CQELA.pngAC2icon.pngACUicon.pngACMicon.pngHeresyicon.pngACODicon.pngACVicon.png


Les Épées d'Éden sont des Fragments d'Éden, vestiges laissés par les Précurseurs à l'instar des Pommes d'Éden[1] ou des Crânes de cristal.[2] Les Épées d'Éden furent créées par le scientifique Isu Héphaïstos. Seules trois sont connues actuellement[3].

D'après les glyphes du Sujet 16, des individus célèbres du passé en possédèrent une à un moment donné de leur vie : Persée, Sigmund, Attila le Hun, Arthur Pendragon, Jacques de Molay et Jeanne d'Arc[1]. Le seigneur de guerre mongol Gengis Khan en possédait une aussi qui l'aida dans ses conquêtes avant de se faire stopper par les Assassins[4].

Épées d'Éden connues

Épée d'Éden n°25

Article détaillé : Épée d'Éden n° 25

Pouvoirs :

  • Charisme
  • Combattre les effets des autres illusions
  • Si elle est activée par un Cœur (le pommeau de l'épée) ou portée par un hybride à l'ADN Isu (ce fut le cas de François-Thomas Germain), elle peut projeter des éclairs d'énergie et permettre une télé-transportation rapide

Cette épée d'Éden est classée Fragment nº 25 à Abstergo Industries, servant de pièce de collection à Alan Rikkin, le P.-D.G d'Abstergo, au siège londonien de la multinationale[5].

Elle fut portée par Jeanne d'Arc en 1431, d'après les glyphes du sujet 16.[1]

Épée tenue par François-Thomas Germain

Durant le Moyen Âge en 1307, à Paris en France, l'Ordre des Templiers et leur Grand Maître Jacques de Molay possédaient une Épée d'Éden. De Molay la fit cacher dans une crypte secrète sous le Temple, le quartier général de l'Ordre. Plus de quatre cents ans plus tard, un Templier déchu de l'Ordre, François-Thomas Germain, un Sage de surcroît, prit connaissance du Fragment d'Éden dans la crypte et en prit possession. En 1794, l'Assassin Arno Dorian l'affronta et l'assassina, puis récupéra l’artefact.[6]

Épée de Genghis Khan

Article détaillé : Épée de Gengis Khan

Épée de Damoclès

Article détaillé : Épée de Damoclès

Excalibur

Article détaillé : Excalibur

Galerie


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.