Realworld.pngACACicon.png


"Les Templiers possèdent un objet très puissant appelé le Calice. Son rôle est d'unir les factions de ceux qui le possèdent, qu'ils soient croisés ou Sarrasins. Ceux qui le possèdent pourront régner sur ces terres. Les Templiers le gardent caché pour l'instant. Ils n'ont d'autres intérêts que l'or et le pouvoir, que nous pouvons offrir. Mais d'autres le peuvent... Nous avons besoin du Calice. Un artefact aussi puissant ne doit pas tomber entre les mains des Hommes."
– Al Mualim missionnant Altaïr Ibn-La'Ahad, 1190[src]


Assassin's Creed: Altaïr's Chronicles est un préquel du jeu Assassin's Creed, produit par Ubisoft et développé par Gameloft. Le jeu montre deux nouvelles villes, Tyr et Alep, en plus de Jérusalem, Acre, et Damas. À la différence du jeu sur console de salon, celui-ci n'est pas vu à travers les yeux de Desmond Miles, mais est directement du point de vue d'Altaïr Ibn-La'Ahad, même si le menu a l'apparence des menus de l'Animus.

Synopsis

En l'an 1190, la Troisième Croisade fait rage sur la Terre sainte. Les Croisés se battent contre les Sarrasins pour le contrôle de Jérusalem, la Ville Sainte.

Altaïr revient chez lui et est chargé par son mentor Al Mualim de trouver et de rapporter un objet sacré : le Calice. D'après eux, ce trésor aurait le pouvoir d’unir sous un même drapeau toutes les factions. Quiconque le posséderait pourrait ainsi mettre un terme à la troisième croisade par la victoire d’un des deux camps. Mais le Calice est un objet bien trop puissant pour être laissé entre les mains des hommes : il doit être trouvé et détruit.

Univers et trame historique

Lieux

Assassin's Creed: Altaïr's Chronicles propose la découverte de deux nouvelles villes complémentaires au premier jeu sur consoles de salon : Tyr et Alep. Altaïr explore ainsi cinq villes avec Jérusalem, Acre et Damas pour atteindre ses cibles.

Personnages principaux

Altaïr Ibn-La'Ahad

Al Mualim

Adha

Cibles

Tamir

Alaat

Roland Napule

Harash

Seigneur Basilisk

Résumé détaillé

Retour à la maison

Arrivée d'Altaïr au campement

Après un long voyage dont on ignore la nature, Altaïr décida de revenir à Alep, passant par un campement et utilisant les toits pour parcourir le meilleur chemin possible. Il quitta ensuite le campement et entra à l'intérieur du village précédant la citadelle d'Alep, pour la trouver en flammes, venant juste d'être attaquée et pillée par les Templiers. Il combattit pour se frayer un chemin et informa Al Mualim de l'attaque dans le village. Celui ci répondit que cela s'était produit parce qu'un de leurs hommes qui, ayant récupéré des informations, avait été suivi. Al Mualim informa alors Altaïr de l'existence d'un "Calice", et lui ordonna de trouver cet objet et de le ramener.[1]

Vers la quête du Calice

Rafik confiant une tâche à Altaïr

Altaïr voyagea ainsi d'Alep à Damas à la recherche d'informations sur l'emplacement du Calice. Rafik l'informa de l'existence d'un marchant nommé Tamir , qui eut des relations avec des Templiers pouvant connaître l'emplacement du Calice. Bien que Rafik ne savait pas comment accéder jusqu'à Tamir, un homme nommé Misbah le pourrait potentiellement.[2]

Altaïr se fraya un chemin jusqu'à lui sur les toits, trouva Misbah et l'interrogea. Cependant, les gardes attaquèrent Altaïr donnant l'occasion à Misbah de s'enfuir, et laissant Altaïr sans information. Après les avoir éliminé, Altaïr le poursuivit par le même chemin. Alors que Misbah était sur le point de traverser une poutre, celle-ci s'effondra et Misbah s'accrocha in extremis à une corde. Altaïr profita de la situation pour lui soutirer des informations et apprit que Tamir recevait des chargements d'huile par les toits, et Altaïr s'empressa de trouver l'entrée.[2]

Altaïr assassinant Tamir

Il arriva à l'intérieur de la demeure et mit le feu aux chargements d'huile, obligeant Tamir à sortir. Altaïr l'attaqua alors à propos du Calice et Tamir lui révéla que le Calice se trouvait dans le temple du désert et qu'il aurait besoin de trois clés pour le retrouver. Il révéla également qu'Altaïr pouvait en apprendre plus par une danseuse nommée Fajera. Altaïr assassina brutalement Tamir avec sa lame secrète et prit la fuite pour rapporter les informations à Rafik.[2]

Indice de la danseuse

"Je savais depuis longtemps que tu me rendrais visite. Les cartes ne mentent jamais. Je me suis préparée pour pouvoir t'aider. Et ta présence ici prouve que j'ai fait ce qu'il fallait."
– Fajera à Altaïr, 1190[src]

Rafik dit à Altaïr que la danseuse qu'il cherchait exerçait dans un cirque. L'Assassin partit donc dans ce cirque à la recherche de Fajera, qu'il trouva, mais fut attaqué par Badr, le garde du corps de la danseuse. [3]

Celle-ci en profita pour fuir et Badr attaqua Altaïr avec sa hache, mais ce dernier parvint à le vaincre et le pousser vers un pilier fragile, causant l'effondrement du cirque. Altaïr poursuivit Fajera par les toits jusqu'à ce qu'il arrive devant un pont qui s'écroula.[3]

Altaïr et Alaat à l'intérieur des thermes

Elle s'arrêta ensuite de courir, révélant qu'il s'agissait d'un test pour le mettre à l'épreuve... Elle lui donna la première clé pour le temple, et lui demanda de tuer un homme nommé Alaat dans les thermes de la Haute-Rue, dans le quartier noble. Elle l'informa également de l'existence d'un homme qui fut au temple du désert et sait donc où est le Calice, à l'intérieur de l'hôpital des Templiers de Tyr. Elle l’emmena dans le quartier noble et lui expliqua qu'il pouvait utiliser les égouts pour accéder aux thermes et tuer Alaat, ce que fit Altaïr. Mais Alaat appela les gardes qu'Altaïr fuit, et retrouva Fajera. Elle lui dit d'aller à Tyr.[3]

Récupération de la seconde clé

"Le vent humide de Tyr commençait à me manquer... On dirait que rien n'a changé ici. À part peut-être le nombre de soldats. Ils sont si nombreux maintenant... Hamid, le marchand de Tyr, devrait se trouver quelque part ici. Il pourra m'aider à trouver l'hôpital dont Fajera m'a parlé."
– Altaïr, 1190[src]

Altaïr dans la crypte des Templiers

Quand Altaïr entra dans Tyr, il remarqua l'augmentation du nombre des gardes. Il chercha Hamid, qui l'informa que les soldats étaient là pour protéger l'hôpital, et qu'Altaïr devait le rencontrer dans un autre endroit. Une fois dans un lieu plus sûr, Hamid lui dit de trouver Roland Napule, l'homme en charge de l'hôpital. Altaïr infiltra l'hôpital par les égouts en y rencontrant toutefois des gardes : sa visite était prévue. À son entrée dans l'hôpital, il y trouva Roland en train de torturer un homme qu'il suspecta de connaître l'emplacement de la seconde clé. Altaïr tua Roland et reçut la seconde clé, étant informé que les Templiers avaient déjà la troisième et connaissaient l'emplacement de la porte du temple, qu'ils avaient l'intention d'ouvrir. Altaïr poursuivit son périple vers Jérusalem.[4]

Vers la troisième clé

Jardins de Jerusalem

À Jérusalem, Altaïr trouva le marchand Kadar et lui demanda où se trouvait Seigneur Basilisk, le Templier possédant la troisième clé. Kadar expliqua que Basilisk était à l'intérieur du château de Jérusalem et le prévint que s'infiltrer ne sera pas tâche facile. Pourtant, son timing était parfait puisque le roi s'apprêtait à donner une réception, et que c'était sa meilleure chance pour trouver Basilisk. Bien que Kadar ignorait l'emplacement de la fête, il conseilla au Maître Assassin d'essayer les jardins, où il serait aisé d'obtenir des informations. Il assigna aussi une mission à Altaïr : trouver un assassin travaillant pour le roi. Altaïr alla dans les jardins où il entendit deux hommes conversant à propos d'un de leurs amis qui était invité à la fête. L'Assassin trouva cet ami, Ayman, qui lui dit que la fête sera donnée à la villa Lacœur.[5]

Altaïr se présenta à l'entrée farouchement gardée, et s'infiltra. Il rencontra l'assassin dans les rangs du roi, qui avait lui aussi besoin d'ouvrir une porte et informa l'Assassin qu'il y avait un passage secret pour sortir et entrer du château. Altaïr y rencontra le Seigneur Basilisk, dont il se contenta de lui voler la clef sans le tuer.[5]

Les trois clés du Temple du désert en sa possession, Altaïr alla trouver Hazad. En approchant de l'échoppe, il l'entendit se brouiller avec les gardes, dont l'un le frappa avec son épée. Altaïr fit irruption dans l'échoppe et s'accroupit aux côtés d'Hazad, mourant. Ce dernier lui expliqua qu'il n'était pas le seul à chercher le Calice et qu'une carte indiquait le chemin vers le Temple du désert, qu'il devait à tout prix récupérer. Altaïr poursuivit les gardes et les tua, récupérant la carte au passage.[6]

À l'intérieur du temple il rencontra beaucoup de forces templières, et quand il arriva à la chambre contenant le Calice, il découvrit en ouvrant le coffre, que l'artefact n'y était pas. Basilisk entra, et expliqua qu'en réalité, le Calice était fait de chair et de sang : c'était une femme. Il appela ses gardes, mais le temple s'effondra. Altaïr se retrouva dans une vallée déserte, pourchassé par une tempête de sable. Il suivit le seigneur Basilisk à Tyr.[7]

Infiltration

Forteresse

À Tyr, Altaïr rencontra encore une fois Hamid sur le port, qui lui expliqua que seulement deux hommes pouvaient accéder au Quartier Général des Templiers de la cité, mais qu'ils avaient été capturés. Altaïr libéra les deux hommes qui lui révélèrent donc le moyen d'entrer : un garde possédait une clé non loin de là, Altaïr le trouva, le tua et récupéra la clé.[8]

Il entra et commença à chercher Basilik mais apprit qu'il se trouvait ailleurs. Finalement, quand il le trouva et l'affronta, Basilik perdit. En échange de sa vie, il lui livra des informations : le Calice se trouvait à Jérusalem dans la villa de Don Carvaggio et révéla également qu'ils préparaient un empoisonnement des points d'eau d'Acre, qui tuerait tout le monde avant le coucher du soleil. (Cela rappelle la tentative d'Abstergo qui empoisonne un village). Altaïr incendia les bateaux de Basilisk et partit pour Saint-Jean-d'Acre déjouer le complot.[8]

Altaïr arrivant à Saint-Jean-d'Acre

Altaïr arriva à Acre, une cité assiégée. Il employa les toits pour atteindre le camp Templier en sauvant autant de citoyens que possible sur le chemin, et se déguisa lui-même en Templier pour s'infiltrer. Cependant, arrivant à un lieu où même ce déguisement ne pouvait le sauver, il se camoufla de nouveau en érudit et assassina le leader des plans d'empoisonnement. Les gardes l'attaquèrent mais Altaïr s'échappa avec l'aide d'une catapulte...[9]

Adha et le calice

"Basilisk a dit que le Calice était dans la villa de Don Carvaggio. Cette femme... C'est Adha ! Serait-ce le Calice ? Les portes ! Si je veux les arrêter, il faut que je ferme les portes avant qu'ils n'arrivent."
– Altaïr à lui-même, 1190[src]

Altaïr observant d'en haut Adha et les gardes

L'Assassin galopa ensuite jusqu'à Jérusalem, et apprit qu'une femme nommée Adha était escortée hors de la cité par des gardes : c'était le Calice. Il comprit rapidement que s'il voulait la sauver il devait fermer les portes avant qu'ils n'arrivent, et en profita pour la sauver des gardes - mais il devait en être séparé. Altaïr lui demanda de l'attendre dans les égouts, ce qu'elle fit sans poser de question.[10] La rejoignant plus tard, elle lui apprit qu'Harash avait été acheté par les Templiers, le problème étant qu'Harash était le numéro 2 des Assassins, le seul homme au dessus de lui étant Al Mualim.[11]

Altaïr prévoit de s'enfuir avec Adha.

Altaïr se mit alors en quête d'indices susceptibles de prouver la trahison d'Harash. En le voyant discuter avec un Templier, Altaïr élimina Harash et fit route vers Tyr.[12]

A Tyr, Altaïr découvrit que les Templiers avaient trouvé Adha et l'avaient emmené. Il tua les gardes et courut en direction des quais. Éliminant tous les gardes sur son chemin, Altaïr s'approcha du navire des Templiers. Puis évita gardes et archers, et aperçut enfin Adha, kidnappée par Basilisk. Il se lança après lui et le piégea sur le pont d'un navire voisin de celui des Templiers. Altaïr affronta puis triompha de Basilisk. Le navire des Templiers prit aussitôt le large avec Adha à son bord. Il échoua à les rejoindre, et Altaïr regarda impuissant le bateau partir sur lequel se trouvait Adha, et s'écria : "Je te trouverai, Adha !".[13]

Épilogue

190.jpg

On apprend finalement dans son Codex qu'il poursuivit les ravisseurs d'Adha à travers la mer, pour ne retrouver que son corps sans vie. Dans les semaines qui suivirent, Altaïr vengea sa mort en tuant tous ceux qui l'avaient causée mais n'en retira aucun plaisir, aucune satisfaction.[14]

Système de jeu

Assassin's Creed: Altair's Chronicles utilise beaucoup de particularités de la Nintendo DS. Par exemple, pour faire le pickpocket ou interroger quelqu'un, il faut toucher l'écran, à la manière d'un jeu. Il utilise le pad directionnel pour le gameplay normal comme les courses etc.

Armes

En revanche, Altaïr possède plus d'armes : des dagues , des explosifs , épées, arbalètes, couteaux de lancer, avec des améliorations pour l'épée et trois pour la barre de vie.

Combats

Les combats peuvent être faits de ces manières-ci : Bouton Y pour porter des attaques rapides (dagues), des attaques plus lentes mais plus puissantes sur le bouton X (épée) ou blocage par le bouton R. Le bouton A est utilisé pour interagir avec les objets et les PNJ, et le bouton L permet de ramper et de rouler sous certains obstacles. Le R sert à se dissimuler. Les bombes de fumée aveuglent instantanément les gardes mais non Altaïr, l'autorisant à s'échapper, pour les explosifs, ils peuvent être ou lancés et exploser directement à l'arrivée (à la manière d'une grenade) ou être posées quelque part et exploser plus loin (bombe traditionnelle).

Difficulté

Il y a trois niveaux de difficulté. Quand vous finissez le jeu vous débloquez un mode qui vous permet de refaire n'importe quelle mission, à la manière du jeu sur portable.

Assassin's Creed: Altaïr's Chronicles propose des utilisations intéressantes de l'écran tactile, comme dit au dessus. Normalement, il se comporte comme une carte montrant les emplacements d'Altaïr et de ceux des gardes. Cependant quand vous entamez une conversation avec un porteur d'information, vous commencez un petit jeu appelé l'interrogatoire. L'écran tactile montrera l'image du dos d'une personne, et vous aurez des cercles rouges se refermant sur des sphères. Vous devez touchez les sphères avec le stylet quand le cercle le touche. Si vous touchez trop tôt ou trop tard vous perdrez du temps, et perdre tout votre temps vous fera échouer et vous devrez rattraper l'individu.

La deuxième option intéressante est celle du mini jeu "pickpocket". Dans celui ci vous devrez faire courir le stylé sur l'écran pour dissiper les ombres d'une personne. Après avoir tout nettoyé vous pourrez remarquer une clé et devez l'emmener jusqu'à l'entrée de la sacoche du personnage, sans toucher les bords ou d'autres objets. Comme pour le premier mini jeu, vous tromper vous fera perdre du temps.

Développement

Le jeu a été édité par Ubisoft et développé par Gameloft et Ubisoft Bucarest. Il est sorti un an après le premier jeu sur consoles de salon, en février 2008. Plusieurs contraintes techniques liées au développement du jeu par Gameloft ont forcé les développeurs à se concentrer sur certains aspects de gameplay plutôt que d'autres, comme les assassinats ou les combats, et à délaisser le réalisme attendu sur consoles de salon.

Accueil et critique

À l'inverse du jeu original, celui ci a été fortement critiqué et a eu très peu de succès auprès des joueurs.

Galerie


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .