Comme on savait qu'on avait trois ans devant nous, on voulait s'assurer qu'on proposerait un Assassin's Creed renouvelé tout en sachant qu'il y aurait d'autres épisodes qui sortiraient entre-temps. On a commencé à analyser en profondeur les attentes du public. Il était certain que la plupart d'entre elles seraient difficiles à mettre en place sur une production courte. A l'image de tout ce qui a trait au online coopératif. Mais avec plus de temps, cela devenait envisageable. On a travaillé avec le siège et le conseil éditorial à Paris pour se mettre d'accord sur le chemin à suivre et c'était parti."
– Vincent Pontbriand

La première année a ainsi été consacrée à ce boulot de l'ombre absolument indispensable, confié à une équipe d'une quinzaine d'ingénieurs pour retravailler en profondeur le moteur afin de le rendre compatible avec les nouvelles ambitions du studio. Ce n'est qu'après la fin du développement de Revelations que l'équipe a pu se voir adjoindre quelques renforts. À ce moment précis, Assassin's Creed III et Unity, deux titres majeurs dans l'histoire de la série pour des raisons diverses, sont donc conçus en même temps[15].

"On sait que ça peut être compliqué à comprendre – ça l'était pour nous aussi – mais AC III a vraiment été créé en parallèle. Ça signifie concrètement que l'on avait décidé de couper les ponts entre les deux équipes, même si ça voulait dire refaire le même travail deux fois. On a d'ailleurs parfois planché sur des problématiques similaires. Et s'il est vrai que certaines briques du moteur d'AC III ont pu être réutilisées pour Unity, on a bossé chacun de notre côté la majorité du temps."
– Vincent Pontbriand

Environnements et bâtiments

Selon Mohamed Gambouz, le directeur artistique, le fait de concevoir Unity a été l'occasion pour les développeurs de repenser leur manière de concevoir les villes. Mais ils ont dû au préalable réfléchir à ce que signifiait réellement la next-gen à leur sens, et ça passait d'abord par concevoir un bon éclairage dans le jeu. Deuxième point, il leur fallait prendre soin de tout ce qui a trait aux conditions atmosphériques : brouillard, brume, fumée, etc. Le troisième axe concernait les shaders (palettes d'ombres). "Est-ce que ce métal ressemble à du vrai métal ?" "Est-ce qu'il se comporte de façon crédible dans toutes les conditions d'éclairage". Et enfin, il y avait la couleur[4].

"Notre pipeline, nos ressources, le moteur du jeu, tout a été fait pour que ces différents points soient au cœur du projet. Mais on n'a pas uniquement changé nos méthodes de travail pour des raisons techniques. C'est aussi parce que l'on traitait Paris qui est une ville particulièrement complexe. Car on voulait jouer un maximum sur le multilayering de l'espace. Auparavant, la ville était une sorte de coquille vide au sein de laquelle on naviguait mais qui nécessitait des temps de chargement si on souhaitait rentrer à l'intérieur d'un bâtiment. Avec Paris, on souhaitait au contraire rendre l'accès seamless partout, que ce soit dans les intérieurs ou dans les souterrains. Or, dans n'importe quel jeu, les petits espaces intérieurs sont pénibles à concevoir. C'est de là qu'est née cette complexité."
– Mohamed Gambouz

Puis les développeurs ont cherché à concevoir la ville à une échelle un pour un. Alors qu'avant, ils travaillaient sur des bâtiments qui n'avaient que 50 à 75% de leurs proportions réelles, avec Assassin's Creed: Unity, les proportions passent de l'ordre entre 75 et 100%. L'échelle un pour un est atteinte sur certains monuments comme la Cathédrale Notre-Dame. C'est de là que vient le côté grandiose, épique du jeu. Quand ce n'est pas possible, l'équipe a travaillé l'illusion pour que la différence ne soit pas perceptible, pour que le joueur sente que c'est proche de la réalité en permanence[4].

"On joue beaucoup sur les proportions. Surtout sur celles du premier étage des bâtiments. C'est-à-dire que lorsqu'on est au niveau de la rue, on essaye de maintenir les proportions du premier étage proches de la réalité. Et plus on monte, moins c'est le cas. Ce n'est pas bien grave car le joueur escalade et la caméra est plus proche donc l'astuce ne se voit pas. Il y aussi la manière dont on place les petits accessoires sur les bâtiments. Par exemple, l'anneau d'une porte. Si celui-ci est à 100% sur une porte qui est, elle, à 75% de sa proportion réelle, cela crée l'illusion que l'entièreté de l'élément est à 100%. On procède au cas par cas."
– Mohamed Gambouz

Cathédrale Notre-Dame de Paris

Notre-Dame de Paris a été reproduite à 90% de sa taille réelle et a demandé 240 jours à une artiste pour accomplir cette tâche[9]. Il aura fallu quatorze mois intenses à l'équipe de Caroline Miousse, en charge de la modélisation et du level art chez Ubisoft Montréal et à Pascal Barriault, en charge des textures, pour sortir de terre cette réplique. Le travail de reconstitution s'est en grande partie reposé sur des milliers d'images, de documents historiques et de gravures d'époque, l'équipe n'ayant pas eut l'opportunité d'aller sur les lieux. Certaines libertés ont ainsi été prises, en privilégiant les détails qui reviennent dans la mémoire collective.[16]

Le jeu utilise le nouveau moteur Anvil, capable d'afficher des milliers de personnages à l'écran en simultané[7].

Le jeu aurait coûté pas moins de 200 millions de dollars[17].

Premiers leaks

Depuis fin 2010, les hypothèses concernant un opus dont l'histoire se tiendrait en France vont bon train sur la Toile après le dernier quart de l'histoire d'Assassin's Creed: Brotherhood qui donne des éléments en ce sens. Finalement il faudra attendre quatre ans pour que ces hypothèses se confirment enfin. Dès janvier 2014, les rumeurs vont à nouveau enfler quant à un prochain Assassin's Creed en France, grâce à des éléments collectés dans plusieurs opus qui indiquent la France, puis par des images et des infos leakés depuis février 2014.

Après l'officialisation en mars 2014 de Unity, Jeffrey Yohalem, le scénariste d’Assassin's Creed: Brotherhood confirme que cet opus était teasé dans les dernières minutes de l'aventure de Desmond Miles et d'Ezio Auditore à Rome. Le développement d’Unity débute en 2010[9].

Bande son

Article détaillé : Bande originale d'Assassin's Creed: Unity

La bande son a été confié à trois compositeurs de talent : Chris Tilton, Sarah Schachner (déjà à l'œuvre sur Assassin's Creed IV: Black Flag) et Ryan Amon[18].

Éditions collectors

Chaque édition différente contient, en plus d'une copie du jeu :

Édition Guillotine

Disponible uniquement via le Uplay Shop (Cette édition peut se précommander sur le Uplay Shop à l’adresse suivante : ACUnityGuillotine, contient :

  • Une figurine d’Arno
  • Un Artbook
  • 2 lithographies
  • La Bande Originale officielle du jeu
  • Un jeu de tarot entièrement personnalisé.
  • Une boîte à musique
  • Le boîtier FuturePak (boîtier en métal)
  • La Carte secrète de Paris
  • 30 minutes de jeu supplémentaire : La Révolution Chimique

Édition Notre Dame

Exclusivement disponible chez Micromania :

Édition Bastille

Elle inclue :

Édition Spéciale

Elle inclue :

Offre spéciale Amazon

Elle inclue :

À noter que deux bundles exclusifs à la Xbox One sortiront aussi en novembre 2014 [19].

Contenu téléchargeable

Mission "La Révolution chimique"

Les joueurs qui précommandent Assassin’s Creed Unity recevront une mission solo exclusive, La Révolution Chimique, qui offre 30 minutes de jeu supplémentaire. Dans cette mission, le joueur devra aider Antoine Lavoisier, le « Père de la Chimie Moderne » à échapper à ses ravisseurs et récupérer la formule de sa bombe chimique. Tous les joueurs qui précommandent une des éditions exclusives via le Uplay Shop ou chez Amazon, accéderont au programme de précommande Unity. En entrant leur code d’activation sur programmeunity, les joueurs gagneront l’accès à des récompenses supplémentaires en formant leur propre équipe d’Assassins et en conviant jusqu’à 3 amis[6].

Accueil

Critiques

Lors de sa sortie, Assassin's Creed: Unity a reçu dans son ensemble, des notes positives via la presse spécialisée, malgré les nombreux bugs et problèmes techniques qu'ont dû faire face les joueurs.

Le site Metacritic attribue une note de 70/100 pour la version PC,[20] 70/100 pour la version PS4,[21] et une note de 72/100 pour la version Xbox One[22]. Le site Game Informer loue l'environnement et l'architecture détaillés, le bon jeu d'acteur des doubleurs, les missions stratégiques, le gameplay stimulant et les missions à l'histoire bien rythmée, en critiquant toutefois les commandes et l'équilibrage de la difficulté, ainsi que les problèmes techniques qui cassent le jeu.[23] Le site GamesRadar évoque sensiblement les mêmes points positifs, critiquant néanmoins le framerate du jeu et la mauvaise conception de l'IA des ennemis.[24]

Polémique et controverse

En France, la sortie d'Assassin's Creed: Unity a suscité de vives critiques notamment par le parti politique de gauche, dénonçant un jeu de propagande. Suite à la diffusion d'un court-métrage d’animation inspiré du jeu et réalisé par le réalisateur de film d’horreur, Rob Zombie, lors du salon Comic Con de San Diego en juillet 2014, Jean-Luc Mélenchon s'est insurgé contre Ubisoft accusant le jeu de dénigrer la Révolution, et de dépeindre Robespierre « comme un monstre ».[14] Toutefois, ses propos ne s'appuient pas sur des images tirées du jeu ni même sur les faits représentés au cours de l'histoire du protagoniste. Selon Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de Gauche de l'époque, qui s'est également exprimé sur une représentation faussée de la Révolution, explique avoir voulu interroger les joueurs sur le parti pris idélogique du jeu.[25]

Dans un autre registre, après la diffusion de la bande-annonce dévoilant le mode multijoueur coopératif du jeu lors de l'E3 2014, le directeur créatif Alexandre Amancio et le directeur technique James Therien ont fait part de l'impossibilité de jouer des Assassins féminins, accusant une contrainte de temps. Amancio précise alors que cela aurait nécessité le double d'animations, de voix, ou encore d'assets visuels, ce qui n'était pas possible en termes de production. Bruno St-André, level designer, ajoute également qu'il aurait fallu créer environ 8 000 animations supplémentaires pour pouvoir inclure un avatar féminin.[26]

Cette déclaration a provoqué le mécontentement des fans de la série mais également de la communauté du jeu vidéo. Tandis que Brenna Hillier, auteur à VG247, dénonce Ubisoft de vouloir perpétuer le cycle du sexisme et de la sous-représentation [des femmes] dans l'industrie du jeu,[27] ou encore que Tim Clark, de PC Gamer, fait remarquer que les précédents jeux possédaient des personnages féminins jouables,[28] Jonathan Cooper, directeur d'animations sur Assassin's Creed III critique les arguments d'Alexandre Amancio. Il répond estimer que ces animations nécessiteraient un jour ou deux de travail, et non un remplacement de 8 000 animations.[29] Il ajoute également qu'Aveline de Grandpré partage plus d'animations avec Ratonhnhaké:ton qu'Edward Kenway.[30]

Nominations

  • Writers Guild of America Award (2015) : nominé dans la catégorie du meilleur scénario de jeu vidéo
  • Game Award (2015) : nominé dans la catégorie du meilleur jeu d'action/aventure
  • BAFTA Games Award (2015) : nominé dans la catégorie de la meilleure réalisation artistique
  • Satellite Award (2015) : nominé dans la catégorie du meilleur jeu d'action/aventure

Notes

  • Le titre Unity fait référence au fait de pouvoir jouer en coopération, de partager une expérience avec d'autres joueurs unis pour un objectif commun. "Unity" fait aussi référence à la nouvelle approche narrative dans la métahistoire[1].

Galerie



  1. 1,0 1,1 et 1,2 dualshockers.com — Assassin’s Creed Unity FAQ Answers All Your Questions about Story, Co-op, Next-Gen Graphics and More
  2. 2,0 et 2,1 youtube.com — Assassin's Creed Unity - Démo de gameplay Coop - E3 2014
  3. Coca-Cola Zero sur Youtube — E3 : Assassin's Creed Unity, interview du directeur créatif
  4. 4,0 4,1 4,2 et 4,3 jeuxvideo.com — Assassin's Creed Unity : "Avec la next-gen, on a repensé notre manière de concevoir les villes"
  5. 5,0 5,1 et 5,2 assassinscreed-france.fr — AC Unity : Heures de gameplay, map in-game et bombes
  6. 6,0 et 6,1 forum-ubi.fr — Forum officiel
  7. 7,0 7,1 7,2 7,3 et 7,4 assassinscreed.com
  8. The Game #1 Août/Septembre 2014 — Hype'O'scope
  9. 9,0 9,1 9,2 et 9,3 The Game #1 Août/Septembre 2014 — The Cover
  10. ign.com — 10 UBISOFT STUDIOS DEVELOPING ASSASSIN'S CREED UNITY
  11. linkedin.com
  12. YouTube - Loomer979: Do you have a question for the AC Unity developers?
  13. Article EnTête (6 octobre 2014) : "L’expertise historique de Laurent Turcot au cœur de l’action du jeu «Assassin’s Creed Unity»"
  14. 14,0 et 14,1 Article Slate (15 novembre 2014) : "«Assassin's Creed Unity»: l'historien du jeu est ravi de la représentation de Paris et répond à Jean-Luc Mélenchon"
  15. Jeuxvideo.com — Assassin's Creed Unity : La genèse et la coordination des studios
  16. Article Le Point (28 octobre 2014) : "Assassin's Creed Unity : Notre-Dame comme vous ne l'avez jamais vue !"
  17. Gameblog.fr — Blog - Quand Assassin's Creed Unity devient un outil pédagogique pour des étudiants
  18. gamergen.com — Assassin's Creed Unity : trois compositeurs de renom à la bande-son
  19. blog.ubi.com — ASSASSIN’S CREED UNITY – EXCLUSIVE XBOX ONE BUNDLE
  20. Note PC Metacritic
  21. Note PS4 Metacritic
  22. Note Xbox One Metacritic
  23. Article GameInformer (11 novembre 2014) : "Review Assassin's Creed Unity"
  24. Article GamesRadar (11 novembre 2014) : "Creed Unity review"
  25. Article Marianne (19 novembre 2014) : "Assassin’s Creed : comment Mélenchon s'est fait prendre au jeu"
  26. Article Polygon (10 juin 2014) : "abandoned women assassins in co-op because of the additional work"
  27. Article VG247 (11 juin 2014) : "Ubisoft attempts to explain why Assassin’s Creed: Unity’s co-op has no playable women"
  28. Article PC Gamer (11juin 2014) : "The lack of playable female characters in Assassin's Creed Unity is more than just "unfortunate""
  29. Post Twitter de Jonathan Cooper
  30. Deuxième post Twitter de Jonathan Cooper

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .